trituration

trituration

n.f.
Action de triturer.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

TRITURATION

(tri-tu-ra-sion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
Action de triturer. La trituration des aliments dans la bouche. Anciennement, action qu'on attribuait à l'estomac, faussement ; car les aliments y sont dissous, non triturés.
Spallanzani démontre que la digestion est produite par un suc de l'estomac qui dissout les aliments, et que la trituration ne saurait en être la cause [SENNEBIER, Ess. art d'obs, t. I, p. 47, dans POUGENS]
Particulièrement, action de réduire une substance en poudre en la triturant dans un mortier ; c'est-à-dire en la broyant circulairement entre l'extrémité du pilon et le fond du mortier. La trituration des écorces.
Terme d'alchimie. Trituration philosophique, calcination de la matière des sages lorsqu'on voyait paraître le noir.
À la poste, l'action de distribuer par sorte les lettres, les paquets [DU CAMP, Rev. des Deux-Mondes, 1er janv. 1867, p. 193]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. triturationem, de triturare, triturer.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

trituration

TRITURATION. n. f. T. didactique. Broiement, réduction d'un corps solide en parties très menues ou en poudre. On fait la trituration des bois, des écorces et des minéraux en les pilant dans des mortiers. La trituration des aliments dans la bouche.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5
Traductions