vitré, ée

VITRÉ, ÉE

(vi-tré, trée) part. passé de vitrer
Garni de vitres.
Une lucarne mal vitrée, Près d'une gouttière livrée à d'interminables sabbats, Où l'université des chats, à minuit, en robe fourrée, Vient tenir ses bruyants états [GRESS., Chartr.]
La plus ancienne notion de fenêtres vitrées se trouve dans un passage de Philon Juif.... il paraît en résulter que les ambassadeurs d'Alexandrie parlent de carreaux de vitre ou de carreaux de pierre spéculaire qu'ils comparent au verre [QUATREMÈRE DE QUINCY, Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. III, p. 275]
Porte vitrée, porte dont le panneau supérieur est composé de vitres pour donner du jour.
La salle ou chambre à coucher à côté de la cuisine aura une porte vitrée sur la cuisine, pour voir ce qui s'y passe [GENLIS, Maison rust. t. I, p. 145, dans POUGENS]
Terme de physique. Électricité vitrée, l'électricité produite par le frottement du verre, et qui est opposée à l'électricité résineuse, développée par la résine.
Terme d'histoire naturelle. Transparent comme le verre Parchemin vitré, parchemin défectueux à cause de sa transparence.
Terme d'anatomie. Corps vitré, ou corps hyaloïde, ou humeur vitrée, le plus volumineux des milieux de l'œil, dont il remplit les deux tiers postérieurs.