treillage

treillage

[ trɛjaʒ] n.m.
Assemblage de lattes en treillis ; clôture à claire-voie : Le treillage d'un court de tennis.

TREILLAGE

(trè-lla-j', ll mouillées, et non trè-ya-j') s. m.
Assemblage de perches, de lattes, les unes verticales, les autres horizontales ou diagonales en losanges, ou toutes verticales unies par des fils de fer, dessinées en petits carrés. Le jasmin s'enlace au treillage. Berceau de treillage. Treillage artistique pour parcs et salons de fleurs.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Les vignes arbustives ou branchées, soutenues d'arbres, et autres eslevées hautement en treillages [O. DE SERRES, 156]

ÉTYMOLOGIE

  • Treille ; Berry, trillage, vigne disposée en longs sarments sur des perches ou sur des arbres.

treillage

TREILLAGE. n. m. Assemblage de perches, de lattes ou d'échalas posés en carrés, en losanges, etc., pour former des berceaux, des palissades ou des espaliers dans les jardins. Un mur garni de treillage. Cette allée est terminée par un grand berceau de treillage, par un pavillon de treillage. Arcade, colonne de treillage.

treillage


TREILLAGE, s. m. TREILLE, s. f. [Trè-glia-ge, trè-glie: 1reè moy. mouillez les ll.] Treillage est un assemblage de perches, d'échalâs, ou de barreaux de fer, posés et liés l'un sur l'aûtre par petits cârrés, pour faire des berceaux, des palissades ou des espaliers, dans les jardins. "Berceau, pavillon de treillage. = Treille, berceau, ou couvert, fait de ceps de vigne entrelacés, soutenus par des perches, ou par des pièces de bois, ou par des barreaux de fer. — En st. famil. et plaisant, le jus de la treille, le vin. = On a dit anciènement treille pour grille du choeur et des parloirs des Religieuses. "En présence du Père spirituel, qui sera assis à la treille. S. Fr. de S.

Traductions

treillage

הדליה (נ), רישות (נ)

treillage

lattice, trellis

treillage

[tʀɛjaʒ] nmlattice work, trellis