trahir

(Mot repris de trahissant)

trahir

[ trair] v.t. [ du lat. tradere, transmettre, de dare, donner ]
1. Cesser de soutenir, d'être fidèle à : Trahir ses frères. Trahir une cause abandonner ; rallier
2. Révéler ce qui devait rester caché : Trahir un secret divulguer ; taire dénoncer, livrer, vendre manifester, traduire
3. Donner une fausse idée de : Trahir la pensée de qqn dénaturer, fausser
4. Abandonner brusquement : Ses forces l'ont trahi lâcher

se trahir

v.pr.
Laisser voir ce qu'on voulait cacher : Elle s'est trahie en souriant.

trahir


Participe passé: trahi
Gérondif: trahissant

Indicatif présent
je trahis
tu trahis
il/elle trahit
nous trahissons
vous trahissez
ils/elles trahissent
Passé simple
je trahis
tu trahis
il/elle trahit
nous trahîmes
vous trahîtes
ils/elles trahirent
Imparfait
je trahissais
tu trahissais
il/elle trahissait
nous trahissions
vous trahissiez
ils/elles trahissaient
Futur
je trahirai
tu trahiras
il/elle trahira
nous trahirons
vous trahirez
ils/elles trahiront
Conditionnel présent
je trahirais
tu trahirais
il/elle trahirait
nous trahirions
vous trahiriez
ils/elles trahiraient
Subjonctif imparfait
je trahisse
tu trahisses
il/elle trahît
nous trahissions
vous trahissiez
ils/elles trahissent
Subjonctif présent
je trahisse
tu trahisses
il/elle trahisse
nous trahissions
vous trahissiez
ils/elles trahissent
Impératif
trahis (tu)
trahissons (nous)
trahissez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais trahi
tu avais trahi
il/elle avait trahi
nous avions trahi
vous aviez trahi
ils/elles avaient trahi
Futur antérieur
j'aurai trahi
tu auras trahi
il/elle aura trahi
nous aurons trahi
vous aurez trahi
ils/elles auront trahi
Passé composé
j'ai trahi
tu as trahi
il/elle a trahi
nous avons trahi
vous avez trahi
ils/elles ont trahi
Conditionnel passé
j'aurais trahi
tu aurais trahi
il/elle aurait trahi
nous aurions trahi
vous auriez trahi
ils/elles auraient trahi
Passé antérieur
j'eus trahi
tu eus trahi
il/elle eut trahi
nous eûmes trahi
vous eûtes trahi
ils/elles eurent trahi
Subjonctif passé
j'aie trahi
tu aies trahi
il/elle ait trahi
nous ayons trahi
vous ayez trahi
ils/elles aient trahi
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse trahi
tu eusses trahi
il/elle eût trahi
nous eussions trahi
vous eussiez trahi
ils/elles eussent trahi

