travailler

(Mot repris de travaillassiez)

travailler

[ travaje] v.i. [ du lat. pop. trepaliare, torturer, de trepalium, instrument de torture ]
1. Effectuer un travail ; soutenir un effort en vue d'obtenir un résultat : Travailler sur ou à un projet œuvrer
2. Exercer un métier, une activité professionnelle : Elle travaille depuis deux ans. Dans quelle branche travaillez-vous ? Personne ne travaillera ce jour-là chômer
3. Fonctionner activement : Dans cet exercice, tous les muscles du corps travaillent. Son esprit travaille s'activer
4. Agir de manière à produire un effet, un résultat : Travailler à perdre qqn. Le temps travaille pour nous.
5. Produire un revenu : Placées ainsi, ses économies travaillent rapporter ; dormir
6. Subir un effet qui entraîne certaines modifications : Le vin nouveau travaille fermenter
7. Se déformer sous l'effet de la chaleur, de l'humidité : La porte a travaillé gauchir
v.t.
1. Soumettre qqch à une action : Travailler le bois, le fer.
2. Chercher à perfectionner : Travailler son anglais étudier cultiver, exercer
3. S'efforcer d'influencer qqn : Il travaille les investisseurs pour obtenir des crédits.
4. Préoccuper vivement : Cette question travaille tous les spécialistes hanter, inquiéter, poursuivre

travailler


Participe passé: travaillé
Gérondif: travaillant

Indicatif présent
je travaille
tu travailles
il/elle travaille
nous travaillons
vous travaillez
ils/elles travaillent
Passé simple
je travaillai
tu travaillas
il/elle travailla
nous travaillâmes
vous travaillâtes
ils/elles travaillèrent
Imparfait
je travaillais
tu travaillais
il/elle travaillait
nous travaillions
vous travailliez
ils/elles travaillaient
Futur
je travaillerai
tu travailleras
il/elle travaillera
nous travaillerons
vous travaillerez
ils/elles travailleront
Conditionnel présent
je travaillerais
tu travaillerais
il/elle travaillerait
nous travaillerions
vous travailleriez
ils/elles travailleraient
Subjonctif imparfait
je travaillasse
tu travaillasses
il/elle travaillât
nous travaillassions
vous travaillassiez
ils/elles travaillassent
Subjonctif présent
je travaille
tu travailles
il/elle travaille
nous travaillions
vous travailliez
ils/elles travaillent
Impératif
travaille (tu)
travaillons (nous)
travaillez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais travaillé
tu avais travaillé
il/elle avait travaillé
nous avions travaillé
vous aviez travaillé
ils/elles avaient travaillé
Futur antérieur
j'aurai travaillé
tu auras travaillé
il/elle aura travaillé
nous aurons travaillé
vous aurez travaillé
ils/elles auront travaillé
Passé composé
j'ai travaillé
tu as travaillé
il/elle a travaillé
nous avons travaillé
vous avez travaillé
ils/elles ont travaillé
Conditionnel passé
j'aurais travaillé
tu aurais travaillé
il/elle aurait travaillé
nous aurions travaillé
vous auriez travaillé
ils/elles auraient travaillé
Passé antérieur
j'eus travaillé
tu eus travaillé
il/elle eut travaillé
nous eûmes travaillé
vous eûtes travaillé
ils/elles eurent travaillé
Subjonctif passé
j'aie travaillé
tu aies travaillé
il/elle ait travaillé
nous ayons travaillé
vous ayez travaillé
ils/elles aient travaillé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse travaillé
tu eusses travaillé
il/elle eût travaillé
nous eussions travaillé
vous eussiez travaillé
ils/elles eussent travaillé

