vindicatif, ive

Recherches associées à vindicatif, ive: revendicateur, revendicatif

VINDICATIF, IVE

(vin-di-ka-tif, ti-v') adj.
Qui est enclin à la vengeance ; désireux de se venger.
Votre sexe est fort vindicatif [TRISTAN, Marianne, II, 6]
Ces gens [les faux dévots].... Qui savent ajuster leur zèle avec leurs vices, Sont prompts, vindicatifs, sans loi, pleins d'artifices [MOL., Tart. I, 6]
Il était trop fier pour être vindicatif [J. J. ROUSS., Confess. VII]
Il [Boileau] était aussi réservé que son caractère pouvait le permettre, à l'égard de cette société vindicative [les jésuites], alors très puissante et très dangereuse [D'ALEMB., Élog. Despr.]
Substantivement.
En vivant de la sorte, peux-tu nier que tu ne sois choqué de Jésus ?... oui, Jésus t'est un scandale, ô vindicatif, parce qu'il a pardonné les injures [BOSSUET, Sermons, Jésus objet de scandale, 3]
Où est le vindicatif qui ne se fait pas un triomphe de sa vengeance ? [BOURDAL., Myst. Concept. de la Vierge, t. II, p. 15]
Il se dit aussi des choses.
J'eus, il est vrai, la fierté vindicative de dépenser presque autant d'argent qu'il m'en avait voulu donner [J. J. ROUSS., Confes. XI]
Justice vindicative, celle qui punit les crimes.
La justice vindicative de Dieu [BALZ., Socr. chrét. 6]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Le sens de ceste pacience fait moult à noter aux vindicatifs, qui, sans viser aux inconveniens qui en peuent venir, de tous mesfais se vuelent vengier [CHRIST. DE PISAN, Charles V, I, 24]
  • XVIe s.
    Ils le cognoissoient vindicatif [CARLOIX, VIII, 8]
    Ceulx qui disent avoir raison de leur passion vindicative [MONT., IV, 164]
    Les plus foibles ames sont les plus vindicatives et malicieuses [CHARRON, Sagesse, I, 30]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. vindicare, venger (voy. ce mot).