TRAHIR

(tra-ir ; au XVIe siècle, Palsgrave, p. 19, recommande de prononcer l'h aspirée) v. a.
Proprement, livrer par perfidie, et, en général, faire une perfidie à quelqu'un.
Qui trahit tous nos dieux aurait pu vous trahir [CORN., Poly. III, 2]
Monsieur ajouta encore deux ou trois conditions aussi engageantes, que j'ai oubliées, avec des opprobres contre la Rivière, qui le trahissait, me dit-il, pour les deux autres, et qui les trahissait pourtant tous trois [RETZ, Mém. t. II, liv. III, p. 186, dans POUGENS]
Le roi d'Angleterre est toujours trahi, même par ses propres officiers [SÉV., 496]
Les gardes fidèles de nos rois [les Ecossais] trahissent le leur [Charles Ier] [BOSSUET, Reine d'Angleterre.]
Moi ! je pourrais trahir le Dieu que j'aime ! [RAC., Esth. II, 9]
Une femme [Cléopâtre] à qui Antoine avait sacrifié le monde entier le trahit [MONTESQ., Rom. 13]
Quiconque est soupçonneux invite à le trahir [VOLT., Zaïre, I, 5]
Absolument.
Qui promet de trahir peut manquer de parole [CORN., Othon, v, 6]
Je crois qu'à mon exemple, impuissant à trahir, Il hait à cœur ouvert ou cesse de haïr [RAC., Brit. v, 1]
Manquer à ce que l'on doit à quelqu'un, sacrifier ses intérêts.
Vous m'avez de César confié la jeunesse.... Mais vous avais-je fait serment de le trahir ? [RAC., Brit. I, 2]
De quel droit sur vous-même osez-vous attenter ?... Vous offensez les dieux auteurs de votre vie ; Vous trahissez l'époux à qui la foi vous lie ; Vous trahissez enfin vos enfants malheureux, Que vous précipitez sous un joug rigoureux [ID., Phèdre, I, 3]
Trahir les intérêts de quelqu'un.
Trahir les intérêts ne signifie dans notre langue que mal conduire, oublier les intérêts de quelqu'un, nuire à ses intérêts, non pas être perfide et traître [VOLT., Louis XV, 34]
Trahir la confiance de quelqu'un, manquer à la confiance qu'il a en nous.
La mort de Bing, coupable ou non, annonçait d'une manière terrible à ceux qui servaient la nation, le sort qui les attendait, s'ils trahissaient la confiance qu'on avait en eux [RAYNAL, Hist. phil. x, 15]
Être infidèle en amour, en amitié.
Lui [Pyrrhus] qui me fut si cher et qui m'a pu trahir ! [RAC., Andr. II, 1]
Penses-tu qu'en effet Zaïre me trahisse ? [VOLT., Zaïre, IV, 5]
Isabelle, fille de Philippe le Bel, femme galante, jalouse de son mari, qu'elle trahissait [ID., Mœurs, 75]
Agir contre, en parlant de devoirs, de sentiments, d'obligations.
Mais ce serait trahir tout ce que je leur dois, Que leur promettre un cœur, quand il n'est plus à moi [CORN., Œd. I, 3]
Morbleu ! c'est une chose indigne, lâche, infâme, De s'abaisser ainsi jusqu'à trahir son âme ! [MOL., Mis. I, 1]
Je ne viens pas ici justifier la créature devant son créateur ; je trahirais l'humilité de l'une, j'offenserais la vérité de l'autre [FLÉCH., Duch. d'Aiguillon.]
Ainsi les uns trahissaient l'empereur par une préoccupation de religion ; l'autre trahissait sa religion par la passion qu'il avait de devenir empereur [ID., Hist. de Théod. III, 5]
Je vais trahir ma gloire et montrer ma faiblesse [QUIN., Rol. I, 5]
Je ne puis estimer ces dangereux auteurs Qui.... Trahissant la vertu sur un papier coupable... [BOILEAU, Art p. IV]
Ils [les janissaires] ne trahiraient pas l'honneur de tant d'années [RAC., Baj. I, 1]
Un enfant est peu propre à trahir sa pensée [ID., Ath. II, 6]
J'ai si souvent trahi là-dessus mes promesses [MASS., Avent, Délai.]
L'excès de mon zèle m'a fait trahir mon devoir [LESAGE, Diable boit. 4]