TRAVAILLER

(tra-va-llé, ll mouillées, et non tra-va-yé) v. a.
Causer du malaise, de la souffrance physique.
Êtes-vous travaillé de la lycanthropie ? [RÉGNIER, Sat. X]
Pouvons-nous n'apercevoir pas ce que nous perdons sans cesse avec les années ? le repos et la nourriture ne sont-ce pas de faibles remèdes de la continuelle maladie qui nous travaille ? [BOSSUET, Mar.-Thér.]
Sans cesse elle est travaillée par des peines insupportables [ID., Anne de Gonz.]
Quelque léger dégoût vient-il le travailler.... [BOILEAU, Sat. x.]
La médecine [donnée par le médecin Philippe] le travailla [Alexandre] de telle sorte que les accidents qui s'ensuivirent fortifièrent l'accusation de Parménion [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. VI, p. 222, dans POUGENS]
La fièvre le travaillait quand nous partîmes, avec le médecin par-dessus [MARIV., le Legs, sc. 14]
Fig.
Puisque par vos conseils la France est gouvernée, Tout ce qui la travaille aura sa guérison [MALH., IV, 2]
Tourmenter, inquiéter.
Un oracle m'assure, un songe me travaille [CORN., Hor. IV, 4]
L'ambition ne me travaille point ; je ne crains guère de choses, et ne crains aucunement la mort [LA ROCHEFOUC., Portrait.]
De quel démon est donc leur âme travaillée ? [MOL., le Dép I, 6]
Ne trouvez-vous donc pas que l'inquisition est une manière bien sûre et bien commode pour travailler ses ennemis, quelque innocents qu'ils soient ? [PASC., Prov. XI]
Quand je considère, mes sœurs, les diverses agitations de l'esprit humain et tant d'occupations différentes qui travaillent inutilement les enfants des hommes [BOSSUET, Vêture prêchée le jour de la Nat. de la Ste Vierge, Préambule]
Mais pourquoi vainement travailler ma vieillesse ? Pourquoi pour un ingrat me tourmenter sans cesse ? [BARON, Andrienne, v, 5]
L'inquiétude qui me travaillait ne me permettant pas de demeurer dans la chapelle, j'en sortis [LESAGE, Guzm. d'Alf. VI, 4]
Les Grecs nous parlent toujours de ce grand nombre de citoyens qui travaillent la république [MONTESQ., Esp. XXIII, 26]
Se travailler l'esprit, l'imagination, s'inquiéter, se tourmenter.
Occuper, préoccuper.
Et de tous les pensers qui travaillent son âme.... [MALH., I, 4]
Dans ces saints empressements de la charité qui travaillaient l'âme du P. Bourgoing d'une pieuse inquiétude pour les membres affligés de Jésus-Christ [BOSSUET, Bourgoing]
Mon esprit.... ne se résoudrait jamais à se jeter parmi tant d'horreurs.... mais en même temps, chrétiens, un autre soin me travaille ; ce n'est pas un ouvrage humain que je médite [ID., Reine d'Anglet.]
Agiter, exciter au mécontentement, à la révolte. Travailler les esprits, le peuple, l'armée.
Travailler un pays en finance, se disait pour exercer avec rigueur les droits du fisc.
J'ai fait quelques progrès par mon expérience Dans l'art de travailler un royaume en finance [VOLT., Poëmes, Finances.]
Travailler un cheval, le manier ou le fatiguer. Travailler un cheval aux quatre coins ou de quart en quart, lui faire faire un tour à chaque coin du carré de la volte, en marquant toujours ce même carré sans s'arrêter. Travailler un cheval ferme à ferme, manier un cheval sans bouger de place, comme au piaffer. Travailler un cheval dans la main ou de la main à la main, le changer de main ; le conduire par le seul effet de la bride.
Façonner la pierre, un métal, etc.
Les Mexicains et les Péruviens savaient fondre et travailler l'or avant l'arrivée des Espagnols, et ils ne connaissaient pas le fer [BUFF., Hist. min. introd. Œuv. t. VII, p. 37]
Un miroir dont la surface serait égale à celle d'un autre, brûlerait à dix lieues à peu près aussi bien que le premier brûlerait à dix pieds, s'il était possible de le travailler sur une sphère de quarante lieues, comme on peut travailler l'autre sur une sphère de quarante pieds [ID., ib. p. 193]
Les boulangers disent dans un sens analogue : travailler la pâte. Il se dit semblablement des agents naturels.
Cette époque où le feu, et le feu seul, pénétrait et travaillait le globe [BUFF., Min. t. VI, p. 163]
