tribun

(Mot repris de tribuns)

tribun

[ tribœ̃] n.m. [ lat. tribunus ]
Orateur populaire, à l'éloquence puissante et directe : Jean Jaurès était un grand tribun.

TRIBUN

(tri-bun) s. m.
Tribuns militaires, magistrats qui, à Rome, furent temporairement revêtus de l'autorité des consuls. Tribuns de légion, officiers supérieurs qui commandaient tour à tour une légion. Il y avait six tribuns dans chaque légion.
À Rome, tribun de la plèbe, magistrat chargé de défendre les droits et les intérêts de la plèbe.
Les lois sacrées établirent des tribuns qui pouvaient, à tous les instants, arrêter les entreprises des patriciens [MONTESQ., Esp. XI, 14]
Cicéron croit que l'établissement des tribuns de Rome fut le salut de la république [ID., ib. v, 11]
Fig. Démagogue, factieux.
Je me croyais dans la nécessité ou de subir avec lui le joug du monde le plus honteux, ou de m'ériger purement et simplement en tribun du peuple, qui est le parti du monde le moins sûr et même le plus bas, toutes les fois qu'il n'est pas revêtu de force [RETZ, Mém. t. I, liv. II, p. 265, dans POUGENS]
En France, membre du tribunat, corps politique qui avait été créé par la constitution de l'an VIII.
On a l'air de se demander.... si c'est bien le probe et austère Carnot.... l'ancien tribun éliminé.... [VILLEMAIN, Souv. contemp. les Cent Jours, XII]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    E après, Judas establi conestables sor le pople e tribuns e centurions [, Machab. I, 3]
  • XIVe s.
    Tribun de plebe estoient certains magistraz qui estoient du plebe et esleus par le plebe, pour aider le plebe contre les peres et contre le senat [BERCHEURE, f° 3]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. tribunus, de tribus, tribu.

tribun

TRIBUN. n. m. T. d'Antiquité romaine. Magistrat chargé de défendre les droits et les intérêts du peuple. Les tribuns du peuple étaient des personnes sacrées.

Tribuns militaires, Chefs qui commandaient tour à tour une légion.

TRIBUN se dit figurément d'un Orateur qui s'érige en défenseur des droits, des intérêts du peuple. Une éloquence de tribun.

Il est aussi le Nom que portaient, en France, les membres du tribunat, corps politique qui avait été créé par la constitution de l'an VIII.

tribun


TRIBUN, s. m. TRIBUNAL, s. m. TRIBUNAT, s. m. TRIBUNE, s. fém. TRIBUNITIENNE, adj. fém. [Tri-beun, bunal, na, ne, niciène: 4eè moyen au dern.] Tribun, chez les Romains, était, 1°. un des Magistrats chargés de défendre les intérêts des Plébéiens. = 2°. C'était le nom des Oficiers qui comandaient en chef un Corps de gens de guerre. "Le Tribun de la première Légion. = Tribunat, Charge du Tribun (n°. 1°.) Briguer le Tribunat. = Le tems de l'exercice de cette Charge. Durant son tribunat. = Tribunal et Tribune nous viènent des Romains. L'un était le siège du Juge, du Magistrat; l'aûtre un lieu élevé, d'où les Orateurs Grecs et Romains haranguaient le Peuple. = Aujourd'hui Tribunal se dit de la Juridiction d'un ou de plusieurs Magistrats. "Il m'a traduit devant tous les Tribunaux de France. = On dit fig. le Tribunal de Dieu; le Tribunal de la Pénitence, ou de la Confession; le Tribunal de la conscience.
   Vengeur terrible, mais juste,
   Viens changer mon triste sort.
   De ton Tribunal auguste
   Partent la vie et la mort.
       Le Franc.
= Tribune est, parmi nous, un lieu élevé dans une Église, où l'on place ordinairement les Musiciens. = C'est aussi un lieu plus ou moins élevé au-dessus du rez-de-chaussée de l'Église, où d'aûtres persones se mettent pour entendre le service divin plus comodément. = Puissance tribunitienne, celle du Tribun; son autorité. "La Puissance tribunitienne faisait une partie essencielle du pouvoir des Empereurs Romains.

Synonymes et Contraires

tribun

nom masculin tribun
Personne qui parle en public.