trempe

trempe

n.f.
1. Refroidissement rapide d'un produit qui permet d'obtenir une grande dureté : La trempe de l'acier, du verre.
2. Fig. Fermeté morale, intellectuelle : Une personne de cette trempe sera seule capable de redresser l'entreprise envergure, qualité, valeur
3. Fam. Volée de coups ; vigoureuse correction.

TREMPE

(tran-p') s. f.
Action de tremper dans un liquide, d'humecter. Terme d'imprimerie. Action d'humecter le papier pour imprimer. Dans les brasseries, eau propre à faire fermenter le grain. Mise en trempe, mise de la matière de l'amidon dans une eau sure ou aigrie.
Premier jet de cire qu'on donne aux mèches des bougies de table.
Opération qui consiste à refroidir brusquement l'acier en le plongeant dans l'eau froide ou dans tout autre liquide, après l'avoir porté à une température élevée, et qui a pour effet de lui donner une grande dureté. Donner la trempe.
La trempe saisit l'acier dans un moment où ses principes, quoique les mêmes, sont moins mêlés [BRISSON, Traité de phys. t. I, p. 36]
La trempe consiste uniquement dans le passage subit de l'incandescence au refroidissement le plus prompt [MONGEZ, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. V, p. 553]
Les écrivains anciens ne font aucune mention de la trempe du cuivre [ID., ib. p. 208]
Plus le refroidissement est prompt et fort, plus l'acier acquiert de dureté ; aussi la trempe dans le mercure froid est-elle celle qui donne le plus de dureté à l'acier [A BRONGNIART, Traité de min. t. II, p. 391]
Trempe à la volée, nom donné à la trempe ordinaire pour la distinguer d'une autre opération dite abusivement trempe en paquet, et qui consiste à cémenter d'abord, puis à tremper de petites pièces de fer, dont la surface seule a besoin d'être aciérée.
Qualité qu'a acquise le fer par la trempe. La trempe de ce rasoir est excellente.
Les armes ne furent plus d'une assez bonne trempe [VOLT., Louis XIV, 18]
Fig.
Toute la métamorphose d'Ovide est manifestement d'invention ; on peut en tirer des sujets de tragédie, mais non pas inventer sur ce modèle, si ce n'est des épisodes de même trempe [CORN, 2e disc.]
Elle [notre amitié] ne saurait périr.... elle est d'une bonne trempe, et le fond en tient à nos os [SÉV., à Bussy, 23 janv. 1671]
Fig. Constitution physique, caractère moral de l'homme.
Ah ! si votre grande âme à peine s'en répond, La mienne qui n'est pas d'une trempe si belle.... [CORN., Tite et Bérén. II, 2]
C'est un esprit que je redoute, et qui n'est pas de trempe à se laisser mener comme celui de sa mère [MOL., Am. magn. IV, 4]
Il n'y a point, en vérité, un autre ami de cette trempe [il s'agit d'Hacqueville] [SÉV., 25 déc. 1675]
Une bonne tête, ou un ferme génie qui se trouve né avec cette prudence que les autres hommes cherchent vainement à acquérir, qui a fortifié la trempe de son esprit par une grande expérience [LA BRUY., XI]
Un homme de la trempe de M. Leibnitz, qui est dans l'étude de l'histoire, en sait tirer de certaines réflexions générales élevées au-dessus de l'histoire même [FONTEN., Leibnitz.]
Son cher Birton et un autre débauché de la même trempe [VOLT., Jenni, 6]
Ce n'est pas notre condition, c'est la trempe de notre âme, qui nous rend heureux [ID., Dict. phil. Heureux.]
La trempe de son âme, qui le portait à vouloir au delà même de ce qu'il pouvait [RAYNAL, Hist. phil. IV, 22]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Maintenir l'ame et la raison en bonne trempe [MONT., I, 303]
    Leur acier n'est pas de meilleure trempe que celuy de quoy nous nous armons [ID., I, 355]
    Les criminels qui rencontrent les juges en quelque bonne trempe, doulce et debonnaire [ID., II, 321]
    Prescrivants tel ou tel delay, selon la trempe de leur cholere [ID., III, 182]
    Le fer devenoit si aigre et si esclattant par le moyen de celle trempe, que l'on n'en pouvoit rien faire [AMYOT, Lysand. 32]
    Henri troisieme avoit beaucoup aidé à les mettre en cette trempe [opinion], embrassant fort courtoisement tous ceux qui se pensoient les plus haïs de luy [D'AUB., Hist. III, 362]
    Il l'envoya devant à Chasteaubriand pour faire tout de loing la premiere trempe [impression] de la peur [CARL., I, 32]
    Ils avoient le cœur et la cuyrasse de bonne trempe, et à l'espreuve de.... [ID., V, 18]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. TREMPER ; wallon, treinp.

trempe

TREMPE. n. f. T. d'Arts. Action, manière de tremper le fer, l'acier, le bronze, le verre, etc. La trempe du fer. Donner la trempe.

