velours

velours

n.m. [ anc. fr. velous, du lat. villosus, velu, de villus, poil ]
1. Étoffe rase d'un côté et couverte de l'autre de poils très serrés : Une veste en velours.
2. Litt. Ce qui est doux au toucher ou produit un effet de douceur : Une peau de velours. Ce potage est un vrai velours.
3. Liaison incorrecte faite entre des mots en parlant : Dire « il a cinq-z-enfants est un velours.
De velours,
qui se déroule sans violence apparente ; en douceur : Une révolution de velours.
Faire patte de velours,
présenter sa patte en rentrant ses griffes, en parlant d'un chat ; fig., cacher de mauvaises intentions sous des dehors bienveillants.
Jouer sur du velours,
tenter qqch en sachant qu'il n'y a aucun risque.

VELOURS

(ve-lour ; l's ne se lie jamais) s. m.
Étoffe dont l'endroit est plus ou moins velu, et l'envers est ferme et serré ; il se fabrique en employant deux chaînes, l'une pour le corps de l'étoffe, l'autre pour le velouté ; on en fait en soie, en coton et en laine. Velours figuré, ciselé.
On doit à leurs travaux réunis [de Montigni et de Holker] nos manufactures de draps et de velours de coton [CONDORCET, Montigni.]
Velours épinglé, voy. ÉPINGLÉ. Velours plain, celui qui est tout uni. Velours à ramage, celui qui est diversifié par un grand nombre de figures. Velours à deux poils, à quatre poils, etc. suivant que le poil du velours est plus ou moins épais.
Un carrosse de velours cramoisi à six poils [DANCOURT, Cheval. à la mode, I, 1]
Velours ras, celui qui n'a point de poils. On fait maintenant beaucoup de velours de laine pour manteaux de femmes. Velours d'Utrecht, velours qui a la chaîne en fil, la trame en laine, et le velouté en poil de chèvre ; il sert pour meubles. Fig. Jouer sur le velours, se dit d'un joueur qui, après avoir gagné des parties, ne risque plus, en continuant à jouer, que de perdre ce qu'il a gagné. Jouer sur le velours, se dit aussi, en général, pour agir sans risque. Faire patte de velours, se dit du chat lorsqu'il retire ses griffes en jouant de la patte.
La patte de velours cache toujours les griffes [CARMONTELLE, Prov. posth. Entrée à l'Opéra, sc. 8]
Fig. Faire patte de velours, cacher sous des dehors caressants le dessein qu'on a de nuire.
Qui veut ne pas blesser fait patte de velours [FABRE D'ÉGLANT., Intrigue épist. I, 4]
Fig. et populairement. C'est un velours sur l'estomac, en parlant d'un manger ou d'une boisson, qui donne une sensation de bien-être.
Velours - maurienne, sorte de gros drap qu'on fait en Maurienne, et dont les Savoyards pauvres sont habillés.
Surface d'une pelouse.
C'est le plus petit des ruisseaux, Qui soudain fait luire ses eaux Sur le velours d'une prairie [P. LEBRUN, Poés. t. II, 34]
Marcher sur le velours, marcher sur une pelouse fine et douce. Fig. Un chemin de velours, une morale facile et accommodante.
Veut-on monter sur les célestes tours, Chemin pierreux est grande rêverie ; Escobar sait un chemin de velours [LA FONT., Ball. sur Escobar.]
Terme de botanique. Assemblage de poils serrés, mous, courts et ras. Dents en velours, dents de poissons très rapprochées, par opposition à dents en scie.
Nom spécifique, pour Bruguière, d'une coquille univalve, le cône de Luçon, dit vulgairement velours anglais et qui se trouve aux Philippines.
Nom donné par Geoffroy à plusieurs coléoptères plus ou moins veloutés ; il appelait velours vert le cryptocéphale soyeux, dit aussi vulgairement gribouri soyeux, et nommait velours noir, le mélolonthe huméral, [LEGOARANT, ]
Très familièrement. Faute de langage qui consiste à mettre en liaison une s au lieu d'un t : il était-z à la campagne. Le mot velours, employé dans ce sens, vient de ce que cette liaison est moins rude que celle qui se fait avec le t, de même que le velours est plus doux au toucher que le cuir.

