trouvé, ée

TROUVÉ, ÉE

(trou-vé, vée) part. passé de trouver
Rencontré, soit qu'on cherche, soit qu'on ne cherche pas. Un manuscrit trouvé dans une bibliothèque. Le premier trouvé, le premier venu.
Aucun jusqu'à ce point n'est encore arrivé ; Mais je te changerai pour le premier trouvé [CORN., Mél. v, 3]
On dit de même la première chose trouvée.
Il n'avait point de ménage, et envoyait querir chez un traiteur la première chose trouvée [FONT., Leibnitz.]
Enfant trouvé, enfant abandonné et recueilli. L'Hospice des enfants trouvés, ou, elliptiquement, les Enfants trouvés (avec une majuscule).
Un mot, une expression trouvée, une expression neuve et heureuse.
L'on n'a jamais de grâces dans l'esprit que lorsque ce que l'on dit paraît trouvé et non pas recherché [MONTESQ., Goût, Du je ne sais quoi.]
À qui dévorerait ce règne d'un moment... c'est là un de ces mots que Despréaux appelait trouvés [VOLT., Comm. Corn. Rem. Othon, I, 1]
La figure de la Vierge est trouvée [, Hist. de l'art en France, t. I, p. 233]
Bien trouvé, heureusement imaginé.
C'est là ce qu'on appelle un ouvrage achevé ; Surtout l'anneau royal me semble bien trouvé [BOILEAU, Sat. III]
Qui se présente de soi-même, en parlant des choses.
Je ne lui avais pas envoyé mes écrits, faute d'occasion toute trouvée pour les lui faire passer [J. J. ROUSS., Conf. VIII]
Vous voyez bien que voilà la cachette toute trouvée [GENLIS, Théât. d'éduc. Curieuse, III, 5]
Qui a été reconnu tel ou tel.
Et Dieu trouvé fidèle en toutes ses menaces [RAC., Athal. I, 1]
S. m. Trouvé de montagne, variété de poire.