Populairement. Travailler les côtes à quelqu'un, le maltraiter.
Soigner, exécuter avec soin. Travailler un mémoire, une affaire.
Quant aux vers, on n'en a point vu de moi que j'aie travaillés avec plus de soin [CORN., Othon, au lecteur.]
Voici celle de mes tragédies que je puis dire que j'ai le plus travaillée ; cependant j'avoue que le succès ne répondit pas d'abord à mes espérances [RAC., Brit. 2e préf.]
M. de la Motte pense beaucoup et ne travaille pas assez ses vers ; Rousseau ne pense guère, mais il travaille ses vers beaucoup mieux [VOLT., Lett. en vers et en prose, 8]
V. n. Se donner de la peine pour exécuter quelque chose, faire un ouvrage. Travailler de corps, d'esprit. Travailler à la terre. Travailler à un tableau.
Prends Corbie, Espagnol, prends-la, que nous importe ? Tu la rends à mon roi plus puissante et plus forte.... Et s'il t'a par pitié permis une victoire, Ta victoire elle-même a travaillé pour lui [CORN., Inscript. Reprise de Corbie.]
Depuis dix ans dessus l'F on travaille [à l'Académie], Et le destin m'aurait fort obligé, S'il m'avait dit : tu vivras jusqu'au G [BOISROBERT, dans RICHELET]
Celui-là qui se plaint qu'il travaille trop, s'il était délivré de cet embarras, ne pourrait souffrir son repos [BOSSUET, Serm. Impénit. 2]
Ne dites pas à ce zélé magistrat qu'il travaille plus que son grand âge ne le peut souffrir [ID., le Tellier.]
Je sens [quand j'écris une satire] que mon esprit travaille de génie [BOILEAU, Sat. VII]
On ne peut pas toujours travailler, prier, lire ; Il vaut mieux s'occuper à jouer qu'à médire [ID., Sat. X]
Travaillez à loisir, quelque ordre qui vous presse [ID., Art p. I]
Est-ce pour travailler que vous êtes prélat ? [ID., Lutr. I]
À voir les vers de Corneille si pompeux, et ceux de Racine si naturels, on ne devinerait pas que Corneille travaillait facilement, et Racine avec peine [MONTESQ., Goût, Beautés qui résultent d'un certain embarras de l'âme]
Il vaut mieux mourir que de traîner dans l'oisiveté une vieillesse insipide ; travailler, c'est vivre [VOLT., Lett. Thiriot, 8 déc. 1760]
La mienne [fortune] prend un tour si diabolique à la chambre des comptes, que je serai peut-être obligé de travailler pour vivre, après avoir vécu pour travailler [ID., Lett. à Mme de Bernière, 1724]
Comme les Lacédémoniennes ne doivent pas travailler, elles font filer la laine par des femmes attachées à leur service [BARTHÉLEMY, Anach. ch. 42]
Fig. et par plaisanterie.
Nous sommes cinq amis que la joie accompagne, Qui travaillons ce soir en bon vin de Champagne [REGNARD, le Distr. I, 6]
Travailler en grand, travailler sur un vaste plan, d'après des idées étendues, générales.
10° Plus spécialement, avoir de l'occupation, de l'ouvrage, en parlant de ceux qui exercent une profession mécanique ou industrielle. Les maçons travaillent très peu en hiver.
Quand on sait travailler, on craint peu la misère [FAVART, Annette et Lubin, 8]
Fig.
Labranche : Et toi, Crispin, travailles-tu toujours ? - Crispin : Non ; je suis, comme toi, un fripon honoraire [LESAGE, Crispin rival, 3]
11° Terme de mécanique. Se dit d'une machine en mouvement et produisant un effet utile, et aussi de la vapeur. Il se dit, en un sens analogue, des agents naturels.
Les temps où le volcan travaille et jette au dehors des vapeurs enflammées ou des matières brûlantes [BUFF., Théor. terr. Œuv. t. IX, p. 361]
12° Terme de musique. Se dit d'une partie qui a beaucoup à faire.
13° Travailler de rivière, ramollir une peau par le moyen de l'eau. Travailler à la main, former le corps d'un cierge avec de la cire qui n'a pas été fondue.
14° Terme de marine. Deux ou plusieurs cordages travaillent ensemble ou séparément, selon que leur effort est égal et réuni ou séparé.
15° Il se dit du compte qu'un ministre rend au prince, qu'un commis rend au ministre, etc.
Quand je reçus hier votre lettre, le roi travaillait dans ma chambre avec M. Voisin [MAINTENON, Lett. au card. de Noailles, 17 nov. 1707]
