trousser

(Mot repris de troussant)

trousser

v.t. [ lat. pop. torsare, de torquere, tordre ]
1. Vieilli Relever un vêtement : Trousser ses manches retrousser
2. Préparer une volaille en ficelant au corps les membres et le cou, pour la faire cuire.
3. Litt. Faire avec rapidité et élégance : Trousser un compliment.

trousser


Participe passé: troussé
Gérondif: troussant

Indicatif présent
je trousse
tu trousses
il/elle trousse
nous troussons
vous troussez
ils/elles troussent
Passé simple
je troussai
tu troussas
il/elle troussa
nous troussâmes
vous troussâtes
ils/elles troussèrent
Imparfait
je troussais
tu troussais
il/elle troussait
nous troussions
vous troussiez
ils/elles troussaient
Futur
je trousserai
tu trousseras
il/elle troussera
nous trousserons
vous trousserez
ils/elles trousseront
Conditionnel présent
je trousserais
tu trousserais
il/elle trousserait
nous trousserions
vous trousseriez
ils/elles trousseraient
Subjonctif imparfait
je troussasse
tu troussasses
il/elle troussât
nous troussassions
vous troussassiez
ils/elles troussassent
Subjonctif présent
je trousse
tu trousses
il/elle trousse
nous troussions
vous troussiez
ils/elles troussent
Impératif
trousse (tu)
troussons (nous)
troussez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais troussé
tu avais troussé
il/elle avait troussé
nous avions troussé
vous aviez troussé
ils/elles avaient troussé
Futur antérieur
j'aurai troussé
tu auras troussé
il/elle aura troussé
nous aurons troussé
vous aurez troussé
ils/elles auront troussé
Passé composé
j'ai troussé
tu as troussé
il/elle a troussé
nous avons troussé
vous avez troussé
ils/elles ont troussé
Conditionnel passé
j'aurais troussé
tu aurais troussé
il/elle aurait troussé
nous aurions troussé
vous auriez troussé
ils/elles auraient troussé
Passé antérieur
j'eus troussé
tu eus troussé
il/elle eut troussé
nous eûmes troussé
vous eûtes troussé
ils/elles eurent troussé
Subjonctif passé
j'aie troussé
tu aies troussé
il/elle ait troussé
nous ayons troussé
vous ayez troussé
ils/elles aient troussé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse troussé
tu eusses troussé
il/elle eût troussé
nous eussions troussé
vous eussiez troussé
ils/elles eussent troussé

