vêtu, ue

Recherches associées à vêtu, ue: vêtir

VÊTU, UE

(vé-tu, tue) part. passé de vêtir
Couvert de vêtements.
Légère et court vêtue, elle allait à grands pas [LA FONT., Fabl. VII, 10]
Ils [les Français] avouent de bon cœur que les autres peuples sont plus sages, pourvu qu'on convienne qu'ils sont mieux vêtus [MONTESQ., Lett. pers. 100]
Du temps que j'étais écolier, Je restais un soir à veiller Dans notre salle solitaire ; Devant ma table vint s'asseoir Un pauvre enfant vêtu de noir, Qui me ressemblait comme un frère [A. DE MUSSET, Poés. nouv. Nuit de décembre.]
Fig.
Leur corps paré de grâce et vêtu d'innocence, Tout en eux est céleste [DELILLE, Parad. perdu, IV]
Il est vêtu comme un moulin à vent, se dit d'un homme habillé de toile. Substantivement.
Le vêtu de noir, magister de village, était frère du curé ; et le vêtu de gris, sergent du même village, était frère de l'hôte [SCARR., Rom. com. II, 6]
En Normandie, un vêtu de soie, un cochon.
Il peut se dire des animaux.
Sur des coursiers vêtus avec magnificence, Dans un ordre pompeux la jeunesse s'avance [DELILLE, Én. v.]
Couvert de poil comme d'un vêtement.
C'est le chien le plus vêtu et le mieux fourré de tous les chiens [BUFF., Quadrup. t. VIII, p. 169]
En termes de jardinage, l'oignon est fort vêtu cette année, les enveloppes sont épaisses et nombreuses. Vêtu comme un oignon, se dit d'un homme qui a plusieurs gilets et habits les uns par-dessus les autres.
Terme de blason. Se dit d'un écu rempli par un carré posé en losange, dont les quatre pointes touchent les bords de l'écu.