J'ai travaillé aujourd'hui avec M. de Chamillart pour les affaires de Saint-Cyr [ID., ib. 12 oct. 1695]
Il [M. de Chamillart] emploiera nos amis, et ne se fera pas un chagrin, comme M. de Louvois et son fils, de travailler avec le roi en bonne compagnie [ID., Lett. à Mme de St-Géran, 2 mars, t. II, p. 154, dans POUGENS.]
16° Fig. Travailler pour, travailler contre, diriger ce qu'on fait pour, contre quelqu'un ou quelque chose.
Et de quelle façon est-ce écouter des vœux, Qu'obliger un amant à travailler contre eux ? [CORN., Perthar. II, 2]
Alexandre ne croyait pas travailler pour ses capitaines, ni ruiner sa maison par ses conquêtes [BOSSUET, Hist. III, 7]
Vous n'aviez sous mon nom travaillé que pour vous [RAC., Brit. IV, 2]
17° Fig. Travailler à, s'occuper de, tendre à.
Je travaille à le perdre [Rodrigue] et le perds à regret [CORN, Cid, I, 3]
Tout vainqueur insolent à sa perte travaille [LA FONT., Fabl. VII, 13]
Je travaille à mettre en madrigaux toute l'histoire romaine [MOL., Préc. 10]
Cléone, avec horreur je m'en veux séparer [de Pyrrhus] ; Il n'y travaillera que trop bien, l'infidèle [RAC., Andr. II]
Je viens de travailler à ma fortune [LESAGE, Crispin rival, 1]
Travailler à, signifie aussi s'occuper de, pour amender.
Vous savez que je ne puis souffrir que les vieilles gens disent : Je suis trop vieux pour me corriger.... je veux tous les jours travailler à mon esprit, à mon âme, à mon cœur, à mes sentiments [SÉV., 7 oct. 1671]
18° En parlant du bois, se déjeter. Cette poutre, cette porte travaille. Terme de maçonnerie. Se dit d'un bâtiment mal construit dont les murs bouclent et sortent de leur aplomb. Dans l'exploitation des mines, il se dit d'un toit qui s'affaisse tout doucement.
19° Se dit des pièces d'une machine qui supportent le plus grand poids, la plus forte pression.
20° Terme de marine. Supporter un grand effort, souffrir des mouvements violents qu'imposent le roulis et le tangage. Un navire travaille à l'ancre ou sous voile. Une ancre travaille, quand le câble en éprouve une tension très grande. Un cordage travaille quand il est fortement tendu par le vent, la mer, le cabestan, etc.
21° Son estomac travaille, il a de la peine à digérer.
22° En parlant du vin, des liqueurs, etc. fermenter. Quand la vigne est en fleur, le vin travaille. Terme de peinture. Se dit des couleurs qui changent avec le temps. Fig. Sa tête, son esprit travaille, il est fortement agité, préoccupé.
Les malades ont des bizarreries ; on le sait, leur tête travaille, ils attachent quelquefois leur soulagement à des choses qui n'ont pas le sens commun [DIDER., Lett. à Mlle Voland, 23 sept. 1762]
23° Produire un revenu, en parlant d'argent placé en spéculations, en prêts, etc.
Cependant notre argent [de la charge de Ch. de Sévigné] nous brûle et ne travaille point [SÉV., 26 janv. 1683]
Je travaille jour et nuit à faire travailler mon argent, afin qu'il augmente [DANCOURT, 2e chap. du Diable boît. Prol. sc. 1]
Oui, pour des ladres comme vous, qui ne connaissent d'autre bonheur que celui d'amasser du bien, et de faire travailler leur argent à gros et très gros intérêt [REGNARD, Sérénade, 1]
24° Se travailler, v. réfl. Être travaillé, façonné. Cette substance ne se travaille pas facilement.
25° Se fatiguer.
Il [Jésus] va, au péril de sa vie, chercher sa brebis égarée, il la rapporte sur ses épaules, parce que, errant de çà et de là, elle s'était extrêmement travaillée [BOSSUET, 2e serm. Quinq. 1]
26° Faire des efforts, se tourmenter.
J'eus honte de brûler pour une âme glacée, Et, sans me travailler à lui faire pitié, Restreignis mon amour aux termes d'amitié [MALH., VI, 32]
Plus l'esprit s'y travaille [dans les œuvres de Dieu], et plus il s'y confond [CORN., Imit. IV, 18]
Elle [la grenouille] qui n'était pas grosse en tout comme un œuf, Envieuse, s'étend, et s'enfle, et se travaille Pour égaler l'animal [un bœuf] en grosseur [LA FONT., Fabl. I, 3]
