tuileau

TUILEAU

(tui-lô) s. m.
Morceau, fragment de tuile cassée.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Il y doit faire contre-mur de tuilleaux ou de plastre de demi-pied d'espesseur [, Ordonn. 1485]
  • XVIe s.
    À faute de pots, l'on se contente d'appliquer sur les tiges de laictue des tuilleaux [O. DE SERRES, 514]

ÉTYMOLOGIE

  • Dimin. de tuile ; wallon, tûlai.

tuileau

TUILEAU. n. m. Morceau, fragment de tuile cassée.

tuileau


TUILEAU, s. m. TUILERIE, s. fém. TUILIER, s. m. [Tui-lo, leri-e, lié: 2e e muet au 2d, é fer. au 3e.] Tuileau, morceau de tuile rompûe. "Faire un âtre avec des tuileaux. Batre, moûdre des tuileaux pour faire du ciment. = Tuilerie, lieu où l'on fait de la tuile. — Delà on apèle Les Tuilleries, un des jardins du Roi à Paris, parce qu'il y avait aûtrefois des tuileries en ce lieu: "Se promener aux Tuilleries. = Tuilier, ouvrier, qui fait des tuiles.