tranchant, ante

TRANCHANT, ANTE2

(tran-chan, chan-t') adj.
Qui tranche, qui peut trancher. Un instrument tranchant.
Les épées tranchantes des Gaulois, les éléphants de Pyrrhus, ne les surprirent qu'une fois [les Romains] [MONTESQ., Rom. 2]
Ainsi mes paroles étaient une épée tranchante à deux côtés, selon les paroles de l'Apocalypse [SÉV., 237]
Écuyer tranchant, officier qui est chargé de couper les viandes à la table des princes. Substantivement, grand tranchant, grand écuyer tranchant.
M. de Blainville fit à la Cène sa première fonction de grand maître des cérémonies, et la Chesnaye y servit comme grand tranchant, en portant un des plats, qui est un des droits de sa charge [DANGEAU, I, 157, Jeudi saint, 19 avr. 1685]
En vénerie, côtés tranchants, les côtés du pied de l'animal lorsqu'ils ne sont pas usés.
Fig. Qui décide comme tranche une épée. Un esprit tranchant.
Très poli dans la conversation, mais hardi et tranchant, la plume à la main [VOLT., Lett. Mme du Deffant, 7 déc. 1768]
Juges superficiels et tranchants [MARMONTEL, Œuv. t. v, p. 146]
Il se dit des choses en un sens analogue.
Vos paroles sont tranchantes, et mettent de l'huile dans le feu [SÉV., 13 nov. 1673]
Ces réponses tranchantes contre un idolâtre ne pénétraient pas jusqu'à la racine de la difficulté [L'ABBÉ HOUTEVILLE, dans DESFONTAINES]
Quoiqu'il ne manquât pas de politesse à certains égards, son ton était aussi tranchant qu'impérieux [GENLIS, Ad. et Théod. t. II, p. 339, dans POUGENS]
Fig. Qui est sans nuance, sans adoucissement intermédiaire, en parlant de teintes, de couleurs.
Des laquais chamarrés de livrées tranchantes [HAMILT., Gramm. 11]
Les couleurs tranchantes frappent tous les yeux [VOLT., Phil. ignor. 32]
Ainsi rien n'est tranchant, ainsi rien n'est mêlé ; Ainsi sont réunis sur cette échelle immense Le degré qui finit et celui qui commence [DELILLE, Trois règ. VIII]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Tanz colps ad pris de bons espiez trenchans [, Ch. de Rol. X]
  • XIIe s.
    Car veez cum li peres chastie sun enfant Par mult dulce parole e par aspre e mordant ; E mainte feiz le bat de la verge tranchant [, Th. le mart. 78]
  • XIIIe s.
    Car moult [elle] doutoit la bise, qui ert [était] tranchans et fiere [, Berte, X]
    Nostre sire nel volt soufrir, Son ange fist devant venir, à [avec] une bien tranchant espée La voie a à celui veée [, Ren. 219]
  • XVe s.
    Un large fer de Bordeaux, aussi tranchant et affilé que nul rasoir pouvoit estre [FROISS., II, II, 5]
  • XVIe s.
    Marius lui respondit avec un soupir trenchant tiré du profond du cœur [AMYOT, Mar. 73]
    Les grands avoient leurs eschansons et trenchants [MONT., I, 372]
    La sentinelle ne pouvant endurer la bise tranchante [D'AUB., Hist. III, 155]