vétiller

(Mot repris de vétillé)

VÉTILLER

(vé-ti-llé, ll mouillées, et non vé-ti-yé) v. n.
S'amuser à des vétilles.
Le cardinal [Mazarin], qui s'amusait sur la frontière à vétiller proprement dans l'armée de M. de Turenne, où vous pouvez vous imaginer qu'il n'était pas fort nécessaire, [RETZ, Mém. t. III, liv. IV, p. 402, dans POUGENS]
Faire des difficultés sur de petites choses.
Monsieur vétilla beaucoup sur la manière dont il était convenu à midi [ID., ib. III, 276]
Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir. Activement.
Plus d'un éplucheur intraitable M'a vétillé, m'a critiqué [VOLT., Épît. à M. Falkener, en tête de Zaïre.]

ÉTYMOLOGIE

  • Vétille. On trouve au XVIe siècle vetiller au sens de voltiger ; mais c'est un tout autre mot.

vétiller

VÉTILLER. v. intr. S'amuser à des vétilles. Il ne fait que vétiller. Il vétille toujours.

Il signifie aussi Faire des difficultés sur de petites choses. On ne peut rien faire avec lui, parce qu'il ne cesse de vétiller. Il vieillit.

Synonymes et Contraires

vétiller

verbe vétiller
Littéraire. Critiquer sur des riens.