vétilleux, euse

VÉTILLEUX, EUSE

(vé-ti-lleû, lleû-z, ll mouiltées, et non vé-ti-yeû) adj.
Qui exige des soins minutieux, une grande attention.
Nous avons donné en 1724 un exemple assez remarquable de toutes les attentions scrupuleuses et presque vétilleuses qu'il avait apportées à la détermination de la grandeur des diamètres du soleil [FONTEN., Louville.]
Lorsqu'il s'agit de tromper un capitaine, c'est une besogne diablement vétilleuse [DANCOURT, Femme d'intrig. I, 6]
Rien de plus facile que cette opération qui d'abord paraît vétilleuse, [, Dict. des arts et mét. Patenôtrier]
En parlant des personnes, qui s'arrête à des vétilles.
Il était naturellement vétilleux et grondeur ; ce qui est un grand défaut à des gens qui ont affaire à beaucoup de monde [RETZ, Mém. t. II, liv. III, p. 143, dans POUGENS]
Il [le P. Bouhours] est vétilleux sur les mots, et se trompe souvent sur les choses [LA HARPE, Cours de litt. t. IX, p. 492]
Par extension. Une dévotion vétilleuse.

ÉTYMOLOGIE

  • Vétille.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    VÉTILLEUX. Ajoutez :
    Ombrageux, en parlant d'animaux.
    Attendu que, d'un procès-verbal dressé sur les lieux de l'accident par un agent de police de Paris, il résulte que L.... avait été averti.... que cette vache était vétilleuse ; que cette expression, bien qu'elle soit d'un français douteux, contenait un avertissement pour L.... de se tenir sur ses gardes [, Gaz. des Trib. 2 mars 1875, p. 209, 3e col.]