venin

venin

n.m. [ du lat. venenum, poison ]
1. Liquide toxique sécrété par certains animaux et qu'ils injectent généralement par une piqûre ou une morsure : Le venin de la guêpe, du cobra.
2. Litt. Attitude malveillante, haineuse : Un site Internet qui répand du venin sur les déshérités fiel [litt.] ; bienveillance, gentillesse

VENIN

(venin ; au XVIIe siècle, plusieurs prononçaient velin, prononciation qui d'ailleurs était regardée comme fautive, MARG. BUFFET, Observ. p. 137) s. m.
Liquide malfaisant que sécrètent certaines espèces de glandes dites vénénifiques ou vénénipares chez quelques animaux, tels que la vipère, le scorpion, etc. qu'ils conservent dans un réservoir particulier, pour s'en servir comme de moyen d'attaque ou de défense, et qui, introduit dans le sang d'un autre animal, au moyen d'une morsure ou d'une piqûre, le tue plus ou moins promptement ou du moins le rend malade. Le venin du scorpion, de la guêpe. Venin subtil.
Le venin de la vipère n'est pas un poison pour son espèce ; il ne tue point les sangsues, les limaces, l'escargot, l'aspic, la couleuvre, l'orvet [FOURCROY, Conn. chim. t. x, p. 320]
Fig.
Je puise dans leurs yeux un venin amoureux [RÉGNIER, Dial.]

PROVERBES

  • Morte la bête, mort le venin, on n'a plus rien à craindre d'un ennemi lorsqu'il est mort.
  • À la queue le venin, voy. QUEUE 1.
Poison en général.
J'ai su, par une longue et pénible industrie, Des plus mortels venins prévenir la furie [RAC., Mithr. IV, 5]
La poudre de diamant n'est pas plus un venin que la poudre de corail [VOLT., Louis XIV, 26]
Par extension, principe et action des maladies contagieuses. Le venin de la petite vérole.
Boudin ...lui représentant [à Fagon, dans la variole du Dauphin] qu'eux médecins de la cour qui ne voyaient jamais aucune maladie de venin.... [SAINT-SIMON, 293, 232]
Fig. Ce qui est moralement comparé au venin matériel.
Les langues ont toujours du venin à répandre, Et rien n'est ici-bas qui s'en puisse défendre [MOL., Tart. v, 3]
Celui qui est en colère et qui le dit, est préférable au traditor qui cache son venin sous de belles et douces apparences [SÉV., 12 janv. 1676]
Les écrits où l'on m'avertit qu'il [Jurieu] répand sur moi tout ce qu'il a de venin [BOSSUET, Déf. Variat. I]
Ainsi parle un esprit.... Qui, sous l'humble dehors d'un respect affecté, Cache le noir venin de sa malignité [BOILEAU, Sat. IX]
Ai je d'un style affreux Distillé sur sa vie un venin dangereux ? [ID., ib.]
L'envie, qui verse son venin mortel autour d'elle, et qui se tourne en rage, dans l'impuissance où elle est de nuire [FÉN., Tél. XVIII]
Depuis que je suis né, j'ai vu la calomnie Exhaler les venins de sa bouche impunie [VOLT., Tancr. III, 3]
Jeter tout son venin, dire, dans l'emportement de la colère, tout ce qu'on a sur le cœur. C'est un homme sans venin, il n'a point de malignité.
Fig. En langage de dévotion, ce qui est contraire à la doctrine de l'Église.
Un petit livre qui a beaucoup de venin et de dissimulation [BOSSUET, Lett. quiét. 201]
La déclaration des défenseurs de Jansénius fut jugée captieuse, conçue en des termes pleins d'artifice, et cachant, sous l'apparence d'une soumission en paroles, tout le venin de l'hérésie [RAC., Hist. de Port-Royal, part. 2]
Puisse notre saint docteur leur servir à tous de modèle, et leur apprendre à se précautionner contre le venin dangereux de tant de livres ! [MASS., Panégyr. St Thomas d'Aquin.]
En général, mauvaise doctrine.
De leurs venins bientôt ils [les partisans de Mahomet] infectent Médine [VOLT., Fanat. I, 4]
Venin de marée, dit aussi vif et virli, petit poisson de mer dont la piqûre cause une vive douleur.

