verbal, ale

VERBAL, ALE

(vèr-bal, ba-l') adj.
Qui n'est que de vive voix et non par écrit. Des ordres verbaux.
Il n'y a point de promesse de mariage verbale ni par écrit [PATRU, Plaidoyer 11]
On a prétendu que le connétable de Montmorency fut disgracié par le roi, pour lui avoir conseillé de se contenter de la promesse verbale de Charles-Quint [VOLT., Mœurs, 125]
Ne donnez à votre élève aucune espèce de leçon verbale ; il n'en doit recevoir que de l'expérience [J. J. ROUSS., Ém. II]
Antithèse verbale, antithèse qui consiste seulement dans les mots, et non dans la pensée. Critique verbale, critique qui ne s'attache qu'aux mots. Rapport verbal, se dit, dans les sociétés savantes, d'un rapport écrit, lorsqu'il ne doit pas être suivi d'une décision, et qu'il n'est reçu que comme renseignement. Terme de diplomatie. Note verbale, se dit d'une note donnée à un ambassadeur, à un cabinet étranger, par écrit à la vérité, mais sans signature et sans un caractère pleinement officiel.
Terme de grammaire. Qui est de la nature du verbe, qui tient au verbe. Action est un substantif verbal. Adjectif verbal, participe présent pris adjectivement, et soumis aux règles de l'accord.
Les adjectifs verbaux qualifient par un attribut d'événement, c'est-à-dire par une qualité accidentelle et survenue qui paraît être l'effet d'une action qui se passe ou qui s'est passée dans la chose ; tels sont rampant, dominant, liant, caressant [DUMARS., Œuv. t. IV, p. 108]
Racines verbales, voy. PRÉDICATIF.
Procès-verbal, acte dans lequel un officier de justice ou autre personne ayant qualité a constaté un fait et toutes ses circonstances. Un procès - verbal d'apposition de scellés. Dresser un procès-verbal, des procès-verbaux. Dresser procès-verbal.
J'aurais regret d'être obligé d'écrire, Et de vous voir couché dans mon procès-verbal [MOL., Tart. v, 4]
Fig.
L'histoire de l'Europe est devenue un immense procès-verbal de contrats de mariage [VOLT., Mœurs, 74]
Faire un procès-verbal à quelqu'un, constater par procès-verbal qu'il a commis quelque infraction. Faire un procès-verbal à un débitant pour avoir fraudé les droits. On dit quelquefois simplement un verbal. Le verbal en fait foi.
Un verbal fourmillant de fautes d'orthographe [DARU, Épît. à mon sans-culotte.]
Procès-verbal, se dit aussi du narré, par écrit, de ce qui s'est passé dans une séance, dans une cérémonie, etc. Lisez le procès-verbal de la dernière séance. On le dit aussi du résumé des actes et des délibérations d'un corps. Le procès-verbal des séances de l'assemblée nationale. Fig.
Il m'a promis de vous regarder, de vous manier, et de me faire un procès-verbal de votre aimable personne [SÉV., 442]
Verbal d'opinions, s'est dit pour vote à haute voix, opposé à scrutin secret.
Dans toutes les questions de ce genre, le verbal d'opinions arme l'homme contre l'intérêt, rend chaque individu plus fort par lui-même en l'isolant, et l'oblige à ne consulter que son propre vœu, puisqu'il ne pourrait pas le cacher, pour ainsi dire, sous celui des autres [MIRABEAU, Collection, t. I, p. 80]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Telle cognoissance verballe que ung vassal selon les droitz humains doit faire à son seigneur [, le Songe du Vergier, II, 79]
  • XVe s.
    Nous sommes verbaux, et appetons les paroles plus que les choses [AL. CHART., le Curial, p. 397]
  • XVIe s.
    Les dissentions des sectes philosophiques en ce cas sont verbales [MONT., I, 69]
    L'ignorance pure estoit bien plus salutaire et plus sçavante que n'est cette science verbale et vaine [ID., I, 398]
    Fermeté plus verbale qu'essentielle [ID., II, 211]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. et esp. verbal ; it. verbale ; du lat. verbalis, de verbum, parole (voy. VERBE).