transplanté, ée

TRANSPLANTÉ, ÉE

(tran-splan-té, tée) part. passé de transplanter
Ce sont des arbres transplantés : s'il n'y a point de suc dans la terre pour les nourrir, si c'est pour eux une terre sèche, y prendront-ils racine ? [BOURDAL., Exhort. char. env. les nouv. cathol. t. I, p. 136]
Fig.
Jeunes et tendres fleurs par le sort agitées, Sous un ciel étranger comme moi transplantées [RAC., Esth. I, 1]
Vos artisans de la ville, transplantés dans la campagne [FÉN., Tél. XI]
Giulio Mazarini, cardinal, premier ministre, d'une ancienne famille de Sicile, transplantée à Rome [VOLT., Louis XIV, Ministres.]