troc

(Mot repris de trocs)

troc

[ trɔk] n.m.
1. Échange direct d'un objet contre un autre : À l'école, les enfants font beaucoup de troc.
2. Système économique n'employant pas la monnaie : Une économie de troc où l'on échange une marchandise contre une autre

TROC

(trok) s. m.
Échange commercial d'objets.
C'est une marchandise de plus que l'Europe reçoit en troc de l'Amérique, et qu'elle envoie en troc aux Indes [MONTESQ., Esp. XXII, 5]
Ce sera le troc de Sarpédon [lisez Glaucus, Iliade, VI, V. 232-237] ; vous me donnez de l'or, et je vous rendrai du cuivre [VOLT., Lett. cardinal Quirini, 25 oct. 1745]
Fig.
Mais que dire du troc que la Fortune fit... ? Cette déesse inconstante Se mit alors en esprit De voir un homme se pendre ; Et celui qui se pendit S'y devait le moins attendre [LA FONT., Fabl. IX, 16]
Troc pour troc, échange d'une chose contre une autre, sans supplément de retour.
Papier pour papier, troc pour troc, voilà comme on négocie [DANCOURT, les Agiot. III, 9]

SYNONYME

  • TROC, ÉCHANGE. En droit, l'échange est un contrat, le troc un simple fait où l'on livre une chose pour une autre équivalente. En économie politique, échange est le terme général. J'échange mes produits contre ceux dont j'ai besoin, par l'intermédiaire de deux ventes : je vends mon produit, et de l'argent que j'en tire j'achète le produit d'autrui ; par cette vente et cet achat, l'échange est complet pour moi. Au contraire troc se dit de l'échange brut de produits qu'on fait avec les sauvages qui ne se servent pas de la monnaie.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Lezquelz compaignons parlerent de trocher ou changer leur bonnez l'un à l'autre, par laquelle torche ou eschange.... [DU CANGE, trocare.]
  • XVIe s.
    Prince, je t'envoye ceste ode, Trafiquant mes vers à la mode Que le marchand baille son bien, Troque pour troq, toy qui es riche.... [RONS., 333]
    Est-il si simple entendement, lequel, ayant d'un costé l'object d'un de nos vicieux plaisirs, et de l'autre en pareille cognoissance et persuasion l'estat d'une gloire immortelle [dans le paradis], entrast en troque de l'un pour l'aultre ? [MONT., II, 144]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. TROQUER ; wallon, trouk ; espagn. trucque.

troc

TROC. n. m. Échange commercial d'un objet contre un autre. Faire un troc avec quelqu'un. Le troc est la forme habituelle du commerce avec les peuples sauvages.

troc

Troc, voyez Troquer.

troc


TROC, s. m. TROQUER, v. act. TROQUEUR, EûSE, s. m. et f. [Trok, troké, keur, keû-ze: 2e é fer. au 2d, lon. au dern.] Troc, échange. Troquer, échanger, faire un troc. Troqueur, eûse, qui aime à troquer. Ils ne se disent que des meubles, des nipes, bijous, chevaux et aûtres chôses semblables. "Faire un troc avec quelqu'un. Doner un cheval en troc pour une montre. "Il a troqué sa tabatière contre un tableau. "Il n'y a rien pour quoi quelqu'un, qui se croit de l'esprit, le voulut troquer. L'Ab. Trublet. "Les curieux sont grands troqueurs: "C'est une grande troquêuse. = On dit, troc pour troc, ou troc de gentilhomme, lorsqu'on ne done point de retour et qu'on troque simplement une chôse contre une aûtre. = Troquer, Échanger, Permuter (Synon.) On échange des ratifications; on troque~ des marchandises; on permute des bénéfices. — Echanger est du style noble; troquer du style ordinaire et familier: permuter du style du Palais (Encycl.) Beauz. Synon.

Traductions

troc

barter, bartering, swapברטר (ז) [סחר חליפין), חליפין (ז״ר), עסקת חליפין (נ), חֲלִיפִיןruil, ruilhandelbaratto, permutaбартерbyttehandel (tʀɔk)
nom masculin
échange d'une chose contre une autre faire du troc

troc

[tʀɔk] nm
(ÉCONOMIE)barter
(= transaction) → swap