tricheur, euse

TRICHEUR, EUSE

(tri-cheur, cheu-z') s. m. et f.
Celui, celle qui triche, qui trompe au jeu. C'est un tricheur, une tricheuse.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Et Tybert son cousin, qui ert [était] faus et trichiere [, Berte, X]
    C'est cele qui les tricheors Fait tous, et les faus plaideors, Qui maintes fois, par leur faveles, Ont as [aux] valés et as puceles Lor droites herités tolues [, la Rose, 181]
  • XIVe s.
    C'est Venus la triceresse née de Cypre [ORESME, Éth. 206]
  • XVe s.
    Temps sans cremeur [crainte], temps de perdicion, Aage tricheur, tout va desloiaument [E. DESCH., Ball. sur le temps present.]
    Toudis se craint tricheur qui a trichié [ID., Poésies mss. f° 445]
    Li suppliant dist à Bertran Ogier : Tu n'es que un tricheur et un plaideur [DU CANGE, tricator.]
  • XVIe s.
    Le noble il gardera, Et en proie et butin ne l'abandonnera à l'avare usurier, ny au plaideur tricherre, Qui par mille moiens luy font perdre sa terre [DU BELLAY, VIII, 49, recto.]

ÉTYMOLOGIE

  • Tricher ; provenç. trichaire, trichador, au fém. trichairitz ; ital. trecchiero. Trichere, trichaire est le nominatif ; tricheor, trichador est le régime ; du bas-lat. tricátor, tricatórem.