Hé quoi ! dit-il, cette canaille Se moque impunément de moi ! Je vais, je viens, je me travaille, J'imagine cent tours [ID., Fabl. XI, 3]
Il est guindé sans cesse, et, dans tous ses propos, On voit qu'il se travaille à dire de bons mots [MOL., Mis. II, 5]
Ceux qui se travailleront de ce soin [l'immortalité de l'âme] [PASC., Pens. IX, 1, édit. HAVET.]
Si bien que les plus sages, après que cette première ardeur qui donne l'agrément aux choses du monde est un peu ralentie par le temps, s'étonnent le plus souvent de s'être si fort travaillés pour rien [BOSSUET, Sermons, Loi de Dieu, 3]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Cis qui custivent la terre ne deit l'um travailer [tourmenter], se de lour droite cense non [, Lois de Guill. 33]
    Pai tantes teres [il] ad sun cors traveillet [, Ch. de Rol. X]
    Karles se dort cum hume traveillet [, ib. CLXXXI]
  • XIIe s.
    Od [avec] tei serai, et Israël te liverai, et le lignage David travaillerai [, Rois, p. 280]
    Ne velt mie plus lonc cachier [chasser], Ne ses hommes plus travillier [WACE, Brut, 14879]
    Se j'en travail [souffre], je n'en sai qui blasmer [, Couci, II]
    Merci, Amours : trop m'avez traveillé [, ib. VII]
  • XIIIe s.
    Ele [la reine Blanche] aime tant son petit enfançon [Louis IX], Que ne veut pas qu'il se travaut souvent En departir l'avoir de sa maison [HUES DE LA FERTÉ, Romancero, p. 182]
    Cil chasteaus les traveilla mout longuement, et ne pourquant tant i sistrent que rendu leur fu.... [VILLEH., CXXXV]
    La royne [ils] ne vourent [voulurent] longuement traveiller [fatiguer] [, Berte, X]
    Se il ne fussent si traveillié [las] comme il estoient [H. DE VALENC., V]
    Grant faim [il] avoit, si l'a mangié [un morceau] ; Molt l'avoit la mer [la navigation] traveillié [, Lai de Melion]
    S'aucuns me preste son ceval por fere mon labor ou por cevaucier, et je le rent plus megre et plus traveillié qu'il n'estoit quant je l'empruntai [BEAUMANOIR, XXXVII, 4]
    Guillaume de Biaumont vint à li et li dit : vous vous traveillés pour nient : car le seneschal est mort [JOINV., 277]
    Il breoient aussi comme femmes qui traveillent d'enfant [ID., 237]
    Qui ne velt travailler, Si ait petit loier [, Marcoul et Salemon, ms. de St Germ. f° 116, dans LACURNE]
  • XIVe s.
    Mains travaillées et ensanglantées de sang humain [, Chr. de St Denis, t. II, f° 6]
  • XVe s.
    Ils ne firent oncques en leur vie autre chose fors que traveiller de royaume en royaume pour trouver et avoir faits d'armes [FROISS., II, III, 19]
    Et tant travellai et chevauchai en querant de tous costés nouvelles que.... [ID., II, III, 1]
    En Angleterre, Henry, fils de Henry de Lancastre, qui travailla France [G. CHASTEL., Éloge du duc Philippe.]
    Quand l'imagination est travaillée de plusieurs choses, elle rend l'entendement comme tout aveugle [, Bouciq. IV, 11]
    Pour lors avoit envoyé le roy devers l'empereur Jehan Tiercelin seigneur de la Brosse pour travailler qu'il ne s'appoinctast avec le duc de Bourgongne [COMM., IV, 3]
  • XVIe s.
    Si n'estoit point besoing de se travailler pour amasser de grandes richesses en lieu où l'opulence n'estoit aucunement utile ne prisée [AMYOT, Lyc. 52]
    Les maulx qui ont accoustumé de travailler les hommes [ID., Numa, 32]
    La poesie d'Antimachus et la peinture de Dionysius sont bien pleines de nerfs et de vigueur ; mais on voit incontinent, que ce sont choses travaillées et faittes avec peine et labeur [ID., Timol. 47]
    Par lequel changement apperra le fonds emploié en bois servir autant que celui qui travaille en bleds, ou en vins [O. DE SERRES, 785]
    Une damoiselle qui travailloit fort d'une ardeur d'urine [, Dial. de Tahureau, p. 159, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Travail ; provenç. trebalhar, trebailhar ; espagn. trabajar ; portug. trabalhar ; ital. travagliare. Travailler a eu le sens de voyager ; sens qui se lie à celui de peine, de fatigue ; c'est de cette acception que dérive l'anglais to travel, voyager.