Ce serait trahir la mémoire de Corneille que de ne pas imiter la candeur avec laquelle il se juge lui-même : on doit la vérité au public [VOLT., Comm. Corn. Rem. Horace, v, sc. dern.]
Trahir la vérité, parler contre la vérité.
Et parce que j'en use avec honnêteté, Et ne le veux trahir, lui, ni la vérité [MOL., Mis. v, 1]
M'avez-vous vu, monsieur, trahir la vérité dans quelque occasion que ce fût ? [BEAUMARCH., Mère coupable, III, 8]
Trahir ses sentiments, parler contre ses sentiments.
Ce sont des sentiments que je ne puis trahir ; Je ne veux point de rois qui sachent obéir [CORN., Nicom. III, 2]
Si vous êtes touché de la vertu et de la justice, pourquoi trahir là-dessus vos sentiments ? [MASS., Carême, Resp. hum.]
Trahir quelqu'un, révéler son secret.
Ah ! malheureux Arcas, ta m'as trahi [RAC., Iph. IV, 4]
Trahir le secret d'autrui, le révéler.
Quoique je sois jeune, j'ai déjà vieilli dans l'habitude de ne dire jamais mon secret, et encore plus de ne trahir jamais, sous aucun prétexte, le secret d'autrui [FÉN., Tél. III]
Avec un nom de personne pour régime indirect et un nom de chose pour régime direct, révéler à, par trahison.
Mais surtout cachez-lui ce que je fais pour vous.... Que je vous puisse encor trahir son artifice, Et, pour mieux vous servir, rester à son service [CORN., la Pl. roy II, 1]
Cléopâtre a lieu d'attendre ce jour-là à faire confidence à Laonice de ses desseins et des véritables raisons de tout ce qu'elle a fait ; elle [Laonice] eût pu trahir son secret aux princes, ou à Rodogune, si elle l'eût su plus tôt [ID., Rod. Examen.]
Payer d'ingratitude.
Commençons un combat qui montre par l'issue Qui l'aura mieux de nous ou donnée ou reçue [la vie] : Tu trahis mes bienfaits, je les veux redoubler [CORN., Cinna, v, 3]
Déceler. Un cri, un geste involontaire, un mot échappé trahissent le sentiment, la pensée qu'on voudrait cacher.
Elle m'a cru vainqueur.... Et soudain sa colère a trahi son amour [CORN., Cid, v, 7]
Sa douleur a trahi les secrets de son âme, Et ne vous permet plus de douter de sa flamme [ID., ib. IV, 5]
La rougeur de son front trahissait sa pensée [VOLT., Sémir. II, 1]
En parlant des choses, ne pas seconder, rendre vain, décevoir.
S'il est pour me trahir des esprits assez bas, Ma vertu pour le moins ne me trahira pas [CORN., Cinna, I, 4]
Hélas ! tout me trahit, et ma puissance est vaine ! [QUIN., Arm. v, 4]
Vous n'auriez pas survécu à un accident qui eût trahi là-dessus vos précautions et vos artifices [MASS., Avent, Jug. univ.]
Si le clergé se flatta que la paix le rétablirait dans ses possessions, les événements trahirent ses espérances [RAYNAL, Hist phil. IV, 17]
Ma parole a trahi ma pensée, mon intention, elle l'a mal traduite. (La parole, acte volontaire, traduit mal la pensée ; mais un mot échappé involontairement la décèlerait ; voy. plus haut, au n° 7.)
Faire défaut à.
Mon bras, qui tant de fois a sauvé cet empire.... Trahit donc ma querelle, et ne fait rien pour moi ! [CORN., Cid, I, 7]
10° Se trahir, v. réfl. Agir contre ses propres intérêts.
Dussé-je me trahir, Puisque vous le voulez, je jure d'obéir [CORN., D. Sanche, I, 3]
Vous-même, en ma faveur, vous voulez vous trahir ! [RAC., Phèdre, II, 2]
11° Découvrir par imprudence ou par hasard ce qu'on voulait tenir caché.
Ah ! je respire enfin, et ma joie est extrême Que le traître une fois se soit trahi lui-même [RAC., Bajaz. IV, 5]
Songez à vos promesses, craignez de vous trahir dans cette première entrevue [GENLIS, Veillées du château t. II, p. 79, dans POUGENS]
Révéler le secret l'un de l'autre.
Mais, en obéissant, ne nous trahissons pas [RAC., Mithr. I, 5]

