tronçon

(Mot repris de troncon)

tronçon

[ trɔ̃sɔ̃] n.m. [ du lat. truncus, tronqué, coupé ]
1. Morceau coupé d'un objet long : Débiter un poteau en tronçons.
2. Portion d'une ligne, d'une voie : Un nouveau tronçon d'autoroute a été mis en service fraction, segment

TRONÇON

(tron-son) s. m.
Morceau coupé ou rompu de quelque objet plus long que large.
Le roi lui casse [au valet] sa canne sur le dos : de là, le tronçon à la main, il traversa une antichambre [SAINT-SIMON, 30, 97]
Plus loin, sur le devant, deux hommes poussant un tronçon de colonne, que quatre chevaux n'ébranleraient pas [DIDEROT, Salon de 1767, Œuv. t. XIV, p. 413, dans POUGENS]
Tant que le tronçon d'une épée.... [LAMART., Méd. I, 15]
Partie coupée de certains poissons, de certains reptiles. Un tronçon d'anguille, de brochet.
C'est [la fureur de Nonotte, jésuite] le serpent qui veut mordre encore, quand il a été coupé en tronçons [VOLT., Mél. litt. Lett. au pr. de***, 7, Théophile]
Sans pouvoir réunir ses tronçons mutilés Qui rampent et qui saignent [V. HUGO, Orientales, les Tronçons du serpent]
Fig.
Faut-il donc que les jésuites aient encore le pouvoir de nuire, et qu'il reste du venin mortel dans les tronçons de cette vipère écrasée ? [VOLT., Lett. Leriche, 2 fév. 1767]
Terme de manége. Partie solide de la queue du cheval, vers la croupe.
Morceau de marbre ou de pierre dure, dont deux, trois ou quatre, posés de lit en joint, forment le fût d'une colonne. Colonne en tronçons.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Sa hanste est fraite [brisée], n'en ad que un truncun [, Ch. de Rol. CIV]
  • XIIe s.
    De son escu lui trancha un tronson [, Ronc. p. 88]
    Tost en a fait ou deus tronchons ou trois [, ib. p. 138]
  • XIIIe s.
    Li rois Ricars tenoit en sa main un tronchon d'une lance, et meut au Barrois, et le cuida porter fors des archons [, Chr. de Rains, p. 40]
    Por alechier et por amordre, Li donai d'anguile un tronçon [, Ren. 15859]
  • XVe s.
    Les deux glaives [lances] volerent en tronçons [FROISS., II, II, 80]
  • XVIe s.
    En France, vous en avez quelque transon [des hiéroglyphes] en la divise de M. l'Admiral [RAB., Garg. I, 9]
    Faisons ung transon de bonne chiere, et beuvons, je vous en prye, enfans [ID., Pant. II, 30]
    Faire ung tronczon de bonne chiere à la rusticque [ID., ib. V, 7]
    Il rompit la hampe du javelot en deux, et s'en feit arracher les deux tronçons, l'un deça l'autre delà [AMYOT, Philop. 9]
    Combien leurs classes [des colléges] seroient plus decemment jonchées de fleurs et de feuillées que de tronçons d'osier sanglants ! [MONT., I, 183]

ÉTYMOLOGIE

  • Dérivé de tronc ; Berry, trançon, transon ; provenç. tronso, troncho, trenson ; espagn. troncon ; ital. truncone. à côté de tronçon on trouve trançon (voy. TRANCHER).

tronçon

TRONÇON. n. m. Morceau coupé de certains poissons, de certains reptiles. Tronçons d'anguille, de brochet. Couper par tronçons. Les tronçons de ce serpent remuent encore.

Il se dit, par extension, d'un Morceau coupé ou rompu, de quelque objet allongé. Tronçon de pique, de lance, d'épée. Des tronçons de colonnes. Des tronçons de câble.

Les tronçons d'un chemin de fer, Parties d'un chemin de fer qui ne sont pas encore réunies entre elles.

tronçon


TRONÇON, s. m. TRONÇONER, v. act. [Tron-son, soné: 1re lon. 3eé fer. au 2d.] Tronçon est un morceau coupé ou rompu d'une plus grande pièce. "Tronçon de pique, de lance, d'épée. — Tronçon d'anguille, de brochet, de Saumon, d'alôse. = Tronçoner, couper par tronçons: "Tronçoner une alôse, une anguille. "On ne voyoit que jambes coupées, que bras abatus, que membres tronçonés. MAIMBOURG

Synonymes et Contraires

tronçon

nom masculin tronçon
Morceau d'un objet.
Traductions

tronçon

Stummel, Stumpfstomp, stronkcomprovant, estaloc, galet, matriu, monyósection, stub, stumpstumpocabo, muñón, restokantocepo, coto, toco, toro, troçostumptronco, troncone (tʀɔ̃sɔ̃)
nom masculin
1. morceau coupé un tronçon de bois
2. partie d'une route tronçon fluvial un tronçon d'autoroute gratuit

tronçon

[tʀɔ̃sɔ̃] nmsection
un tronçon d'autoroute → a section of motorway