tué, ée

Recherches associées à tué, ée: tues

TUÉ, ÉE

(tu-é, ée) part. passé de tuer
Qui a péri de mort violente.
Cette fâcheuse perte [de Turenne] donna hier lieu, au petit coucher, de se souvenir des généraux tués par le canon ; on compta le maréchal de Créquy allant reconnaître Verceil, le maréchal de Guebriant, Pappenheim en la même bataille où Gustave Adolphe fut tué [PELLISSON, Lett. hist. t. II, p. 382]
Il [Turenne] trouva M. d'Hamilton près de l'endroit où il allait, qui lui dit : Monsieur, venez par ici ; on tirera où vous allez. Monsieur, lui dit-il, je m'y en vais : je ne veux point du tout être tué aujourd'hui [SÉV., 28 août 1675]
Les soldats français ne s'y trompent guère ; ils s'étonnaient de voir tant d'ennemis tués, un si grand nombre de blessés et si peu de prisonniers [à la bataille de la Moskowa] [SÉGUR, Hist. de Nap. VII, 12]
Substantivement. Les tués, ceux qui ont péri dans un combat.
Fig. Accablé de fatigue.
Ma fille, passé aujourd'hui, je vous promets de ne plus écrire qu'un mot.... mais faites-en donc de même, car vous êtes tuée d'écriture [SÉV., 3 sept. 1677]
Être tué dans une discussion, n'avoir plus rien à répondre, être réfuté complétement ; locution en place de laquelle aujourd'hui on dit plutôt battu.

PROVERBE

    Proverbe ou dicton. Tant de tués que de blessés, il n'y a personne de mort, se dit pour exprimer que le mal n'est pas si grand qu'on le croyait.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    TUÉ. Ajoutez :
    Tué à l'ennemi, tué dans un combat.
    Des élèves de l'école, peintres, sculpteurs ou architectes, devenus soldats pendant la guerre de 1870, et tués à l'ennemi, comme disent les bulletins militaires, sous les murs de Paris [CARO, Journ. offic. 26 oct. 1877, p. 6998, 1re col.]