violet, ette

VIOLET, ETTE

(vi-o-lè, lè-t') adj.
De couleur de la fleur qu'on nomme violette.
Le rouge de garance et l'oxyde de fer déposés sur l'étoffe y déterminent la couleur violette [CHAPTAL, Instit. Mém. scienc. t. III, p. 103]
Violet rouge. Violet pâle, la teinte lilas. Violet foncé, le pourpre noir. Violet bleu, la teinte d'améthyste. Fig. Voir des anges violets, se disait d'un coup reçu à la tête, qui cause des éblouissements. Fig. Contes violets, des contes qui n'ont pas de vraisemblance, des choses qu'on n'a vues que dans les éblouissements. Fig. Faire du feu violet, faire feu violet, se disait pour signifier ce qu'on nomme aujourd'hui feu de paille, c'est-à-dire témoigner en quelque chose une grande vivacité qui ne tarde pas à se démentir.
Il se dit de la coloration de la peau par le froid ou par la stagnation du sang.
Par la faute du valet l'argent tomba sur la chaise, et de la chaise en bas ; la Rappinière en devint tout violet [SCARR., Rom. com. I, 4]
Je vois de petits polissons jouer sur la neige, violets, transis, et pouvant à peine remuer les doigts [J. J. ROUSS., Ém. II]
Terme de physique. Rayon violet, ou, substantivement, le violet, une des sept couleurs primitives du spectre solaire, la dernière en commençant par le rouge.
Scheele a démontré que le rayon violet était de tous les rayons de la lumière celui qui avait le plus d'action chimique ; et Sennebier a vu que ce rayon jouissait également plus que tous les autres de la propriété de développer la couleur verte dans les plantes [THENARD, Traité de chimie, t. I, p. 94, dans POUGENS]
Écailleux violet, espèce de petit hanneton.
S. m. Le violet, couleur violette. Les rois de France portaient le deuil en violet.
Le violet clair et pur qui peint la queue de ce colibri [BUFF., Ois. t. XI, p. 76]
Par dénigrement, un violet, un évêque, vêtu de violet.
Il [le pape] doit posséder l'univers entier de droit divin, lui répondit un violet ; et même il a été un temps où ses prédécesseurs ont approché de la monarchie universelle [VOLT., Princ. Babyl. 9]
Violet évêque, le papillon mars ou iris changeant. Violet d'évêque, espèce d'agaric. Violet pourpre, espèce de champignon qui se trouve sur les feuilles pourries.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    La couleur naturelle de la partie est changée, à sçavoir jaune, violette, livide ou noire [PARÉ, IX, 2]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. VIOLETTE.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    VIOLET. Ajoutez :
    Sorte de bois, dit aussi bois de violette (voy. VIOLETTE, n° 5, au Dictionnaire).
    Les bois d'ébénisterie wacapou et violet, qui se payent 250 francs le mètre cube [, Journ offic. 2 juin 1874, p. 3683, 3e col.]