trône

(Mot repris de trone)

trône

n.m. [ du gr. thronos, siège ]
1. Siège de cérémonie des souverains et des dignitaires ecclésiastiques : Le trône royal, pontifical.
2. Litt. Pouvoir suprême : Les prétendants au trône couronne, souveraineté

TRÔNE

(trô-n') s. m.
Siége où les rois, les empereurs s'asseyent dans les fonctions solennelles de la souveraineté.
Autour de ce même trône il y en avait vingt-quatre autres, sur lesquels étaient assis vingt-quatre vieillards vêtus de robes blanches [SACI, Bible, St Jean, Apocal. IV, 4]
Sur son trône avec lui j'allais prendre ma place.... L'ingrat [Néron].... Se leva par avance, et, courant m'embrasser, Il m'écarta du trône où je m'allais placer [RAC., Brit. I, 1]
Vous, enfants, préparez un trône pour Joas [ID., Ath. V, 3]
Un seul de ses trônes [d'Aurengzeb] a été estimé par Tavernier cent soixante millions de son temps, qui en font plus de trois cents du nôtre [VOLT., Mœurs, 194]
Loin de se fixer sur ces objets, les regards se portent rapidement sur la statue et sur le trône de Jupiter ; ce chef-d'œuvre de Phidias et de la sculpture fait, au premier aspect, une impression que l'examen ne sert qu'à rendre plus profonde [BARTHÉLEMY, Anach. ch. 38]
Par extension.
Il me semble que je les vois déjà [les élus] dans un de ces trônes où ceux qui auront tout quitté jugeront le monde avec Jésus-Christ [PASC., Lett. à Mlle de Roannez, 3]
Fig. Il se dit de Dieu.
Ce sont de ces protestations d'Antiochus, dont la justice divine n'est point fléchie, et qui ne pénètrent pas jusqu'au trône de la miséricorde [BOURDAL., Serm. 18e dim. après la Pentecôt. Domin. t. IV, p. 123]
Dieu que la lumière environne.... Et dont le trône est porté par les anges [RAC., Esth. I, 5]
[Dieu] Juge tous les mortels avec d'égales lois, Et du haut de son trône interroge les rois [ID., ib. III, 4]
Fig. La puissance souveraine.
Aujourd'hui dans le trône, et demain dans la boue [CORN., Poly. IV, 3]
Mademoiselle, cousine germaine du roi, Mademoiselle destinée au trône [SÉV., 9]
Toute autre place qu'un trône eût été indigne d'elle [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Un trône indignement renversé et miraculeusement rétabli [ID., Reine d'Anglet.]
Soit que Dieu élève les trônes, soit qu'il les abaisse [ID., ib.]
Madame, née sur le trône, avait l'esprit et le cœur plus haut que sa naissance [ID., Duch. d'Orl.]
D'une commune voix ils l'appellent au trône [RAC., Bajaz. I, 2]
Loin du trône nourri, de ce fatal honneur, Hélas ! vous ignorez le charme empoisonneur [ID., Ath. IV, 3]
Dans les lieux où l'erreur est sur le trône [MASS., Carême, Parole de Dieu.]
Le trône, tout imposant qu'il est, ne préserve pas toujours du ridicule, nous l'avons vu [GENLIS, Mlle de Lafayette, p. 272, dans POUGENS]
Un moment alors se réveilla [chez Napoléon] l'orgueil du trône et du génie [VILLEM., Souven. contemp. les Cent-Jours, XII]
Monter sur le trône, monter au trône, prendre possession de la royauté.
Pour remonter au trône, on peut tout hasarder [CORN., Perthar. III, 2]
Et les proscriptions et les guerres civiles Sont les degrés sanglants dont Auguste a fait choix Pour monter sur le trône et nous donner des lois [ID., Cinna, I, 3]
Mettre, placer sur le trône, donner la puissance souveraine.
Depuis le temps que David avait été mis sur le trône par ordre de Dieu, la souveraine puissance appartenait à sa maison [BOSSUET, Hist. II, 5]
Quoique les maires, dans les derniers temps, eussent mis sur le trône celui des Mérovingiens qu'ils voulaient, ils n'avaient point pris de roi dans une autre famille [MONTESQ., Esp. XXXI, 16]
Placer sur le trône, se dit aussi d'un monarque qui prend pour épouse une femme d'un rang inférieur.
En Russie, Pierre Ier plaça sur le trône une femme née dans le dernier rang de la société [GENLIS, Mme de Maintenon, t. II, p. 105, dans POUGENS]
Se mettre sur le trône, s'emparer de l'autorité souveraine.
Ce traître que Chinaladan.... avait fait général de ses armées.... prit Chinaladan dans Ninive, détruisit cette grande ville.... et se mit sur le trône de son maître [BOSSUET, Hist. I, 7]
Fig. La personne du souverain, son gouvernement.
Ce sont les peuples tout seuls qui donnent aux grands le droit qu'ils ont d'approcher du trône ; et c'est pour les peuples tout seuls que le trône lui-même est élevé [MASS., Pet. car. Hum. grands.]
Patkul.... fut député de la noblesse livonienne pour porter au trône les plaintes de la province [VOLT., Charles XII, I]
Discours du trône, discours que, dans les états constitutionnels, le souverain prononce à l'ouverture de chaque session des assemblées législatives.i
Le discours du roi, que l'on appelle dans l'argot de ce temps-ci discours du trône ou discours de la couronne [ALPH. KARR, les Guêpes, déc. 1840]
Siége élevé où le pape se met dans certaines cérémonies publiques. Trône épiscopal, le siége qui est au haut du chœur dans les églises cathédrales, et où l'évêque se met quand il officie pontificalement.
Au plur.Terme de théologie. Un des neuf chœurs des anges (on met un T majuscule).
Parmi tant de Séraphins, de Trônes, d'Ardeurs.... nul ne se sentit assez de force pour s'offrir au sacrifice [CHATEAUBR., Génie, I, I, 4]
Le Trône, nom donné parfois à la constellation de Cassiopée, appelée aussi la Chaise.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Que le regne seit del tut remued de Saul e des suens, e li throdnes David seit eshalcied sur Israel e sur Juda dès Dan jesque Bersabée [, Rois, p. 129]
  • XIIIe s.
    Saint Jehan en fait ses devises Des sept angels, des sept eglises, Des sept chandeliers où Dieu raie, Des sept lampes ou trosne assises, Où toute charité est gaye [J. DE MEUNG, Tr. 119]
    N'a plus bele dessous le tron [ciel] [, Partonop. v. 1710]
    Sa ureison [prière] ert [était] pure e bone, Devant la face Deu en trone Munte cume fet la fumée De encens ki à Deu agrée [, Édouard le confess. v. 734]
  • XIVe s.
    Roan estoit, d'antiquité, La plus orgueilleuse cité Qui fust comme li trosne [ciel] cuevre [GUIART, t. I, p. 197]
  • XVe s.
    Et Trones [anges] sont interpretés sieges et repos de vray jugement, par vraye charité et par plenitude de toute science [, Bibl. des ch. 6e série, t. II, p. 134]
  • XVIe s.
    Pour ce que la gloire de Dieu reside en eux [les anges], ils sont nommez ses throsnes [CALV., Instit. 105]
    [ô Dieu] Ne partiront jamais, du throsne où tu te sieds, Et la Mort et l'Enfer qui dorment à tes pieds ! [D'AUB., Tragiques, édit. LALANNE, p. 72]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. thronus, du grec, siége.

