transport


Recherches associées à transport: communication

transport

n.m.
1. Action ou manière de transporter, de porter d'un lieu dans un autre : Trouver un moyen de transport déplacement transfert acheminement
2. Litt. (Souvent pl.) Émotion vive : Des transports de joie accès, élan

transports

n.m. pl.
Ensemble des divers modes d'acheminement des personnes ou des marchandises : Améliorer le réseau des transports en commun. Une société de transports.

TRANSPORT

(tran-spor ; le t ne se lie pas ; au pluriel, l's ne se lie pas ; cependant quelques-uns la lient : des tran-spor-z excessifs) s. m.
Action par laquelle on transporte quelque chose ou quelqu'un d'un lieu dans un autre. Transport des marchandises, de l'artillerie, de l'argent. Ce malade n'est pas en état de souffrir le transport.
Tous les transports de peuples faits à Constantinople n'ont jamais réussi [MONTESQ., Lett. pers. 121]
La vertu suppose la liberté, comme le transport d'un fardeau suppose la force active [VOLT., Dict. phil. Droit canonique.]
Accablé de chagrins et de maladies, Lalli, prisonnier dans Madras, demanda vainement qu'on différât son transport en Angleterre [ID., Pol. et lég. Fragm. Inde, 17]
Terme de marine. Action de porter des hommes, des marchandises, des vivres, etc. d'un lieu à un autre
Par extension, voitures servant au transport des choses nécessaires à une armée. Un transport lourd et considérable. En marine, un transport se dit pour : bâtiment de transport. Les transports manquaient.
Action d'une personne qui, par autorité de justice, se rend, se transporte sur les lieux pour procéder à une vérification, à une visite. Transport d'un expert sur les lieux. Droit de transport, indemnité accordée aux juges, aux greffiers, aux témoins et aux officiers ministériels, en cas de déplacement
Terme de géologie. Terrain de transport, terrain d'alluvion.
Action de porter le montant d'une addition du bas d'une page au commencement de la suivante. On dit plus souvent report.
Jouer par transport, se dit, au trictrac, lorsqu'on joue toutes les dames qui sont abattues des piles, et qu'on en fait des cases et des demi-cases.
Fig. Transport ou transport-cession, cession d'un droit qu'on a sur quelque chose. Faire le transport d'une rente. Je lui ai fait un transport de ma créance.
Le cessionnaire d'un titre exécutoire ne peut poursuivre l'expropriation qu'après que la signification du transport a été faite au débiteur [, Code civ. art. 2214]
Fig.
C'est un don [la justification du pécheur] que le Père a fait à son Fils, et ce Fils miséricordieux nous le cède ; il veut que nous jouissions de son droit ; nous l'avons de lui par transport [BOSSUET, Sermons, Jubilé, pénitence, I]
Fig. Mouvement violent de passion qui nous met hors de nous-mêmes.
J'ai pour lui des transports de haine Que je ne conserve pas bien [CORN., Héracl. v, 1]
Je me livre en aveugle au transport qui m'entraîne [RAC., Andr. I, 1]
Perfide ! oses-tu bien te montrer devant moi ?.. Après que le transport d'un amour plein d'horreur.... [ID., Phèdre, IV, 2]
Ces paroles lui échappèrent dans le transport de sa passion [FÉN., Tél. VII]
Cette indifférence pour les autres, et cette attention continuelle sur lui-même ne venaient que du transport continuel où il était jeté par la violence de ses passions [ID., ib. XVI]
Absolument. Tout mouvement passionné.
Goûtez à pleins transports ce bonheur éclatant [MOL., D. Garc. III, 4]
On mande que le roi d'Angleterre est arrivé en Irlande, où il a été reçu avec transport [SÉV., 536]
Le soir, je reçus votre lettre, qui me remit dans les premiers transports [de chagrin] [ID., à Mme de Grignan, 6 févr. 1671]
Vous êtes toujours en joie toujours content de vous-même ? vous ne voyez rien : les choses humaines ne portent pas ce perpétuel transport [BOSSUET, Polit. X, IV, 1]
Sait-on ce que l'on fait dans un premier transport ? [QUIN., Mère coq. II, 6]
Il faut désormais que mon cœur, S'il n'aime avec transport, haïsse avec fureur [RAC., Andr. I, 4]
Conçois-tu les transports de l'heureuse Hermione ? [ID., Andr. III, 3]
Quels aveugles transports Vous font tenter sur vous de criminels efforts ? [ID., Mithr. v, 1]
J'ignore son dessein [de Xipharès] ; mais un soudain transport L'a déjà fait descendre et courir vers le port [ID., ib. IV, 6]
Je critique avec sévérité, et je loue avec transport [VOLT., Lett. Cideville, 24 mai 1762]
Enthousiasme.
Sentiez-vous, dites-moi, ces violents transports Qui d'un esprit divin font mouvoir les ressorts ? [BOILEAU, Sat. IX]
D'est lui qui vous dira par quels transports heureux Quelquefois dans sa course un esprit vigoureux, Trop resserré par l'art, sort des règles prescrites [ID., Art p. IV]
Est-ce l'esprit divin qui s'empare de moi ! C'est lui-même, il m'échauffe, il m'inspire.... de ses mouvements secondez les transports [RAC., Ath. III, 7]
[Ces esprits faciles].... Qui, dans les douceurs d'un tranquille délire, N'éprouvèrent jamais, en maniant la lyre, Ni fureurs ni transports [J. B. ROUSS., Ode au comte du Luc.]
Puis, ivres des transports qui nous viennent surprendre [en lisant les poëtes grecs], Parmi nous, dans nos vers, revenons les répandre [A. CHÉNIER, l'Invention.]
10° Transport au cerveau, ou, simplement, transport, délire, égarement de l'esprit causé par la maladie.
Mlle de Guise n'a rien à se reprocher que la mort de son neveu ; elle n'a jamais voulu qu'il ait été saigné ; la quantité du sang a causé le transport au cerveau [SÉV., 73]
Souffrirai-je mille et mille douleurs, qui me feront mourir désespérée ? aurai-je un transport au cerveau ? mourrai-je d'un accident ? [ID., 126]
Ils ont [dans l'Élysée] le transport de l'ivresse, sans en avoir le trouble et l'aveuglement [FÉN., Tél. XIX.]
Il vaudrait autant parler raison à une personne dans le transport de la fièvre, que de s'opposer à la passion d'un homme amoureux avec le langage de la sagesse [Mme DE PUISIEUX, Ridic. à la mode, p. 260, dans POUGENS]
Une fièvre qui lui a enfin donné le transport [J. J. ROUSS., Hél. I, 27]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Simple transport [d'une obligation] ne saisit pas [le nouveau possesseur doit le signifier à l'obligé] [LOYSEL, 365]
    Qu'il se feroit transport de la matiere des poumons à la teste [PARÉ, XVIII, 68]