PROVERBE

    Habit de velours, ventre de son, se dit d'une personne qui épargne sur la nourriture et fait des dépenses d'ostentation.
On dit aussi : Ventre de son et robe de velours.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Que est devenu li velox Que feis à lui apareiller ? [, Fabliaux mss. p. 22, dans LACURNE]
  • XVe s.
    Ils [les seigneurs] sont vestus de velouz et de camocas, fourrés de vairs et de gris ; et nous [paysans anglais] sommes vestus de povres draps [FROISS., II, II, 106]
    Arriere, satin, camelot, Puisque le veloux vient en place [COQUILL., dans MÉNAGE]
  • XVIe s.
    Toute la noblesse de la cour y fut chassée [au siége de Lafère], et n'y souffrit pas beaucoup d'incommoditez, tant pour la belle saison, assavoir en juin, que pour la commodité de toutes choses ; comme aussi n'aians à craindre aucun secours ni courses du dehors ; aussi l'appelloit-on le siege de velours [D'AUB., Hist. II, 367]
    À iceux je donneray le nom de cauteres de velours, à raison qu'ils ne font douleur, et aussi que je les ay recouverts [achetés de l'inventeur] par du velours [PARÉ, XXV, 32]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. veleur, velor ; ital. velluto ; bas-lat. vellutum, proprement velu, de villus, poil. L'ital. velluto vient certainement de vellutum. Nous n'avons du français que le nominatif velox, qui peut venir soit de vellutum, soit de villosum. Pour décider la question, il faudrait avoir le régime, qui serait dans le premier cas velout, dans le second velous. L'analogie avec l'italien et le t de velouter rendent plus probable la première hypothèse.

velours

VELOURS. n. m. Étoffe à poil court et serré. Velours de soie, de laine, de coton. Velours uni. Velours frappé. Velours à fleurs, à ramages. Velours de Gênes, de Venise. Velours cramoisi. Robe de velours. Gilet de velours.

Velours ras, Sorte de velours qui n'a pas de poil.

Velours d'Utrecht, Velours de laine, à longs poils et ordinairement façonné, dont on se sert pour recouvrir les sièges ou faire des tentures.

Fig. et fam., Jouer sur le velours, Jouer sur son gain. Il signifie, par extension, Suivre une ligne de conduite qui n'entraîne aucun risque et dont on ne peut recueillir que des avantages.

Fig., Faire patte de velours se dit d'un Chat, lorsqu'il retire ses griffes en donnant la patte. Il se dit aussi figurément de Ceux qui cachent sous des dehors caressants le dessein qu'ils ont de nuire. On dit dans un sens analogue : Main de fer gantée de velours.

velours


VELOURS, s. m. VELOUTÉ, ÉE, adj. et subst. [1re e muet: 3e é fer. aux 2 dern.] Velours, étofe de soie à poil, court et serré. "Velours à deux, à trois, à quatre poils. "Velours plein, figuré, ciselé; à fleurs, à ramage; à fond d'argent, de satin, etc. = Fig. Chemin de velours, chemin sur une pelouse: marcher sur le velours. — Jouer sur le velours, sur son gain. St. famil. et prov. Voy. Patte.
   VELOUTÉ, ÉE, se dit des étofes, dont le fond n'est point de velours, mais, qui ont des fleurs, des ramages faits de velours. "Satin, pâssement velouté, étofe veloutée. = Fleurs veloutées, dont les feuilles ont quelque chôse, qui aproche du velours: "les pensées, les oeuillets d'Inde, les amarantes sont des fleurs veloutées. = Vin velouté, d'un beau rouge un peu foncé, et qui est délicat et moelleux. = S. m. Galon fabriqué comme du velours ou plein ou figuré. = Le velouté de l'estomac, des intestins, de la vessie: la surface intérieure de ces parties, qui est comme hérissée d'un nombre infini de petits filets, enduits d'une liqueur glaireuse, qui sert à défendre ces mêmes parties de l'impression trop vive des corps, qui les touchent. "Ce remède était trop fort: il lui a emporté le velouté de l'estomac.

Traductions

velours

Sammet, Samt, Florvelvet, cord, corduroy, velourfluweel, velours, zachtheidקטיפה (נ), קְטִיפָהvellutveluroterciopelofløyelveludocatifea, velurбархатvellutoقَطِيفَةsametfløjlβελούδοsamettibaršunビロード벨벳aksamitsammetผ้ากำมะหยี่kadifevải nhung天鹅绒天鵝絨 (vəluʀ)
nom masculin
tissu très doux un pantalon de velours

velours

[v(ə)luʀ] nmvelvet
une robe en velours → a velvet dress
une main de fer dans un gant de velours → an iron fist in a velvet glove
jouer sur du velours (fig) → to be onto a sure thing
velours côtelé nmcorduroy
un pantalon en velours côtelé → corduroy trousers