trône

TRÔNE. n. m. Siège élevé où les souverains sont assis dans les circonstances solennelles. Trône magnifique, superbe, éclatant de pierreries. L'empereur se plaça sur son trône pour recevoir les ambassadeurs. Le roi étant sur son trône. La salle du trône.

Il s'emploie figurément pour désigner la Puissance souveraine. Prendre possession du trône. Chasser un prince du trône. Alexandre renversa le trône des Perses. Soutenir un trône chancelant. Relever un trône abattu. Cette victoire servit à affermir le trône du nouveau prince. Tomber du trône. Aspirer au trône. L'héritier du trône. Trône héréditaire. Trône électif.

Monter sur le trône, Prendre possession de la souveraineté. Descendre du trône, Abandonner le pouvoir souverain.

Discours du trône, Discours prononcé par un souverain constitutionnel à l'ouverture de chaque session des chambres législatives.

TRÔNE se dit, par extension, du Siège élevé qu'occupe le pape dans certaines cérémonies publiques.

Trône épiscopal, Siège placé au haut du choeur, dans les églises cathédrales, et où l'évêque se met quand il officie pontificalement.

TRÔNES, au pluriel, dans le langage religieux, désigne Un des choeurs de la hiérarchie des Anges. Les Séraphins, les Chérubins et les Trônes.

trone

Trone, voyez Throne.

trône


TRôNE, s. m. [1re lon. 2ee muet. = On écrivait aûtrefois throne, et plusieurs l'écrivent encôre de même.] 1°. Au propre, Siège élevé, où les Rois sont assis dans les fonctions solennelles de la Royauté. "Le trône de Salomon, d' Assuérus. "Le Roi se mit sur son trône, pour recevoir les Ambassadeurs. = Au figuré, il signifie la puissance Souveraine. "Monter sur le trône; prendre possession du trône. "Chasser un Prince de son trône. "La faûsse Philosophie sape les fondemens du trône et de l'autel. = On dit aussi par extension, le trône du Pape; le trône épiscopal; le Siège où le Pape, où l'Évêque se met dans de certaines cérémonies publiques.
   Rem. On dit assez noblement, porter des demandes, des représentations aux piés du trône, les faire parvenir au Souverain. = Monter sur le trône est l'expression d'usage, et elle est conforme à la raison et à l'analogie. Corneille dit toujours, dans le trône, ce qui n'est pas bien, ce me semble.
   Pour monter dans le trône et nous doner des Lois.
       Cinna.
  S'il n'est pas dans le trône, il a droit d'y prétendre.
      OEdipe.
  Aujourd'hui dans le trône et demain dans la bouë.
       Polyeucte.
Le P. Marion a dit aussi, dans le trône.
  Sous le poids de ses fers, ainsi que dans le trône,
  Un Roi de ce qu'il fait ne doit compte à persone.
       Cromvel.
Il aurait pu dire, ainsi que sur le trône, et il aurait bien dit.

Traductions

trône

throneכס המלכות (ז), כֵּס הַמַּלְכוּתtroon, wc-bril, trônetrůntrônesinggasana, tahtaThronпрестол, тронtronoعَرْشtroneθρόνοςtronovaltaistuinprijestolje王座왕좌tronetrontronotronบัลลังก์tahtngai vàng王座трон (tʀon)
nom masculin
1. siège surélevé d'un roi un trône orné de pierres précieuses
2. pouvoir du roi accéder au trône

trône

[tʀon] nmthrone
monter sur le trône → to ascend the throne