travailler

TRAVAILLER. v. tr. Tourmenter, soumettre à une gêne, causer de la peine. Cette fièvre le travaille cruellement. J'ai fait un rêve qui m'a travaillé toute la nuit. L'inquiétude, la jalousie le travaille. Il se travaillait inutilement à chercher la pierre philosophale. Se travailler l'esprit, l'imagination.

Travailler les esprits, le peuple, l'armée, Les agiter, les exciter au mécontentement, à la révolte.

Travailler un cheval, Le contraindre à certains exercices. Ce cheval a été trop travaillé.

TRAVAILLER signifie encore Soumettre une matière à un travail, la façonner. Ces gens-là travaillent bien le fer, le bois. On ne peut pas mieux travailler le marbre. Le boulanger travaille la pâte pour faire du pain.

Il signifie encore Soigner, exécuter avec soin. Vous n'avez pas assez travaillé ce mémoire. Il faudrait un peu plus travailler votre style. Travailler ses vers.

Il signifie familièrement Étudier. Travailler le piano, le violon.

TRAVAILLER s'emploie aussi comme verbe intransitif et signifie Se donner de la peine, faire un effort soutenu pour exécuter quelque chose; faire un travail, un ouvrage. Travailler sans relâche. Travailler assidûment. Travailler nuit et jour. Travailler à la journée, aux pièces. Travailler pour soi. Il se tue à travailler. Travailler utilement. Il est en âge de travailler. Travailler à un ouvrage. Travailler à sa vigne. Travailler à l'aiguille. Il travaille bien de son métier. Travailler en chambre.

Il signifie encore Avoir de l'occupation, de l'ouvrage et se dit de Ceux qui exercent quelque profession mécanique ou industrielle. De nombreux ouvriers n'ont pas travaillé de tout cet hiver. Par extension, Cette usine travaille à plein.

Cette machine travaille, Elle est en mouvement et produit un effet utile.

Faire travailler son argent, Le placer, lui faire produire intérêt. Son argent travaille sans cesse, Il est continuellement replacé, il produit toujours un nouvel intérêt.

TRAVAILLER À signifie S'occuper de, s'efforcer de. Travailler à son salut, à sa fortune. Travailler au bonheur des hommes. Travailler à la ruine de quelqu'un. Il travaille à les réconcilier.

Il se dit encore du Vin, de la bière et des autres liquides qui fermentent. Ce vin a travaillé.

Fig., Son esprit travaille, sa tête travaille, Son esprit, sa tête fermente, est dans une sorte d'agitation causée par quelque projet, par quelque ouvrage.

TRAVAILLER se dit également des Matériaux de construction qui subissent un effort, qui se déforment sous l'action de l'humidité, de la chaleur, etc. Ce mur a travaillé. Ce parquet, cette porte a travaillé. Le bois travaille. Cette poutre a travaillé.

Le participe passé TRAVAILLÉ s'emploie adjectivement dans les divers sens du verbe. Un homme travaillé de la fièvre, de la goutte, de la pierre. Un cheval trop travaillé. Ouvrage bien travaillé. Style travaillé.

Ce cheval a les jambes travaillées, Il a les jambes fatiguées, ruinées par le travail.

travailler

Travailler, Laborare, Opus facere.

Tantost travailler, tantost reposer, changer puis d'un, puis d'autre, Otium labore variare.

Se mettre à travailler et cheminer, Dare se labori et itineribus.

Themistocles se pouvoit bien passer de travailler, Licuit esse otioso Themistocli.

Voila à quoy je travaille, de, etc. Nunc id operam do, vt, etc.

