veneur

(Mot repris de veneurs)

veneur

n.m. [ du lat. venator, chasseur, de venari, chasser ]
Celui qui, à la chasse à courre, dirige les chiens courants.

VENEUR

(ve-neur) s. m.
Celui qui est chargé de faire chasser les chiens courants.
Les veneurs, pour ce coup, croyaient leurs chiens en faute [LA FONT., Fabl. v, 15]
Grand veneur, celui qui commande à toute la vénerie du roi.

PROVERBE

    C'est le bon veneur qui fait la bonne meute.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Od [avec] lui furent si veneor [, Lai de Melion]
    Se li cers est duqu'à la rois menés, Li venerres qache [chasse] trop nichement, Puis k'est es las, se l'en laist eskaper, En chel espoir qu'il doive retourner [, Anc. poés. franç. Vatic. f° 157, dans LACURNE]
  • XVe s.
    À celle chasse furent les deux rois et leurs veneurs [FROISS., II, II, 44]
  • XVIe s.
    Et estoit ce logis voué et dedié pour le grand vaneur de France, et tout son attirail de chasse [CARL., IV, 5]
    Il faut que le jeune gentilhomme que l'on veut rendre bon veneur, soit bien sain, dispost et de belle taille, qu'il ait l'esprit bon et notamment le jugement prompt et vif [CHARLES IX, Chasse roy. X]
    C'est une chasse où le veneur est pris [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. venaire, venador ; du latin venatorem, de venari, chasser. Venere en français, venaire en provençal, est le nominatif ; veneor, venador est le régime.

veneur

VENEUR. n. m. Celui qui est chargé de faire chasser les chiens courants. Il a un très bon veneur.

Grand veneur, Celui qui commandait à toute la vénerie d'un prince.

veneur

Veneur, Venator, Vestigator.

Le droit du veneur, Primitiae venatoris, B.

Le grand veneur, Protocynegus, B.

veneur


VENEUR, s. m. [Ve-neur: 1re e muet.] Celui, qui a le soin de faire chasser les chiens courans. Voy. VèNERIE.