vergé

vergé, e

adj. [ du lat. virgatus, tressé, rayé ]
Papier vergé,
fabriqué à l'aide d'une vergeure.

verge

VERGE. n. f. Baguette longue et flexible. Il n'avait qu'une verge à la main. La verge d'un jouet. La verge de Moïse. La verge d'Aaron. Verge de fer. Verge de cuivre.

En termes d'Horlogerie, La verge du balancier, Le pivot sur lequel se meut le balancier. La verge de cette pendule est cassée.

En termes de Marine, La verge de l'ancre, La pièce droite qui réunit les pattes de l'ancre à l'organeau.

En termes de Botanique, Verge d'or, Plante radiée qui porte un long épi de fleurs jaunes.

VERGE se dit spécialement de la Baguette ordinairement garnie d'ivoire ou d'argent que portaient les huissiers appelés Huissiers à verge, et que portent encore les bedeaux.

Il se dit aussi du Membre viril. Le canal de la verge.

Il désignait encore une Ancienne mesure agraire en usage dans certaines régions.

VERGES, au pluriel, se dit de Menus brins de bouleau, de genêt, d'osier, etc., avec lesquels on fouette, on fustige. Poignée de verges. On l'a battu à coups de verges. On le fit battre de verges.

Prov. et fig., Donner des verges pour se faire fouetter, Fournir des armes contre soi-même.

Dans la discipline militaire d'autrefois, Faire passer quelqu'un par les verges, par les baguettes, Le faire passer entre deux rangs de soldats armés de verges ou baguettes d'osier, dont ils frappaient sur les épaules nues de celui qui passait.

vergé

VERGÉ, ÉE. adj. Il se dit d'une Étoffe où se trouvent quelques fils saillants.

Il se dit aussi d'une Sorte de papier qui porte les marques des vergeures. Ce livre est imprimé sur papier vergé.

verge

Verge, Virga quaelibet, soit de bois, de fer, d'or, ou autre metal. Et en fait de navires, verge ou vergue, est la perche qui est en travers du mast, à laquelle la voile dudit mast est attachée.

Verges, ou vergues hautes; on dit d'un navire qu'il a les verges ou vergues hautes, quand il n'attend que le vent, et est prest à desloger, car pour ab batre les voiles au vent il les faut premierement guinder et ysser, ce qui se fait en guindant, et yssant lesdites vergues.

Une verge de bois qui n'est point accoustrée, Rudis, huius rudis.

Une petite verge qui n'est point façonnée ne accoustrée, dequoy on remue les choses qu'on cuit sur le feu, Rudicula.

Une petite verge blanche que portoyent ceux qui estoyent Embassadeurs sur le fait de la paix, Caducum caduci.

Une verge qui a l'escorse rouge comme sang, Virga sanguinea.

Toutes sortes de verges molles, et aisées à plier pour lier soit d'osier, orme, peuplier, bouleau, vignes, et autres, Vimen.

Une verge dequoy usent les mesureurs de terre, Radius.

Une verge de laquelle le sergent touchoit ceux que le Preteur mettoit de ser vage en liberté, Vindicta.

Les petites verges et sions qu'on a coupé des branches des arbres, ou herbes, Scopae.

Poignée de verges, Flagrum.

Poignées et faisceaux de verges portées par sergeans, au milieu desquelles il y avoit une hache à chascun, Fasces virgarum.

Lieu planté de verges à lier les vignes, Virgetum.

Fait de verges, Virgeus.

Instrument long et deslié, comme une verge, baston, fouët, aronde, et semblables, dequoy on bat, Verber verberis.

verge


VERGE, s. f. [1re ê ouv. 2e e muet.] Verge est 1°. petite baguette longue et flexible. "Il n'avait qu'une verge à la main. "La verge de Moïse. = 2°. Baguette, que portent à la main les bedeaux et certains huissiers, qu'on apèle pour cela, Huissiers, ou Sergens à verge. = 3°. Tringle. Verge de fer, de cuivre. = Fig. "Prince, qui gouverne avec une verge de fer; avec dûreté, et une sévérité outrée. = 4°. Verges; menus brins de bouleau, de genêt, d'osier, avec lesquels on fouette les enfans, ou certains criminels. — Fig. Peines et aflictions. "Les verges de la colère de Dieu. Cette expression n'est pas du beau style. = On dit, proverbialement, doner des verges pour se faire fouetter ou batre; fournir des armes contre soi-même. = 5°. Verge, anneau sans chaton. "Verge d'or, d'argent.