Il désigne aussi la Qualité que le fer, l'acier, etc., contracte quand on le trempe. Cette épée est d'une bonne trempe. La trempe de ce coutelas est très bonne. La trempe de cet acier est excellente.

Il se dit figurément de la Constitution du corps de l'homme et de la Qualité de son âme, de son caractère. Rien ne peut altérer sa santé, c'est un tempérament d'une bonne trempe. La trempe de son âme. Les âmes d'une certaine trempe. Peu d'hommes ont un caractère de cette trempe.

En termes d'Imprimerie, il désigne l'Action de tremper, d'humecter le papier sur lequel on veut imprimer. La trempe varie suivant les diverses qualités du papier. Dans ce sens on dit aussi Trempage.

trempe


TREMPE, s. f. TREMPER, v. act. et n. [Tranpe, : 1re lon. 2ee muet au 1er, é fer. au 2d.] Trempe est, au propre, l'action de tremper le fer. "Doner la trempe. "Cet ouvrier a ou fait une trempe admirable. = C'est aussi la qualité que le fer contracte, quand on le trempe. "Cette épée est de bone trempe: la trempe en est bone. "La trempe de cet acier est excellente. = Il se dit au figuré, mais tout au plus dans le style médiocre. "Corps d'une bone trempe, bien constitué: homme robuste. Esprit de, ou d' une bone trempe, esprit ferme et solide; et ainsi du caractère, de l'humeur. "Notre conduite et nos entreprises dépendent de la trempe de notre âme, et nos succès dépendent de la fortune. Volt. "Voilà ce qui me touche jusqu'au coeur, de voir des amis de cette trempe. SÉV. "Cela supôse une âme naturellement délicate et noble: il en est peu de cette trempe; et ce n'est pas un bon présage du changement, que vous m'anoncez, que d'atendre, au sein même du vice, le moment d'être vertueux tout d'un coup. Marm.
   Vous trouvez un esprit de la trempe du vôtre;
   Et vous n'eussiez jamais réussi près d'un aûtre.
       Piron, Métrom.
= * Trempe, adjectif, pour, trempé est un barbarisme provençal: je suis tout trempe. Voy. plus bâs TREMPÉ.
   TREMPER, mouiller, imbiber, en mettant dans une liqueur. "Tremper un linge dans l'eau; du pain, du biscuit dans du vin. — Tremper la soupe, verser le bouillon sur les soupes de pain. = Tremper du fer, de l'acier, les plonger tout rouges dans une eau préparée, pour les durcir. Tremper son vin, y mettre beaucoup d'eau. — Tremper ses mains dans le sang inocent, comettre un meurtre, ou seulement l' ordoner, le conseiller, ou y consentir.
   Et les chiens tremperont leurs langues altérées
   Dans les flots de leur sang.
       Le Franc.
= Tremper est aussi neutre; et au propre; ce linge trempe depuis deux jours; laisser tremper, faire tremper, mettre tremper (et non pas à tremper, comme disent plusieurs) et au figuré; participer, être complice;tremper dans une sédition, dans une conjuration, dans un crime. — Il est de tous les styles. — Racine lui fait régir le datif, qui l'acomodait mieux que la prép. dans:
   Trempe-t'elle aux complots de ses perfides Frères?
   TREMPÉ, ÉE, partic. et adj. "Être trempé, avoir son habit tout trempé, extrêmement mouillé. — Tout trempé de sueur, qui a beaucoup sué.

Synonymes et Contraires

trempe

nom féminin trempe
1.  Caractère propre à quelqu'un.
2.  Populaire. Vigoureuse correction.
Traductions

trempe

temple

trempe

têmpera

trempe

تبريد

trempe

quenching

trempe

[tʀɑ̃p] nf
de cette trempe → of this calibre (Grande-Bretagne), of this caliber (USA), of his calibre (Grande-Bretagne), of his caliber (USA)