transformé, ée

TRANSFORMÉ, ÉE

(tran-sfor-mé, mée) part. passé de transformer
Il [Timée de Locres] dit qu'il faut.... lui annoncer [à la multitude, pour l'effrayer et la contenir] que les coupables, transformés après leur mort en des bêtes viles ou féroces, épuiseront tous les malheurs attachés à leur nouvelle condition [BARTHÉLEMY, Anach. ch. 75]
Sensation transformée, théorie de Condillac d'après laquelle toutes nos idées sont des sensations que l'intellect change en idées.
Du désir naissent les passions, l'amour, la haine, l'espérance, la crainte, la volonté ; tout cela n'est donc encore que la sensation transformée [CONDIL., Traité sens. extr. rais.]