tunique

tunique

n.f. [ lat. tunica ]
1. Vêtement droit porté sur une jupe ou un pantalon.
2. Veste d'uniforme militaire.
3. Dans l'Antiquité, vêtement de dessous, cousu, court ou mi-long, génér. resserré à la taille.

TUNIQUE

(tu-ni-k') s. f.
Vêtement de dessous que portaient les anciens.
Il revêtit le grand prêtre de la tunique de fin lin, et le ceignit avec la ceinture [SACI, Bible, Lévit. VIII, 7]
La tunique était le vêtement que les Romains portaient immédiatement sur la peau : elle était, dans l'origine, fort grossièrement faite, et on peut se la représenter comme un sac, ouvert pour laisser passer la tête et les bras [CONDIL., Hist. anc. XI, 13]
La tunique [des Athéniens] était autrefois de lin, elle est maintenant de coton [BARTHÉLEMY, Anach. ch. 20]
Dans la Phocide et dans les environs de l'île d'Eubée, les pauvres portaient encore du temps de Pausanias des tuniques de peau de porc [MONGEZ, Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. IV, p. 225]
Ils [les paysans grecs] portent une tunique qui leur descend jusqu'aux genoux, et qu'ils rattachent avec une ceinture ; leurs larges culottes sont cachées par le bas de cette tunique [CHATEAUB., Itin. part. 1]
Fig. Tunique de Nessus, présent funeste à celui qui le reçoit (cette tunique empoisonnée causa la mort d'Hercule, à qui Déjanire la donna). La tunique était aussi un vêtement de femme.
Leur habillement [des femmes spartiates] consiste dans une tunique ou espèce de chemise courte, et dans une robe qui descend jusqu'aux talons [BARTHÉLEMY, Anach. ch. 48]
Les femmes grecques portèrent des tuniques intérieures de coton ou de soie, qui étaient presque transparentes [MONGEZ, Instit. Mém. Hist. et litt. anc. t. IV, p. 288]
Habillement que les évêques portent sous leur chasuble quand ils officient. Vêtement des diacres et des sous-diacres, dit aussi dalmatique. Vêtement des bernardins réformés, qui se portait sous la cuculle.
Sorte de veste dont les rois de France étaient revêtus à leur sacre, sous le manteau royal.
Redingote d'uniforme que portent les troupes d'infanterie et les élèves des lycées, des pensions.
Terme de botanique. Enveloppe de certaines parties des plantes. Les tuniques superposées qui forment l'oignon.
La Provence.... Au bord des flots couvrant, délicieux trésor, L'orange et le citron de leur tunique d'or [A. CHÉN., Hymne à la France.]
Terme d'anatomie. Toute membrane qui forme ou concourt à former les parois d'un organe. Les tuniques artérielles.
Ses pellicules [de l'œil] appelées tuniques [BOSSUET, Conn. II, 6]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Apriès le viesti-on le [la] tunique, qui doit iestre vers, en laquele on list l'epistole, qui senefie soufrance [, Chr. de Rains, p. 104]
  • XIVe s.
    Si com les tunicles des yex [yeux] contiennent les humeurs des yex [H. DE MONDEVILLE, f° 10, verso.]
    La tunique dedens [l'estomac] fut faitte nerveuse.... [LANFRANC, f° 33, verso.]
  • XVe s.
    Et ne savoient de quoi ferrer ceux [chevaux] qui estoient deferrés, ni de quoi se couvrir, fors que de leurs tuniques d'armes [FROISS., I, I, 39]
  • XVIe s.
    En forme de tuniques d'oignon couchées l'une sur l'autre [PARÉ, XXIII, 45]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. et esp. tunica ; ital. tonica ; du lat. tunica, mot d'origine phénicienne.

tunique

TUNIQUE. n. f. Vêtement de dessous que portaient les anciens. Il avait un magnifique manteau par-dessus sa tunique.

Il se dit aujourd'hui, par analogie, d'un Vêtement de femme.

Il se dit aussi d'un Vêtement que les évêques portent sous leur chasuble, quand ils officient pontificalement.

Il se dit de même du Vêtement des diacres et des sous-diacres, qu'on nomme aussi Dalmatique.

Il se dit encore d'une Sorte de veste dont les rois de France étaient revêtus, à leur sacre, sous le manteau royal.

Il se dit également du Vêtement d'uniforme que portent les soldats, les collégiens.

En termes d'Anatomie, il se dit des Membranes qui enveloppent certaines parties du corps. Les tuniques de l'oeil. Tuniques vasculaires.

En termes de Botanique, il se dit des Enveloppes des bulbes. L'oignon est formé de plusieurs tuniques superposées.

tunique

Tunique, f. penac. Est un mot que le François a approprié à la cotte d'armes. Robert Gaguin en son traicté des Rois d'armes, Herauts et Poursuivants: Apres ces officiers d'armes et chevaliers pour la dignité et excellence des armes du Roy, viendra un autre chevalier qui dessus une lance croisée en façon d'un confanon portera la turnicle ou cotte d'armes du Roy, en laquelle sera fichée en la poictrine une couronne d'or et chargée de fines pierres precieuses, ou sera seulement esmaillé le blason du Roy. Et en autre passage: Le Roy Alexandre le Grand, pour exaucer le nom de vaillance de ses chefs de guerre, et autres vaillans seigneurs victorieux combateurs, afin qu'ils l'eussent plus grand et noble dessus leurs ennemis, ordonna donner aux chefs et seigneurs de sa compagnie, bannieres, pennons et tunicles, qui de present s'appellent cottes d'armes, selon le hardement et vaillance d'un chacun, lequel mot est corrompu audit lieu, tout ainsi qu'en l'histoire de Bertrand du Guesclin, où elle est appelée Theumule: et ailleurs Tunicle, Le mot droicturier François est Tunique, et vient de cestuy Latin Tunica, qui est Vestimentum sine manicis, comme dit Nonius Marcellus. Aussi la cotte d'armes n'a que les seules espaulieres sans manches, non plus que le hoqueton, voyez Thumule.

tunique


TUNIQUE, s. f. [Tunike: 3e e muet.] 1°. Espèce de chemise de laine. Sorte de vêtement de dessous, que portaient les Anciens, et que certains Religieux et quelques Religieûses portent encôre. = 2°. Habillement que les Évêques portent sous leur chasuble, quand ils oficient pontificalement. — Sorte de veste, dont nos Rois sont revétus à leur sacre, sous le manteau royal. — Nom doné à la dalmatique des Diacres et des Sous-Diacres. Celui-ci est le mot d'usage. = 3°. Il se dit en Anatomie et en Botanique des pellicules ou membranes, qui envelopent certaines parties du corps de l'animal, ou des plantes. On dit sur-tout, les tuniques de l'oeuil.

Traductions

tunique

tunicאפוד (ז), טוניקה (נ), עליונית (נ)tunica [religie], tuniek [kleding], vlies, tuniekTunikaТуника外衣Tunikatunikaтуника (tynik)
nom féminin
longue chemise

tunique

[tynik] nf
(RELIGION)tunic
(en Antiquité)tunic
[uniforme] → tunic
[femme] → smock, tunic