Travailler jusques à suer, Exudare laborem.

Travailler à quelque chose, Operam insumere.

Tu as travaillé selon que les affaires le requeroyent, Negotiis paria fecisti.

Un affaire où la Cour doibt travailler, ou jamais, Digna res aut causa occurrit, in quam omnes nerui seueritatis et constantiae iudicialis ab vniuersa Curia contendantur. quando hoc vel iudicio, vel Curiae consulto statuitur, an indoles priscae Curiae stirpes adhuc habeat, an funditus interierit. B.

¶ Travailler et ennuyer aucun, ou tourmenter, Infestare, Exercere, Fatigare, Inquietare, Vexare, Facessere negotium alicui.

Travailler grandement, Conuexare.

Troubler et travailler aucun, Differre aliquem.

Travailler aucun, et faire courir, ou chasser çà et là, Exagitare.

¶ Travailler en vain, Laborem inanem capere, Operam perdere, vel ludere, Sumere operam vel Sumere operam frustra.

Travailler pour aucun, Operam suam pro aliquo interponere, Niti pro aliquo.

Travailler pour la rep. Operam reip. tribuere.

Je ne travaille point moins pour son affaire que luy-mesme, Non minus de illius re laboro, quam ipse de sua.

Ne se travailler point pour quelque chose, ne s'en chaloir, Ne digitum quidem porrigere in rem aliquam, Manum non vertere.

Qui travaille fort et prend grande peine, Laboriosus, Operosus.

Qui ne travaille point, Laboris expers.

Chose où on n'a pas fort travaillé, ne prins grande peine à la faire, Inelaboratum.

Celle qui travaille à quelque chose, Cultrix.

Travaillé, Exercitus, Fatigatus, Vexatus.

Qui n'est point travaillé de labeur, Integer ab labore.

¶ Estre fort travaillé ou tormenté de proces, Euripis forensibus iactari, In vndis Palatinis fluctuari. Bud.

Travaillant, Industrius.

Synonymes et Contraires

travailler

verbe intransitif travailler
2.  Avoir une profession.
3.  Ne plus être droit.

travailler

verbe transitif travailler
1.  Chercher à perfectionner.
façonner, fignoler, fouiller, polir, soigner -familier: lécher -littéraire: châtier.
2.  Approfondir la connaissance de.
étudier -familier: bosser, bûcher, potasser -littéraire: cultiver -vieux: piocher.
3.  Exercer une influence sur.

travailler

verbe transitif indirect travailler
Traductions

travailler

(tʀavaje)
verbe intransitif
1. exercer un métier Elle travaille dans un musée.
2. effectuer un travail travailler sur un projet
3. agir dans un but travailler à nuire à qqn

travailler

arbeiten, schaffenwork, labour, jobwerken, arbeiden, (be)studeren, beïnvloeden, bewerken, gisten, mishandelen, plagen, rijzen, trainen, van roof/prostitutie levenהתעסק (התפעל), עבד (פ'), עיבד (פיעל), עמל (פ'), עסק (פ'), הִתְעַסֵּק, עִבֵּד, עָבַד, עָמַלarbei, werklaborar, treballararbejdelaboritrabajartyöskennelläverka, vinnalavorare, funzionarepracowaćtrabalhar, lidarработатьarbeta, verkaçalişmak, çalışmakδουλεύω, επεξεργάζομαι, εργάζομαιيَعْمَلُpracovatraditi働く일하다arbeideทำงานlàm việc工作工作
verbe transitif
1. soumettre à une action travailler le bois
2. chercher à améliorer travailler son anglais
3. préoccuper Ce souvenir me travaille jour et nuit.

travailler

[tʀavaje]
vi
[personne] → to work
[bois] → to warp
vt
(= façonner) [+ bois, métal] → to work; [+ pâte] → to knead; [+ objet d'art] → to work on
travailler la terre → to work the land
[+ discipline] travailler son piano → to do one's piano practice (Grande-Bretagne), to do one's piano practise (USA)
(= préoccuper) cela le travaille → it's on his mind
(= influencer) → to work on
travailler qn au corps → to pester sb
(autre locution) travailler à → to work on (= contribuer à) → to work towards
travailler à faire → to endeavour to do (Grande-Bretagne), to endeavor to do (USA)