vicarier

(Mot repris de vicariants)

VICARIER

(vi-ka-ri-é) , je vicariais, nous vicariions, vous vicariiez ; que je vicarie, que nous vicariions, que vous vicariiez v. n.
Faire les fonctions de vicaire dans une paroisse. Il avait vicarié pendant dix ans.
Sortez d'ici, allez vicarier dans votre village [MORELLET, Mém. t. II, p. 271, dans POUGENS]
Fig. et familièrement. Être réduit à une place subalterne. Je suis las de vicarier.
Se disait des musiciens d'église qui allaient de ville en ville, pour offrir leurs services temporaires.
[Venture] se présente d'un air aisé.... se donnant pour un musicien français que le mauvais état de ses finances forçait de vicarier pour passer son chemin [J. J. ROUSS., Conf. III]
Comme il n'y avait point là de maîtrise où je pusse vicarier, et que d'ailleurs je n'avais garde d'aller me fourrer parmi les gens de l'art [ID., ib. IV]
Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Faifeu estoit tant gai, gentil et noble, Que, bien souvent n'ayant escu ni noble, Vicarioit en maint lieu et contrée [, Faifeu]

ÉTYMOLOGIE

  • Vicaire.

vicarier

VICARIER. v. n. Faire les fonctions de vicaire dans une paroisse. Il a vicarié pendant dix ans.

Il signifie, figurément et familièrement, Être réduit à une place subalterne. Je suis las de vicarier.