REMARQUE

  • Corneille a employé trahir à dans le sens de sacrifier à :
    Et, mettant différence entre ces deux coupables, J'ai trahi la justice à l'amour paternel [CORN., Poly. III, 3]
    Il a dit aussi se trahir à pour se livrer à :
    Souffrir qu'il se trahisse aux rigueurs de mon sort [ID., Hér. IV, 1]

HISTORIQUE

  • XIe. s.
    Traït vos ad ki à guarder vos out [, Ch. de Rol. XCI]
  • XIIe s.
    Se j'en travail [souffre], je n'en sai qui blasmer, Fors ses douz ieus et son simple viaire, Dont li mien sont traïs en l'esgarder [, Couci, II]
    Douce dame, d'orgueil vous deffendez, Ne trahissiez vos biens [qualités] ne vos biautez [, ib. XIV]
  • XIIIe s.
    Lors pristrent conseil privéement pour lor seigneur traïr [VILLEH., XCVII]
    [toi] Qui ainsi m'as traïe de traïson cruel [, Berte, XXVI]
    Blanchefleur traïrai [j'empoisonnerai] en pomme ou en cerise [, ib. LXXVI]
    Et Blanchefleurs s'escrie : haro ! traï, traï [, ib. LXXXIX]
  • XVe s.
    Quand les seigneurs de France veirent leur logis ardoir et ouirent le ery, ils coururent vers leurs logis, crians : trahy, trahy [FROISS., liv. v, p. 97, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Mais paravant je luy voy Douter le mutin suysse Qui avoit trahy sa foy [DU BELLAY, III, 41, recto.]
    Les mouvements forcez de nostre visage nous trahissent aux assistants [MONT., I, 97]
    Il trahit aux Russiens Visilicie, grande et riche cité [ID., III, 247]
    Antigonus n'a pas esté seul, qui a dit qu'il aimoit ceulx qui trahissoient, et avoit en haine ceulx qui avoient trahi [AMYOT, Rom. 26]
    Ilz conspirerent de trahir la chose publique aux barbares [ID., Arist. 32]
    Il [Antoine] se retira dedans la ville, criant que Cleopatra l'avoit trahy à ceulx contre qui il avoit entrepris et fait la guerre pour l'amour d'elle [ID., Anton. 98]
    Quand l'espoir, riant à mes yeux, De mon cœur vous trahit la porte [DESPORTES, Œuv. p. 273]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. trahir ; cat. trair ; anc. espagn. traer ; portug. trair ; ital. tradire ; du lat. tradere, livrer, corrompu par la bouche romane en tradire, de tra, indiquant transmission, et dere, pour dare, donner.

trahir

TRAHIR. v. tr. Faire une perfidie à quelqu'un, lui manquer de foi. Judas trahit Notre- Seigneur. Trahir son roi. Trahir ses amis. Absolument, C'est un homme incapable de trahir.

Trahir sa patrie et, absolument, Trahir, Livrer sa patrie, agir par perfidie contre la sécurité de son pays.

TRAHIR se dit aussi en parlant des Choses. Trahir les intérêts de quelqu'un. Trahir la confiance de son ami. Trahir la vérité. Trahir sa conscience, son devoir. Trahir sa promesse, sa foi, ses serments.

Il signifie Découvrir, révéler ce qu'on voulait tenir caché. Il ne voulait pas être reconnu, mais sa voix l'a trahi. Sa surprise, sa rougeur l'a trahi. Ses pleurs la trahirent. Il s'est trahi par un mot qui lui est échappé. Son émotion s'est trahie par le tremblement de sa voix.

Trahir le secret de quelqu'un, Révéler le secret de quelqu'un.

TRAHIR se dit aussi des Choses et signifie Ne pas seconder, desservir, rendre vain, décevoir. La fortune a trahi nos efforts. Les événements trahirent ses espérances.

SE TRAHIR signifie Agir contre ses propres intérêts. Il s'est trahi lui-même en cette affaire.

trahir

Trahir aucun, Prodere. Semble qu'il vienne de Tradere. Encore l'Italien dit Traditor, pro proditore, Traistre.

Ils craignent que je ne les trahisse, A me insidias metuunt.

Trahi, Proditus.

