troubadour

(Mot repris de troubadours)

troubadour

n.m. [ anc. prov. trobador, trouveur, de trobar, inventer, faire des vers ]
Poète lyrique des xiie et xiiie siècles, qui composait ses œuvres dans une des langues d'oc (par opp. à trouvère).

TROUBADOUR

(trou-ba-dour) s. m.
Nom donné aux poëtes de la langue d'oc qui fleurirent du XIe siècle au XIVe.
Plusieurs de ces poëtes, appelés troubadours, étaient bons gentilshommes, quelques-uns princes couronnés ; le plus grand nombre, ambulants comme Homère, vivaient à peu près comme lui [MARMONTEL, Œuv. t. IX, p. 338]
Dites-lui que, pour ma belle, Ainsi qu'un jeune troubadour, Plus amoureux, aussi fidèle, Je souffre et chante mon amour [A. DUVAL, Maison à vendre, sc. 7]
Se dit, par plaisanterie, d'un homme qui se plaît à chanter en société.
Adjectivement. Style troubadour, le goût qui régnait au temps du premier empire.
Tamburini, coiffé de son chapeau à la Henri IV, n'est pas médiocrement bouffon ; il a un air troubadour à faire éclater de rire : on dirait une pendule vivante [TH. GAUTIER, Hist. de l'art dramatique, t. I, p. 186]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Leurs poetes estoient appelez troubadours à cause des inventions qu'ils trouvoient [PASQUIER, Rech. VII, p. 603, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. trobaire, trobador ; cat. trobador ; espagn. trovador ; ital. trovatore ; du provenç. trobar, inventer, proprement trouver (voy. ce mot, et TROUVÈRE). Trobador, troubadour est le régime du lat. fictif trovatórem ; trobaire, trouvère est le nominatif, de trovátor.

troubadour

TROUBADOUR. n. m. Ancien poète de langue d'oc. Les troubadours et les trouvères allaient de châteaux en châteaux pour y chanter leurs poèmes.
Traductions

troubadour

troubadour

troubadour

trovador

troubadour

trovatore

troubadour

Troubadour

troubadour

Troubadour

troubadour

טרובדור

troubadour

[tʀubaduʀ] nm (HISTOIRE)troubadour (fig) (= bohème) → bohemian