tuniqué

tunique

TUNIQUE. n. f. Vêtement de dessous que portaient les anciens. Il avait un magnifique manteau par-dessus sa tunique.

Il se dit aujourd'hui, par analogie, d'un Vêtement de femme.

Il se dit aussi d'un Vêtement que les évêques portent sous leur chasuble, quand ils officient pontificalement.

Il se dit de même du Vêtement des diacres et des sous-diacres, qu'on nomme aussi Dalmatique.

Il se dit encore d'une Sorte de veste dont les rois de France étaient revêtus, à leur sacre, sous le manteau royal.

Il se dit également du Vêtement d'uniforme que portent les soldats, les collégiens.

En termes d'Anatomie, il se dit des Membranes qui enveloppent certaines parties du corps. Les tuniques de l'oeil. Tuniques vasculaires.

En termes de Botanique, il se dit des Enveloppes des bulbes. L'oignon est formé de plusieurs tuniques superposées.

tunique

Tunique, f. penac. Est un mot que le François a approprié à la cotte d'armes. Robert Gaguin en son traicté des Rois d'armes, Herauts et Poursuivants: Apres ces officiers d'armes et chevaliers pour la dignité et excellence des armes du Roy, viendra un autre chevalier qui dessus une lance croisée en façon d'un confanon portera la turnicle ou cotte d'armes du Roy, en laquelle sera fichée en la poictrine une couronne d'or et chargée de fines pierres precieuses, ou sera seulement esmaillé le blason du Roy. Et en autre passage: Le Roy Alexandre le Grand, pour exaucer le nom de vaillance de ses chefs de guerre, et autres vaillans seigneurs victorieux combateurs, afin qu'ils l'eussent plus grand et noble dessus leurs ennemis, ordonna donner aux chefs et seigneurs de sa compagnie, bannieres, pennons et tunicles, qui de present s'appellent cottes d'armes, selon le hardement et vaillance d'un chacun, lequel mot est corrompu audit lieu, tout ainsi qu'en l'histoire de Bertrand du Guesclin, où elle est appelée Theumule: et ailleurs Tunicle, Le mot droicturier François est Tunique, et vient de cestuy Latin Tunica, qui est Vestimentum sine manicis, comme dit Nonius Marcellus. Aussi la cotte d'armes n'a que les seules espaulieres sans manches, non plus que le hoqueton, voyez Thumule.

tunique


TUNIQUE, s. f. [Tunike: 3e e muet.] 1°. Espèce de chemise de laine. Sorte de vêtement de dessous, que portaient les Anciens, et que certains Religieux et quelques Religieûses portent encôre. = 2°. Habillement que les Évêques portent sous leur chasuble, quand ils oficient pontificalement. — Sorte de veste, dont nos Rois sont revétus à leur sacre, sous le manteau royal. — Nom doné à la dalmatique des Diacres et des Sous-Diacres. Celui-ci est le mot d'usage. = 3°. Il se dit en Anatomie et en Botanique des pellicules ou membranes, qui envelopent certaines parties du corps de l'animal, ou des plantes. On dit sur-tout, les tuniques de l'oeuil.