ÉTYMOLOGIE

  • Subst. verbal de transporter ; provenç. transport ; esp. transporte, trasporte ; it. trasporto.

transport

TRANSPORT. n. m. Action de porter d'un lieu à un autre. Le transport de ses meubles lui a coûté cher. Le transport de ces marchandises se fait par bateau. Moyens de transport. Payer les frais de transport. Le transport des terres est d'une grande dépense. Ce malade n'est pas en état de supporter le transport. Le transport de l'énergie électrique.

Il se dit, spécialement en termes de Procédure, de l'Action d'une personne qui, par autorité de justice, se rend, se transporte sur les lieux où sont les choses sujettes à un examen, à une vérification, à une visite. Transport d'un juge, d'un commissaire, d'un expert sur les lieux.

En termes de Marine, il se dit d'un Bâtiment chargé de transporter des troupes, des munitions, etc.

Il se dit figurément de la Cession d'un droit qu'on a sur quelque chose. Il m'a fait transport de ce qui lui est dû par un tel. Faire le transport d'un billet, d'une rente. Accepter un transport. Je n'ai point consenti au transport qu'il voulait me faire.

Il se dit encore d'un Mouvement passionné, d'un élan qui nous met en quelque sorte hors de nous-mêmes. Éprouver un transport de joie. Se livrer à des transports de colère. Transport d'amour. Transport amoureux. Transport de jalousie. Transport jaloux. Je l'ai trouvé dans un transport extraordinaire. Il avait peine à contenir, à modérer ses transports. Il fut accueilli, écouté, applaudi avec transport. Transport poétique. Transport prophétique.

En termes de Médecine, Transport au cerveau ou, absolument, Transport, Délire, égarement d'esprit causé par la maladie. Il a une grosse fièvre et on craint un transport au cerveau.

transport

Transport d'un lieu en autre, Transportatio, Asportatio.

