trayon

trayon

[ trɛjɔ̃] n.m.
Extrémité du pis des femelles laitières.

TRAYON

(trè-ion) s. m.
Bout du pis d'une vache, d'une chèvre, etc.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Li quens Berenger out une fille moult bele, Pope l'apele l'en, mout ert gente pucele, N'avoit encore en sein ne triant ne mamele [DU CANGE, trahere.]
  • XIIIe s.
    On dit que vous la troverez [l'hyène] Une fois malle, autre femelle, Et o traians et o mamelle [, ib.]
    Quant li veal [les veaux] male sont veallez, qu'il aient lour lait entierement un mois, et al chef du mois lour tollez un treoun, et ensi de semaine en semaine un treoun [, Bibl. des ch. 4e série, t. II, p. 368]
  • XVIe s.
    N'ayant le veau si tost mis dans la bouche le trayon de la mere, que le laict n'en sorte, comme le vin d'un tonneau qu'on perce [O. DE SERRES, 283]

ÉTYMOLOGIE

  • Traire ; norm. tran, train ; picard, trayan.

trayon

TRAYON. n. m. Bout du pis d'une vache, d'une chèvre, etc., que l'on prend pour traire le lait.

trayon


TRAYON, s. m. [Tré-ion: 1reé fer.] Le bout du pis d'une vache ou d'une chèvre qu'on prend dans les doigts pour la traire.

Traductions

trayon

speen [uier], tepel

trayon

teat