tripaille

TRIPAILLE

(tri-pâ-ll', ll mouillées, et non tri-pâ-ye) s. f.
Terme collectif. Amas d'entrailles d'animaux. Jeter des tripailles à la voirie. Toutes les entrailles, tous les intestins d'un animal.
Où la tripaille est frite en cent sortes de mets [RÉGNIER, Sat. x.]
Terme de chasse. Entrailles de bœuf, avec quoi on fait la mouée aux chiens.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Je feus curieux de faire apporter toute ceste tripaille [la panse d'un bouc tué] en ma presence [MONT., III, 225]

ÉTYMOLOGIE

  • Tripe ; wallon, tripail.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

tripaille

TRIPAILLE. n. f. Amas de tripes; il n'est usité qu'en parlant des Entrailles d'animaux, considérées comme une chose sans valeur, ou comme un objet de dégoût. Ce n'est que de la tripaille. Il est familier.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

tripâille


TRIPâILLE, s. f. TRIPE, s. f. [Tripâ-glie: 2e lon. au 1er, 3e e muet, mouillez les ll.] Tripe et tripâille se disent des boyaux des animaux et de certaines parties de leurs intestins. "Cela sent la tripe. Manger de la tripe. Vendre des tripes. "Ce n'est-là que de la tripâille. = Tripe est du style simple. Tripâille ne se dit guère que par mépris. = On dit, proverbialement, d'un homme qui a beaucoup vomi; qu'il a vomi tripes et boyaux.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Synonymes et Contraires

tripaille

nom féminin tripaille
Amas de tripes.
Le Grand Dictionnaire des Synonymes et Contraires © Larousse 2004