vallée

(Mot repris de vallées)

vallée

n.f. [ de val ]
Dépression allongée, plus ou moins large, creusée par un cours d'eau ou un glacier.La vallée du Rhin.

VALLÉE

(va-lée) s. f.
Espace entre deux ou plusieurs montagnes.
Ces humbles vallées qui ramassent les eaux célestes et en deviennent fécondes [BOSSUET, Vêtures, pour la profess. d'une demoiselle, Préambule]
On peut considérer une grande vallée comme un tronc qui jette des branches par d'autres vallées, lesquelles jettent des rameaux par d'autres petits vallons qui s'étendent et remontent jusqu'au sommet [BUFF., 4e ép. nat. Œuv. t. XII, p. 218]
En montant au Montanvert on a toujours sous ses pieds la vue de la vallée de Chamouni, de l'Arve qui l'arrose dans toute sa longueur.... [SAUSSURE, Voy. Alpes, t. II, p. 394]
On verra sur les cartes que même les plus grandes vallées ont presque toutes des étranglements qui forment des écluses, des fourches, des défilés [ID., ib. t. IV, p. 55]
Observer la direction des vallées : on nomme longitudinales celles qui sont parallèles à la chaîne des montagnes où elles sont situées, transversales celles qui la coupent à angles droits, et obliques celles qui suivent une direction intermédiaire [ID., ib. t. VIII, p. 278]
À la vallée, en descendant.
Ils ressemblent à ceux qui courent à la vallée : leur pesanteur les emporte, et les fait aller plus loin qu'ils n'ont résolu [MALH., Épît. de Senèque, X]
Vallée attire le boulet, dicton des anciens artilleurs, qui prétendaient avoir remarqué que les portées sont moins grandes quand les bouches à feu tirent au-dessus d'un vallon ou d'un ravin que quand elles tirent sur un sol à peu près horizontal. Fig. En termes de dévotion, la vallée de larmes, la vallée de misère, la vie présente par opposition au bonheur de la vie future.
Elle [Mme de Maintenon] ne comprenait pas, disait-elle alors, qu'on pût appeler cette vie une vallée de larmes [Mme DE CAYLUS, Souvenirs, p. 17, dans POUGENS]
Ce qui fait et fera toujours de ce monde une vallée de larmes, c'est l'insatiable cupidité et l'indomptable orgueil des hommes [VOLT., Lett. J. J. Rousseau, 30 août 1755]
Vallée de Josaphat, lieu où les morts ressusciteront, selon l'Écriture.
Parce que, ne faisant point ce qu'on ne fait pas, on croit cependant qu'on l'aurait pu faire ; ainsi la dispute durera jusqu'à la vallée où nous verrons tout [SÉV., 12 oct. 1677]
Je me moque d'eux tous, et peux, si cela m'amuse, plaider contre eux jusqu'à la vallée de Josaphat [MIRAB., Lett. orig. t. III, p. 68]
Nous ne nous reverrons qu'à la vallée de Josaphat, se dit à propos d'une séparation qu'on croit éternelle.
Terme de géologie. Vallées d'érosion, longs sillons flexueux creusés dans le sol géologique par les cours d'eau. Vallées sèches, vallées d'érosion dont le fond n'est plus occupé par un cours d'eau.
Cette plaine forme ce que l'on nomme la vallée de Montmorency, espèce de grande vallée sans col, sans rivière dans son milieu, enfin très différente des vraies vallées des pays de montagnes [CUVIER et BRONGNIART, Instit. Mém. scienc. 1810, 1re sem. p. 87]
Nom donné à des pays fort vastes. L'Égypte est la vallée du Nil. La vallée d'Auge, contrée de Normandie.
À Paris, la Vallée, lieu près du Pont-Neuf où l'on vendait de la volaille et du gibier. La Vallée a été démolie en 1870.
La vallée d'Angoulême, terme populaire, le gosier et par suite l'appétit.
D'abord buvons, ça nous ouvrira la vallée d'Angoulême [GUILLEMAIN, l'Enrôlement supposé, sc. 9 (1797)]
Ce dicton est fondé sur la ressemblance de ces mots avec avaler et engouler.
Poire de Vallée, sorte de poire.

SYNONYME

  • VALLÉE, VALLON. Vallée signifie un espace plus étendu ; vallon en marque un plus resserré.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Paien chevalchent par ces graignurs [plus grandes] valées [, Ch. de Rol. LIV]
  • XIIe s.
    Je departirai Sicimant, e la valede des tabernacles mesurerai [, Liber psalm. p. 77]
    Les valedes abunderunt de frument [, ib. p. 83]
  • XVe s.
    Pauvre clergeon en parlement Qui ne tient ne mont ne vallée [VILLON, Petit testam.]
    Haultesse n'est point sans baisseur, comme on scet dire ; montaigne n'est point sans vallée [, Intern. consol. I, 10]
  • XVIe s.
    Tu fis descendre aux vallées les eaux [MAROT, IV, 312]
    Que aucuns ne tendent harnas à vallées [le long] de prairies ne de marets [, Coust. gén. t. I, p. 813]
    Après grande vallée rude montée [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Val ; bourguig. vaulée ; provenç. vallada, valeya ; ital. vallata.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    VALLÉE. Ajoutez :
    Terme d'exploitation houillère. Galerie qui descend dans la couche de houille suivant la direction de son pendage, et qui aboutit à une coistresse.

vallée

VALLÉE. n. f. Espace resserré entre deux ou plusieurs montagnes. Descendre dans la vallée. Un torrent qui tombe dans une vallée. Une vallée fertile.

En termes de l'Écriture, La vallée de Josaphat, Lieu où les morts ressusciteront.

En termes de Dévotion, Vallée de larmes, Séjour d'ici-bas, la vie terrestre et ses souffrances, par opposition au Ciel, au bonheur de la vie future.

VALLÉE se dit aussi du Bassin d'un cours d'eau. L'Égypte est la vallée du Nil. La vallée de la Loire est très fertile.

vallée

Vallée, Valles, vel Vallis.

Vallée fort estenduë, Extentissima vallis.

Vallées où il n'y a nuls arbres, Valles tonsae.

Vallées qui sont entre des montagnes, Interiectae collibus valles.

vallée


VALLÉE, ou VALÉE, s. f. VALLON, ou VALON, s. m. [Valé-e, lon: 2e é fer. et long au 1er, 3e e muet.] Le 1er semble signifier un espace plus étendu, et le second en marquer un plus resserré. La valée est une espace entre deux ou plusieurs montagnes; le valon, une espace entre deux côteaux. Les Poètes ont rendu le mot de valon plus usité, parce qu'ils ont ajouté à la force de ce mot une idée de quelque chôse d'agréable et de champêtre, et que celui de valée n'a retenu que l'idée d'un lieu bâs, et situé entre d'aûtres lieux plus élevés. "La vallée de Josaphat, où le vulgaire pense que doit se faire le Jugement Universel: le Sacré vallon où la Fâble établit une demeure des Muses. GIR. Synon.
   On diroit qu'ils ont seuls l'oreille d' Apollon;
   Qu'ils disposent de tout dans le sacré vallon.
       Boileau.

Traductions

vallée

Talvalley, valevallei, dal, laagteבקעה (נ), גיא (ז), עמק (ז), בִּקְעָה, גַּיְא, עֵמֶקlembahκοιλάδαvalleوادٍúdolídalvallelaaksodolina谷間계곡daldolinavaleдолинаdalหุบเขาvadithung lũng山谷 (vale)
nom féminin
région basse entre deux montagnes

vallée

[vale] nfvalley