SYNONYME

  • POISON, VIRUS, VENIN, MIASMES. Les poisons sont ou des corps cristallisables ou volatils sans décomposition, d'origine minérale et d'origine organique, ou les sucs de plantes qui les renferment ; ils agissent en s'unissant, molécule à molécule, aux principes immédiats des tissus vivants, dont ils modifient ainsi la constitution ou qu'ils décomposent. Les venins sont des humeurs spéciales sécrétées surtout par certaines glandes des animaux et quelquefois des végétaux ; ils doivent leurs propriétés principalement à une substance organique naturelle ou principe immédiat coagulable et spécial, qui conserve toutes ses propriétés après la dessiccation ou après la mort de l'animal. Les virus sont un état particulier d'altération des substances organiques, liquides ou solides, qui existent normalement dans tout être vivant ou qui en proviennent ; ils agissent en transmettant à d'autres êtres un état d'altération semblable ou très analogue à celui dont ils sont le siége. Les miasmes, très voisins des virus, sont des substances organiques volatiles ou emportées par les liquides volatils lors de leur évaporation, qui proviennent des tissus animaux ou végétaux en voie de décomposition, des déjections, des exhalations pulmonaires ou sudorales d'animaux sains ou malades.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Lo velin de detraction [ST BERN., p. 557]
    Venim e pureture grant merveille vomi, E jut mult lungement.... [, Th. le mart. 95]
    Jà soit ce que li venins del ancien anemi soit par toz les visces qui l'ont espandu el humain cuer [, Job, p. 517]
  • XIIIe s.
    Du venim [poison] serai tost porveüe et pourquise [, Berte, LXXVI]
    Et touzjours dit on que en sarpent ne puet on donner venin, car trop en i a [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 497]
    Cil [Jupiter] mist le venin es serpens [, la Rose, 20330]
    Desloiatés.... pot semer trop de venin [BEAUMANOIR, I, 11]
    En moi n'a ne venim ne fiel ; Il ne me remaint rien souz ciel ; Tout va sa voie [RUTEB., 26]
  • XVIe s.
    Un venin preparé à tout de la ciguë [MONT., II, 40]
    Venin contre venin duit, Car venin au venin nuit [GENIN, Récréat. t. II, p. 251]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, varin ; bourguig. vairin ; norm. velin ; provenç. vere, veri ; catal. veri ; ital. veleno ; du lat. venenum.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • VENIN. - HIST. Ajoutez :
  • XIVe s.
    Celle serpent Qui par tot son verain espant [MACÉ, Bible en vers, f° 19, 2e col.]

venin

VENIN. n. m. Poison produit, chez certains animaux, par sécrétion, et qui, introduit dans le sang d'un autre animal ou d'un homme par une morsure ou une piqûre, amène de graves désordres et même la mort. Venin dangereux, mortel. Venin prompt, subtil. Le venin de la vipère, du scorpion, du serpent. Cet animal a jeté son venin.

Prov. et fig., Morte la bête, mort le venin, On n'a plus rien à craindre d'un ennemi mort.

VENIN signifie, au figuré, Malignité, rancune, haine cachée. Vous avez bien du venin contre lui. Il y a trop de venin dans ce qu'il dit. C'est une langue dangereuse, qui répand son venin partout. Le venin de la calomnie.

Il a jeté tout son venin, Dans l'emportement de sa colère, il a dit tout ce qu'il avait sur le coeur contre un tel.

C'est un homme sans venin, qui n'a point de venin, Il n'a pas de malignité, pas de rancune.

VENIN se dit aussi figurément, en langage de dévotion, d'une Doctrine dangereuse. Il y a du venin dans cette proposition. Le venin de l'hérésie.

Synonymes et Contraires

venin

nom masculin venin
Littéraire. Attitude malveillante.
Traductions

venin

Gift, Gehässigkeitvenom, poisonvenijn, vergif, gif, gift, zwadder, gal, vergiftארס (ז), רעל (ז), תרעלת (נ), אֶרֶס, רַעַלmetzina, verígiftvenenotósigo, tóxico, veneno, ponzoñaméregeiturvelenoaconitum, cantharis, venenumgifttrucizna, jadveneno, peçonha, tóxicogiftzehirδηλητήριο, φαρμάκιядسُمّjízlivostmyrkkyotrov悪意독액ความรู้สึกโกรธและขมขื่นsự căm ghét毒液 (vənɛ̃)
nom masculin
poison produit par certains animaux

venin

[vənɛ̃] nm (lit, fig)venom