Trahi trahi, Ce mot geminé n'estoit pas anciennement escrit de trahison faite tant seulement, ains aussi, escrit d'estonnement, peur, effroy, tant aux batailles et rencontres que aux assauts et surprinses de villes et forteresses. Car une armée combatant de front aux ennemis, se voyant survenir aux espaules quelque trouppe des mesmes ennemis, Et une garnison se voyant forcée par les assaillans s'escrioyent anciennement, Trahi trahi, comme si on disoit, Surprins surprins, enclos enclos, forcé forcé. Comme on peut veoir en Olin, Baudouin, et Geoffroy.

trahir


TRAHIR, v. act. TRAHISON, s. f. [Tra-i, tra-izon.] Trahir c'est faire une perfidie. Judas trahit notre-Seigneur. "Aprês avoir trahi son Prince, il trahit l'Énemi à qui il s'était livré. = Figurément, trahir ses sentimens, sa conscience, ses intérêts, parler, agir contre, etc.
   Ah! vous devez sentir qu'il en coûte bien plus
   À~ trahir son devoir qu'à vaincre sa faiblesse.
       La Chaussée.
= Se trahir soi-même, agir contre ses propres intérêts. — Se trahir, c'est aussi se décéler, se découvrir, par imprudence ou par indiscrétion.
   Craignez de vous trahir par quelque négligence.
       Palissot.
= Trahir le secret de quelqu'un, le révéler. = Il se dit même des chôses comme sujet. "Mon étonement et mon chagrin m'ont trahi. St. Évr.
   Ma rougeur trahiroit les secrets de mon coeur.
       Créb.
L'Acad. ne met pas ce sens, qui est três-beau et três-usité.
   TRAHISON, perfidie. Action de celui qui trahit. "Lâche, noire insigne, détestable trahison. "Il a fait une trahison à son ami: il a tué son énemi en trahison, en traître. Voy. BRASSER.
   Rem. Les Anglais apèlent haute-trahison ce que nous apelons crime de Lèze-Majesté. Les Historiens Français de l'Angleterre et les Traducteurs d'ouvrages anglais se servent de cette expression. "Les crimes de haute-trahison... n'étoient jamais punis de mort. Hist. d'Angl. = M. Moreau s'est servi de ce mot dans ses Discours sur l'Histoire de France. "On ignore les détails des faits qu'il lui imputa: il parait seulement qu'il s'agissoit de haute trahison. — L'Acad. ne l'admet qu'en parlant des afaires d'Angleterre. = * En style de Petit-Maître, au lieu de dire, c'est bien domage, on dit, c'est un meurtre, c' est une trahison. "Vous au Couvent, Mademoiselle! c'est un larcin, c' est une trahison. Marm.

Synonymes et Contraires

trahir

verbe trahir
1.  Cesser d'être fidèle à quelqu'un.
2.  Donner une idée fausse de.
4.  Ne pas respecter un engagement.
5.  Faire défaut brusquement.
6.  S'allier à l'ennemi.

trahir (se)

verbe pronominal trahir (se)
Laisser voir ce qu'on voulait cacher.
Traductions

trahir

verraten, enttäuschenbetray, double-cross, sell down the river, traitorverraden, in de steek laten, indesteeklaten, latenmerken, beschamen, deserteren, onjuist weergeven, ontrouw zijn, overlopen, verklappen, laten merkenבגד (פ'), בָּגַדtrairzraditperfiditraicionarpettääforrådetrair, atraiçoarförrådaπροδίδωtradireيَخونُforrådeizdati裏切る배신하다zdradzićпредаватьทรยศihanet etmekphản bội背叛 (tʀaiʀ)
verbe transitif
1. dénoncer qqn Il a trahi ses complices.
2. ne pas respecter, ne pas être fidèle à trahir un ami trahir la confiance de qqn
3. faire connaître ce qui devait rester caché trahir un secret Son expression l'a trahi.
4. donner une idée fausse de trahir la pensée de qqn
5. abandonner, manquer Ma mémoire me trahit.

trahir

[tʀaiʀ] vt
[+ camp, ami] → to betray
[+ sentiment] → to give away, to reveal [tʀaiʀ] vpr/vi → to betray o.s., to give o.s. away