TROUSSER

(trou-sé) v. a.
Terme de marine. Courber en dedans (ce qui est le sens étymologique, trousser ayant en radical le lat. torquere, tordre).
Mettre en trousse, en faisceau.
Et troussant mon paquet, de sauver ma personne [RÉGNIER, Sat. X]
Fig. et familièrement. Trousser bagage, partir brusquement.
Qu'est devenu Doris ? - Il a troussé bagage [LA FONT., l'Eunuque, IV, 3]
Prenez visée ailleurs et troussez-moi bagage [MOL., Éc. des mar. II, 9]
Terme de cuisine. Trousser une volaille, la parer, en lier les membres pour la faire rôtir.
Vous leur troussez les pattes [des perdrix] et les bridez [GENLIS, Maison rust. t. II, p. 114, dans POUGENS]
Fig. et familièrement. Trousser quelqu'un en malle, l'enlever (locution vieillie). Le lieutenant de police l'a fait trousser en malle.
C'est pourquoi j'eus grand peur qu'on me troussât en malle [RÉGNIER, Sat. X]
Fig. Trousser une affaire, l'expédier promptement.
Fig. Enlever de ce monde comme on trousse un paquet, causer la mort. Cette maladie l'a troussé en quelques jours.
Ma tante et lui ont été troussés en moins de trois semaines, et j'hérite de tout cela [DANCOURT, Moul. Jav. sc. 32]
Dieu se joue à son gré de la race mortelle ; Il fait vivre cent ans le Normand Fontenelle, Et trousse à trente-neuf mon dévot de Pascal [VOLT., Épît. 75]
En parlant des vêtements, replier, relever. Troussez votre robe. En parlant des personnes, relever leur vêtement. Troussez cet enfant.
Destin, s'étant acharné sur une grosse servante qu'il avait troussée, lui donna plus de cent claques [SCARR., Rom. com. I, 12]
Lorsque vous viendrez souper à Ferney, vous ne verrez plus [on s'était abonné avec la ferme générale] de pandoures des fermes générales fouillant des religieuses et troussant leurs cottes sacrées [VOLT., Lett. 8 janv. 1776]
Fig. Trousser une femme, se dit dans un sens obscène.
Terme de manége. Trousser la queue, la nouer ou se servir du trousse-queue.
Terme de jardinage. Hausser les menues branches de quelque arbre qui sont trop basses, et les attacher à quelque chose qui les soutienne.
V. n.Terme de manége. On dit qu'un cheval trousse, lorsque, dans le trot, ses membres antérieurs relèvent plus que dans l'allure régulière.
Se trousser, v. réfl. Relever sa robe, son manteau. Troussez-vous, si vous ne voulez pas vous crotter.
Celui qui doutera que Deucalion et Pyrrha, s'étant troussés, aient jeté entre leurs jambes des pierres qui furent changées en hommes [VOLT., Dial. 25]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    D'or e d'argent quatre cenz muls trussez [, Ch. de Rol. IX]
    De sul le fer [d'une lance] fust uns mulez trusset [chargé] [, ib. CCXXVII]
  • XIIIe s.
    N'i ot sommiers à coffre ne dras troussés en malle [, Berte, XXVII]
    Les dis pocins [il] trose à son dos, Et à Deu le vilein commande [, Ren. 1776]
    Leur chaperons trousser et leur cornes drecier, Ne sont avant venues fors por hommes blecier [J. DE MEUNG, Test. 1263]
  • XVe s.
    Chascun emporte entre la selle et le pommeau une grande plate pierre, et trousse derriere lui une besace pleine de farine [FROISS., I, I, 34]
    Adonc s'ordonnerent-ils pour eux partir, et trousserent tout ce que trousser purent [ID., II, III, 8]
    Quand il fut hors, il troussa [gourmanda] sa dame, et lui montra le courroux qu'il avoit sus elle [LOUIS XI, Nouv. LXI]
  • XVIe s.
    Diogenes recoursa ses manches jusques es coubtes, se troussa en cueilleur de pommes.... [RAB., Pant. III, Prol.]
    Parquoy, troussans leur bagage, ilz passerent tout le long du camp des Romains [AMYOT, Mar. 31]
    Un des gens de Caesar s'en advisa, qui en alla advertir son maistre, disant qu'il seroit bien aisé de surprendre et trousser Antonius, ainsi comme il se promeneroit le long de ceste levée [ID., Anton. 83]
    Ils leur enseignent de se frotter ainsi, trousser ainsi sa robbe [ID., Que la vertu se peut appr. 7]
    Les soldats au lieu de s'estonner.... emporterent les deux galleres qui faisoient le plus de mal ; Vernier et Colomne en troussent chacun deux encore [D'AUB., Hist. II, 81]
    La cour avancée à Posnanie fit sejour là, cependant qu'on troussoit les neiges du chemin de Cracovie [ID., ib. U, 111]
    Il avoit l'œil louche, le nez troussé, les nazeaux ouverts [ID., ib. II, 420]
    Trousser un verre de vin [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Trousse ; wallon, trossî ; provenç. trossar, trosar ; espagn. troxar ; portug. trouxar. On remarquera les sens qui dans trousser se rapportent à tortiare, et qui confirment l'étymologie latine de trousse.

trousser

TROUSSER. v. tr. Replier, relever; il se dit le plus souvent en parlant des Vêtements qu'on a sur soi. Trousser sa robe, son manteau, ses jupes.

En termes de Cuisine, Trousser une volaille, Rapprocher du corps les ailes et les cuisses, la préparer pour la cuisson.

Fig. et fam., Trousser une affaire, L'expédier précipitamment.

Fig. et fam., Trousser un article, un discours, un compliment, Le mener vite à bonne fin.

TROUSSER se dit aussi en parlant des Personnes et signifie Relever le vêtement. Troussez- vous, de peur de vous salir.

Fam., Trousser une femme, Lui lever les jupes. On dit plutôt aujourd'hui Trousser un cotillon.

Le participe passé TROUSSÉ s'emploie adjectivement. Un article bien troussé. Un compliment bien troussé.

trousser

Trousser sa robbe, Vestem colligere.

Trousser par dessous et ceindre, Succingere.

Se trousser, Lumbos extollere.

Se trousser et apprester, Praecingere se, vel Accingere.

Certainement il se trousse, Certe expedit se.

Que chacun trousse son bagage, Signo dato conclamatur vt colligantur vasa. B. ex Liu.

Crier que chacun trousse ses hardes et bagage pour desloger, Conclamare vasa.

Trousser son bagage ou ses hardes, Vasa, vel sarcinas colligere.

¶ Trousser un homme en prison, Sublimem rapere in carcerem. Bud. ex Plaut.