traîne

(Mot repris de traine)
Recherches associées à traine: trainee

traîne

n.f.
Partie d'un vêtement long qui traîne à terre : La traîne d'une robe de mariée.
À la traîne,
Fam. en arrière d'un groupe de personnes : Ce cycliste est à la traîne ; en retard : Cette entreprise reste à la traîne.

TRAÎNE

(trê-n') s. f.
Action d'être traîné.
Queue traînante d'une robe.
Quand le cortége royal pénétra dans le transept, un marteau oublié dans la précipitation du travail se prit dans la traîne de la duchesse de Sutherland [E. TEXIER, le Siècle, 31 mars 1867]
Terme de marine. Corde qui traîne à la mer ; pendant le combat on a soin d'en mettre autour du navire un certain nombre, afin que les hommes tombés à la mer puissent trouver là un premier moyen de sauvetage.
C'est un miracle que la manière dont un petit gentilhomme.... étant élevé en l'air par la bombe tomba à la mer, et se sauva en se prenant à une traîne [VILLETTE-MURSAY, au ministre, 25 août 1704, dans JAL]
Être à la traîne se dit d'un objet quelconque que l'on jette à la mer après l'avoir fixé au bout d'un cordage. Un objet quelconque jeté d'un bâtiment à la mer, au bout d'un cordage, est dit être à la traîne. On a sa chaloupe, un canot, des embarcations à la traîne, lorsqu'elles sont amarrées de l'arrière et traînées par le bâtiment dans sa marche. On dit quelquefois qu'on a un bâtiment à la traîne, mais plus souvent qu'on l'a à la remorque (LEGOARANT). Ce navire a trop de bois à la traîne, son arrière est trop renflé, trop lourd.
Terme de marine. Petit chariot auquel est fixée l'extrémité d'un cordage que l'on commet, et qui se traîne à mesure que le commettage diminue la longueur du câble.
Terme de pêche. Nom sous lequel on désigne assez souvent différentes espèces de seines, dont quelques-unes sont ordinairement composées de trois filets appliqués l'un sur l'autre. Pêche aux traînes, espèce de pêche que l'on fait avec un crochet double que l'on traîne sur le sable, pour en tirer les coquillages qui s'y enfoncent.
Sorte de herse sans dents.
Nom donné à ces menus bois qui for ment la lisière des forêts : ajoncs épineux, cépées rabougries, branches de taillis desséchées ou rompues. Les ramasseurs de traînes.
Dans le Berry, chemin creux et ombragé.
Vous ne l'ignorez pas, véroniques des bois ; Bien des fois vous avez contemplé sous les traînes Le cortége navrant des tristesses humaines [THEURIET, Rev. des Deux-Mondes, 1865, t. I, p. 743]
Perdreaux qui sont en traîne, perdreaux qui ne peuvent pas encore voler ni se séparer de leur mère.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Quant il fut près, il apparceu les beufz de Pierre Caurin hatellés aux trahines [charrettes] chargées dudit bois [DU CANGE, trainare.]

ÉTYMOLOGIE

  • Nom verbal de traîner.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    TRAÎNE. Ajoutez :
    10° Portions traînantes de végétaux comparées à des queues de robes.
    Il y a des réduits voilés par les traînes des passiflores [MADAME DE GASPARIN, Bande du Jura, II, Premier voyage, 2e éd. Paris, 1865]

traîne

TRAÎNE. n. f. Action de traîner, de tirer. Pêcher à la traîne.

Des perdreaux qui sont en traîne, Des perdreaux qui ne peuvent pas encore voler, ni se séparer de leur mère.

Un bateau qui est à la traîne, Un bateau amarré à l'arrière d'un bâtiment et que celui-ci traîne dans sa marche.

TRAÎNE se dit encore de la Queue traînante d'une robe.

traine

Traine, f. penacut. C'est un train à trayner, Budée, le rend Traha, trahae.

Traductions

traîne

train, sleighשובל (ז), שֹׁבֶלsleep [kleding], sleepnet, sleep (tʀɛn)
nom féminin
1. en arrière d'un groupe qui avance Dépêche-toi, tu es à la traîne !
2. bas d'un vêtement qui traîne par terre la traîne d'une robe de mariée

traîne

[tʀɛn] nf
[robe] → train
être à la traîne (= en arrière) → to lag behind