transférer

(Mot repris de transférerai)
Recherches associées à transférerai: transmettre

transférer

v.t. [ du lat. transferre, porter au-delà ]
1. Faire passer d'un lieu dans un autre : Transférer un prisonnier. L'entreprise transfère une partie de sa production sur un autre site elle délocalise
2. Faire un transfert d'appel : Transférer ses appels sur son mobile.
3. Faire passer des capitaux d'un compte à un autre.
4. Transmettre officiellement qqch à qqn : Transférer ses pouvoirs à sa suppléante.

TRANSFÉRER

(tran-sfé-ré. La syllabe fé prend un accent grave quand suit une syllabe muette : je transfère ; excepté au futur et au conditionnel : je transférerai, je transférerais) v. a.
Faire passer d'un lieu à un autre. Transférer des reliques. Transférer un corps saint. Transférer un corps mort.
Elle [Elisabeth] n'était point juge de la reine d'Écosse ; elle lui devait un asile, mais elle la fit transférer à Teutbury, qui fut pour elle une prison [VOLT., Mœurs, 169]
Vous savez qu'il y a actuellement quatre-vingt-trois jésuites à Rennes, pas davantage, et que ces marauds, comme vous croyez bien, ne s'endorment pas dans l'affaire de M. de la Chalotais ; il est transféré à Rennes [D'ALEMB., Lett. à Voltaire, 11 août 1766]
Ce fut un beau jour pour Mme de Maintenon que celui où l'école de Noisy fut transférée à Saint-Cyr [GENLIS, Mme de Maintenon, t. II, p. 144, dans POUGENS]
Faire passer d'une ville à une autre le siége d'une autorité, d'une juridiction. Transférer le siége d'un empire.
On menace Rennes de transférer le parlement à Dinan ; ce serait la ruine entière de cette province [SÉV., 223]
Le saint-siége fut transféré d'Avignon à Rome, au bout de soixante-douze ans [VOLT., Mœurs, 70]
Il se dit aussi de la personne qu'on déplace de la sorte.
Vingt ans après, il [Harlay] fut transféré à l'archevêché de Paris [D'OLIVET, Hist. Acad. t. II, p. 350, dans POUGENS]
De l'évêché de Lavaur, il [Fléchier] fut transféré à celui de Nîmes [D'ALEMB., Élog. Fléch.]
Transférer une fête, la remettre d'un jour à un autre.
Fig. Céder, transporter une chose à quelqu'un, en observant les formalités requises. Il lui a transféré tous ses biens.
Il [Jésus-Christ] a transféré le droit de sacrificateur à un autre ordre de prêtrise que celui d'Aaron, étant lui-même prêtre éternel selon l'ordre de Melchisedech [FLÉCH., Sermons, Messe.]
Le royaume de France n'avait pas encore été transféré par une bulle ; Boniface enfin le mit dans le rang des autres États, et en fit un don à l'empereur Albert d'Autriche [VOLT., Mœurs, 65]
Les vœux de l'homme reconnaissant qui ne peut s'acquitter d'un bienfait, transfèrent sa dette aux dieux [DIDER., Cl. et Nér. II, 59]
Molière a dit transférer quelqu'un dans des biens.
Il m'ose menacer de mes propres bienfaits, Et veut.... Me chasser de mes biens où je l'ai transféré [MOL., Tart. v, 3]
Par extension, transférer un nom, le faire passer d'un être à un autre.
Pour transférer un nom [d'un animal à un autre], il faut au moins que le genre soit le même ; et, pour l'appliquer juste, il faut encore que l'espèce soit identique [BUFF., Quadrup. t. VII, p. 17]
Se transférer, v. réfl. Être transféré. Le sceptre des arts se transfère d'une nation à une autre.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Pluseurs y ot qui donnerent leur nons [noms] pour estre transferez à Crustumie [BERCHEURE, f° 10, verso.]
  • XVIe s.
    Quand la prestrise a esté ainsi transferée, il y a eu translation d'alliance [CALV., Instit. 343]
    Si quelqu'un avoit si parfaite foy que de pouvoir transferer les montagnes [ID., ib. 425]
    Scipion, transferant la guerre de l'Italie en Libye [AMYOT, Fab. 50]
    Essaye toy en ta pensée de te transferer toy mesme et remettre à ce temps là [LA BOÉTIE, 337]
    Transferer la pensée des choses fascheuses aux plaisantes [MONT., III, 292]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. transferre, de trans, au delà, et ferre, porter.

transférer

TRANSFÉRER. v. tr. Transporter, porter d'un lieu à un autre, faire passer d'un lieu à un autre. Transférer un prisonnier d'une prison dans une autre. Transférer le corps d'un mort. Transférer des reliques.

Il se dit aussi en parlant de la Juridiction, de l'autorité, de la puissance, lorsque d'un tribunal, d'une ville, d'une nation, etc., elle vient à passer en un autre lieu. On a transféré la Cour d'appel de telle ville dans la ville voisine. La préfecture a été transférée de telle ville dans telle autre. Le Saint-Siège fut transféré de Rome à Avignon. Constantin transféra le siège de l'empire de Rome à Constantinople.

Par extension, Transférer une fête, La remettre d'un jour à un autre.

TRANSFÉRER signifie encore, figurément, Céder, transporter une chose à quelqu'un en observant les formalités requises. Transférer à quelqu'un une obligation, une inscription de rente, la propriété d'une chose, un droit.

transférer


TRANSFÉRER, v. act. [1re lon. 2e et 3e é fer. Devant l'e muet, la 2e se change en è moyen: il transfère, transfèrera, etc.] Transporter, faire pâsser d'un lieu à un aûtre. Il ne se dit que de certaines chôses. "Transférer un prisonier d'une prison à une aûtre. "Transférer un corps mort, un corps Saint, des Reliques. "On l' a transféré de cet Évêché à celui-là. "Constantin transféra le Siège de l'Empire de Rome à Bysance, qui fut apelé Constantinople. = Transférer une Fête: la remettre d'un jour à un aûtre.

Synonymes et Contraires

transférer

verbe transférer
1.  Faire passer d'un lieu en un autre.
2.  Donner un bien à quelqu'un.
Traductions

transférer

transfer, conveyהעביר (הפעיל), הֶעֱבִירoverdragen, overplaatsen, downloaden [computer], overschrijventransferir, trasladarverbringenμεταφέρωперевестиtrasferire, traslare, traslocareтрансферoverførselsiirto전송 (tʀɑ̃sfeʀe)
verbe transitif
faire passer d'un lieu à un autre transférer un prisonnier

transférer

[tʀɑ̃sfeʀe] vt → to transfer