véreux, euse

VÉREUX, EUSE

(vè-reû, reû-z') adj.
Qui contient des vers. Fruit véreux.
Fig. Qui recèle quelque vice secret, comme le fruit recelant un ver, en parlant des personnes et des choses.
Les deux associés n'ont fait nulle difficulté de signer ; je les crois un peu véreux ; l'affaire n'est pas bonne [DANCOURT, les Agiot. II, 7]
Nous ne vous donnons pas de ces effets véreux ; Cela sent comme baume [REGNARD, Joueur, III, 4]
Son cas est véreux, son affaire est mauvaise.
Ces cas-là sont véreux ; Il faut savoir de la jurisprudence [VOLT., Droit du seigneur, II, 1]
Il sent son cas véreux, il sait que son affaire est mauvaise.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Se maistre Olivier se boffume, Ou s'il veut faire le vereux, Il impose ceste coutume ; Se bonne est pour lui, si la hume [COQUILL., Plaidoy. de la simple et de la rusée.]
  • XVIe s.
    Les autres qui se sentirent vereux, et qui sçavoient bien qu'ils avoient transgressé les loix.... [AMYOT, Caton, 33]
    Le plus juste parti [dans les guerres de religion en France] si est ce encores le membre d'un corps vermoulu et verreux [MONT., IV, 134]

ÉTYMOLOGIE

  • Ver.