transcendant, ante

TRANSCENDANT, ANTE

(tran-ssan-dan, dan-t') adj.
Qui monte, s'élève au delà du reste.
L'on voit peu d'esprits entièrement lourds et stupides ; l'on en voit encore moins qui soient sublimes et transcendants [LA BRUY., XI]
La supériorité de ses lumières et un mérite transcendant [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. v, p. 242, dans POUGENS]
Il [Rubens] avait donné plusieurs fois des preuves d'un esprit solide et d'une pénétration transcendante [GERSAINT, Catalogue raisonné, p. 3]
Je n'ai supposé dans mon élève ni un génie transcendant, ni.... [J. J. ROUSS., Ém. IV]
Se dit, en général, de la partie la plus élevée d'une science. Analyse transcendante, le calcul différentiel et intégral. Géométrie transcendante, celle qui dépend du calcul infinitésimal. Quantités transcendantes, celles dont la génération théorique implique l'infini, et dont on ne peut obtenir la valeur théorique que par approximation. Équations transcendantes, celles qui contiennent des quantités transcendantes. Courbe transcendante, courbe dont l'équation est transcendante. Anatomie transcendante, celle qui, de l'observation et de la comparaison des dispositions anatomiques concrètes, s'élève à la conception abstraite des lois de l'organisation envisagée dans ses divers degrés.
Terme de philosophie. Qui est susceptible d'une très grande généralité. D'où s'est ensuivie la nécessité d'inventer des termes universaux, le genre, l'espèce, etc.
et des termes transcendants, ens, res, aliquid [BOULAINVILLIERS, Réfut. de Spinosa, p. 151]
Philosophie transcendante, partie de la métaphysique qui recherche l'autorité de nos facultés, la valeur des notions, la certitude des connaissances, etc.
Quand, dans un système, le sujet ne cherche qu'à prononcer de façon ou d'autre sur la nature des choses qui ne sont pas lui, sur leur manière d'être indépendamment de la manière dont il les perçoit, nous appellerons son point de vue transcendant, sa philosophie philosophie transcendante [VILLERS, Kant, p. 115]
Idées transcendantes, toutes les idées qui émanent immédiatement de la raison.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    C'est [Dieu] vertu sur toutes vertus, transcendent sur toutes [CHR. DE PIS., Charles V, III, 4]
  • XVIe s.
    Ces humeurs transcendentes [se désa ssocier du corps] m'effrayent, comme les lieux haultains et inaccessibles [MONT., IV, 307]
    Qui l'a [l'esprit] tant eslevé et transcendant [CHARRON, Sagesse, I, 15]
    Et dient les logiciens que ung est l'ung des six principes transcendans [DELAROCHE, Arismetique, f° 1]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. trenscendant ; espagn. transcendente ; ital. trascendente ; du latin, transcendere, de trans, au delà, et scandere, monter.