vital, ale

VITAL, ALE

(vi-tal, ta-l') adj.
Qui appartient à la vie, qui sert à la conservation de la vie.
Les physiologistes ont prouvé que les mouvements vitaux sont le produit des impressions reçues par les parties sensibles [CABANIS, Instit. Mém. scienc. mor et pol. t. I, p. 100]
Force vitale ne veut dire autre chose que force inconnue [CHAPTAL, Instit. Mém. scienc. 1807, 1er sem. p. 88]
Esprits vitaux, voy. ESPRIT, n° 7. Principe vital, principe qui, suivant certains physiologistes, est la cause de la vie, indépendamment de la substance organisée.
Cela indique une grande énergie dans le principe vital de ces insectes [BONNET, Observ. vers, Œuv. t. I, p. 220, dans POUGENS]
Fig. et néologisme. Question vitale, affaire importante et qui touche aux plus graves intérêts.
Qui donne de la force.
Vous buvez la liqueur vitale D'un vin brillant et savoureux [VOLT., Épît. 32]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Non pas seulement les vertus animelles se alterent [dans les plaies du cerveau], mais les naturelles et viteles [LANFRANC, f° 23]
    L'esperit vital nourrissant [ID., f° 27]
  • XVIe s.
    La ligne vitale [de la main] [PARÉ, IV, 29]
    De sorte que l'enfant mesme sera vital [viable] [ID., XVIII, 15]
    Chaleur vitale [MONT., I, 367]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. vital, vidal ; espagn. vital ; ital. vitale ; du lat. vitalis, de vita, vie.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • VITAL. - HIST. Ajoutez : XIIe s.
    Uns freres morut, li queiz manes [soudain], quant il parloit, mist fors lo vial sofflement [, li Dialoge Gregoire lo pape, 1876, p. 200]