Droict par transport, Transcriptum, vel Transcriptitium ius. Budaeus.

transport


TRANSPORT, s. m. TRANSPORTER, v. act. [1re lon. le t final ne se prononce point dans le 1er: 3e é fer. dans le 2d.] Transport, est, 1°. l'action par laquelle on transporte une chôse d'un lieu à un aûtre. "Le transport de ses meubles lui a beaucoup coûté. "Le transport des terres est d'une grande dépense. "Ce malade n'est pas en état de soufrir le transport. = 2°. Cession juridique d'un droit. "Faire transport d'un billet, d'une rente à un tel. = 3°. Fig. Moûvement violent d'une passion, qui nous met, nous transporte, en quelque sorte, hors de nous-mêmes. "Transport de joie, de colère, d'amour, de jalousie. Transport amoureux; transport jaloux. "L'amour est un transport aveugle, une espèce de maladie, qui prend aux femmes. Duclos. = 4°. Transport au cerveau, sorte de délire.
   REM. Transport, au figuré, se dit plutôt du coeur que de l'esprit, sur-tout quand il est question de sentimens et de passion. Andromaque dit à Pyrrhus.
   Voulez vous qu'un dessein si beau, si vertueux,
   Passe pour le transport d'un esprit amoureux?
On peut croire que le Poète aurait dit, le transport d'un coeur amoureux, si la mesure du vers l'avait permis. = Depuis peu on dit, dans les Gazettes, transport, pour vaisseau de transport. "12 vaisseaux de guerre et 60 transports. — On fait même parler ces transports. "Un transport françois raconte qu'il faisoit partie d'un convoi de 60 voiles. = Transport a un emploi plus étendu que translation: mais il ne doit pas être employé aux ocasions où translation est consacré. Voy. ce mot.
   TRANSPORTER, au propre, Porter d'un lieu à un aûtre. Il a trois régimes: l' acusatif, l'ablatif, et les prépositions à ou en. "Transporter des meubles, des marchandises, d' une Province à l'aûtre; d'une ville en une aûtre. = En st. du Palais, se transporter, se rendre sur les lieux. = Par extension, on dit: l'Empire a été transporté d'une Nation à une aûtre, comme des Médes aux Perses. Transporter une créance, un droit; les céder juridiquement, etc. = Fig. Mettre un homme hors de lui-même: la colère le transporte: la joie l'a tout transporté. "Il était transporté de joie, d'admiration. "J'étais transporté. = Mde de Sévigné par ellipse et pour abréger dit: "Il m'a écrit une lettre toute transportée de reconoissance. Une lettre ne peut être transportée en ce sens. On sous-entend, où il parait transporté, etc. Elle dit ailleurs, en parlant des vers de Corneille: Il y en a de bien transportans. Cet adjectif verbal n'est pas usité.
    Rem. Dit-on d'un homme qu'il est transporté d'un endroit à un aûtre, comme on le dit d'une marchandise? Je ne le crois pas. "Sir George Barclay.... fut transporté par le Capitaine Gill, avec quelques aûtres Officiers. Targe, Hist. de Smollet. Cela a tout l'air d'un anglicisme. = * Se transporter pour, se mettre en colère, me parait une expression tout au moins douteûse: "Il te transporte pour rien. Trév. L'Acad. ne le met, en ce sens, qu'à l'actif. = J. J. Rouss. dit transporté à, pour porté à. "Quand on sait que les Sauvages ne conoissent presque d'aûtres maladies que les blessûres et la vieillesse, on est transporté à croire qu'on feroit aisément l' histoire des maladies humaines, en suivant celle des sociétés civiles. — Transporté n'est pas français en cette signification.

Synonymes et Contraires

transport

nom masculin transport
1.  Action de transporter.
Traductions

transport

transport, transportation, conveyance, delirium, impetus, carriage, freightvervoer, transport, delirium, geijl, heftigheid, onstuimigheid, vervoering, vuur, aanval, overdracht [eigendom], transportschip, uitbarsting, afvoerהבאה (נ), הובלה (נ), הולכה (נ), הסעה (נ), טרנספורט (ז) [תובלה], משלוח (ז), ניטול (ז), נשיאה (נ), שינוע (ז), תובלה (נ), תחבורה (נ), הַסָּעָה, נְשִׂיאָה, הוֹבָלָה, תּוֹבָלָה, תַּחְבּוּרָהTransport, Verkehrangkut, angkutanοίστρος, μεταφοράtransportetransporteвосторг, перенос, транспорт運輸, 交通trasportoنَقْلdopravatransportliikenneprijevoz輸送운송transporttransporttransportการขนส่งtaşımaphương tiện giao thôngтранспорт (tʀɑ̃spɔʀ)
nom masculin
1. fait de déplacer qqn ou qqch transport d'un blessé un moyen de transport
2. les moyens utilisés pour déplacer des personnes ou des choses les transports en commun

transport

[tʀɑ̃spɔʀ] nm
(= action) → transport, transportation
moyens de transport → means pl of transport
(= activité, secteur) → transport
(= émotion) transport de joie → transport of delight