vermisseau

vermisseau

n.m. [ du lat. vermis, ver ]
Petit ver de terre.

VERMISSEAU

(vèr-mi-sô) s. m.
Petit ver de terre.
Pas un seul petit morceau De mouche ou de vermisseau [LA FONT., Fabl. I, 1]
Homme vain et présomptueux, faites un vermisseau que vous foulez au pieds [LA BRUY., XVI]
La rencontre d'un vermisseau vous confond, et vous voulez pénétrer la nature intime de l'être des êtres [BONNET, Ess. psychol. 55]
Le vermisseau sur le gazon, Lui-même devient architecte, Et les ouvrages de l'insecte Étonnent la fière raison [BERNIS, Quat. sais. Print.]
Fig.
Tous les vermisseaux appelés sonetti, qui naissent et qui meurent à milliers aujourd'hui dans l'Italie, de Milan jusqu'à Otrante [VOLT., Lett. Bettinelli, mars 1761]
Fig. Être chétif et misérable comparé à un vermisseau.
Elle [l'âme] reconnaît la grâce qu'il [Dieu] lui a faite de manifester son infinie majesté à un si chétif vermisseau [PASC., Convers. du péch.]
Mais fol et vain espoir ! vermisseaux que nous sommes ! Comme le ciel se rit des vains projets des hommes ! [REGNARD, le Distr. II, 1]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Ke lai [là] soit emfleiz et esleveiz li vermissels.... [ST BERN., p. 535]

ÉTYMOLOGIE

  • Forme fictive latine vermicellus, dimin. de vermis, ver.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • VERMISSEAU. - HIST. Ajoutez :
  • XIVe s.
    Teredo, uns vermissiaus [ESCALLIER, Vocabulaire latin-français 2476]

vermisseau

VERMISSEAU. n. m. Petit ver de terre. Ces oiseaux vivent de moucherons et de vermisseaux.
Traductions