voici

voici

prép. [ de vois, impér. de voir, et ci ]
1. Désigne une personne ou une chose relativement proche (par opp. à voilà) : Voici mes amis. Voici les premiers coureurs. As-tu mon stylo ? Le voici.
2. Annonce ce qui arrive, approche, va avoir lieu : Voici la pluie. Voici venu le moment de partir. Voici ce que nous allons faire.
3. (Parfois en corrélation avec que) Indique une durée écoulée : J'y suis allé voici trois jours il y a
adv.
1. S'emploie en réponse à une demande : Avez-vous la monnaie de dix euros ? Voici.
2. (Dans une relative introduite par que) Attire l'attention sur la personne ou la chose désignée : La journaliste que voici voudrait vous poser quelques questions. Le livre que voici est une édition originale.

VOICI

(voi-si. Veci dit par quelques-uns au XVIIe siècle et condamné par Chifflet, Gramm. p. 201) loc. prépos. qui n'est autre que l'impératif du verbe voir avec l'adverbe ci : vois ci.
Il sert à désigner une personne ou un objet proche de la personne qui parle. Me voici. Monsieur que voici.
Mais le voici qui vous dira le reste [CORN., Poly. III, 2]
Voici votre roi, peuple, et voilà votre reine [ID., Rodog. v, 3]
Le voici qu'à propos sans suite et sans défense Le sommeil m'abandonne et livre en ma puissance [ROTR., Bélis. II, 8]
Voici votre Mathan ; je vous laisse avec lui [RAC., Ath. II, 4]
Il se dit aussi de la proximité dans le temps.
Voici l'instant affreux qui va nous éloigner [VOLT., Brutus, IV, 3]
Il se met avant l'infinitif du verbe venir, pour exprimer arrivée, approche.
Comme il continuait cette vieille chanson, Voici venir quelqu'un d'assez pauvre façon [RÉGNIER, Sat. VIII]
Tremblez, tremblez, méchants, voici venir la foudre [CORN., Pomp. II, 2]
Mais les voici venir [MOL., l'Ét. v, 14]
Des maux que j'ai prédits voici venir le temps [DELILLE, Parad. perdu. VI]
Cependant les tonnerres se taisent, et voici venir une voix : Écoute, ô toi Israël [CHATEAUBR., Génie, I, II, 4]
Il annonce qu'on va exposer, détailler quelque chose.
Jamais vous ne cesserez de prétendre ; ce que vous croyez la fin de votre course, quand vous y serez arrivés, vous ouvrira inopinément une nouvelle carrière ; la raison, messieurs, la voici : c'est que votre humeur.... [BOSSUET, 2e sermon, Impénit. 2]
Mais voici ce qui glacera le cœur, ce qui achèvera d'éteindre la voix, ce qui répandra la frayeur dans toutes les veines : je m'en vais voir comment Dieu me traitera [ID., Anne de Gonz.]
Voici dans un jeune prince victorieux quelque chose qui n'est pas moins beau que la victoire : la cour, qui lui préparait, à son arrivée, les applaudissements qu'il méritait, fut surprise de la manière dont il les reçut [ID., Louis de Bourbon.]
Je m'en rapporte à vous, écoutez, s'il vous plaît, Voici le fait : depuis quinze ou vingt ans en çà... [RAC., Plaid. I, 7]
Voilà tous mes forfaits ; en voici le salaire.... [ID., Brit. IV, 2]
Familièrement. En voici d'une autre, en voici bien d'une autre, se dit en parlant d'une chose inattendue, singulière.
Mais en voici bien d'une autre.... que diable fait là ma sœur ? [GENLIS, Théât. d'éduc. Tendresse matern. sc. 8]
Il exprime un état actuel, ou une action qui a lieu dans le moment même. Nous voici arrivés. Voici la fin de nos souffrances. Voici que, même sens.
Voici que de notre heur la fortune jalouse Vient arracher l'époux du sein de son épouse [MAIR., Soliman, I, 5]
Ironiquement.
Nous voici bien ! Quelle chose, quelle sottise nous dit-on là ! Vraiment, nous voici bien ! lorsque je suis à jeun, Tu me viens parler de musique ! [LA FONT., Fabl. IX, 18]
Mais voici bien une autre fête [ID., ib. III, 28]
Fig. M'y voici, je suis arrivé au point où je désirais arriver. Est-ce assez ? dites-moi ; n'y suis-je point encore ? - Nenni.
M'y voici donc ? - Point du tout.... [LA FONT., Fabl. I, 3]
Fig. Nous y voici, la chose arrive comme je l'avais prévu. Nous y voici se dit aussi pour exprimer qu'on arrive à la question.
Comme te voilà fait ! je t'ai vu si joli ! Ah ! vraiment, nous y voici, Reprit l'ours à sa manière ; Comme me voilà fait ! comme doit être un ours [LA FONT., Fabl. XII, 1]

REMARQUE

  • 1. Il ne faut pas confondre, comme cela se fait souvent, voici avec voilà. Voilà se rapporte à quelque chose d'antécédent ; voici, à quelque chose de subséquent. Voilà ce que vous avez fait, voici ce qui vous reste à faire. Il y a entre voici et voilà la même différence qu'entre ci et là.
  • 2. Dans les cas où l'on peut les employer l'un pour l'autre, on dit voilà pour voici ; mais on ne dit pas également voici pour voilà.
  • 3. Voltaire (Comm. Corn. rem. Hor. II, 3) a condamné la locution voici venir ; mais à tort ; en effet elle est correcte ; car voici est pour vois ci, et voir se construit avec l'infinitif. De plus elle est appuyée par l'usage des bons auteurs.
  • 4. Ne dites pas le voici qu'il vient, mais le voici qui vient, ou voici qu'il vient. Racan a fait cette faute :
    La voici qu'elle vient plus belle que l'aurore [RACAN, Berger. le Sat. II, 2]
    La raison en est évidente. Voici équivaut à vois ci. On peut dire vois le ci qui vient, ou vois ci qu'il vient, mais non vois le ci qu'il vient.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Dreiz emperere, veiz me ci en present [, Ch. de Rol. XXII]
  • XIIe s.
    Vez-ci mon gage, je voil qu'il aille avant [, Ronc. p. 181]
  • XIIIe s.
    Sire, voici l'ost près de vos, en Venise.... [VILLEH., XLVII]
    Nous vous en rapportons le cuer, et ve le ci [, Berte, XXIII]
    Vez-ci teles nouveles dont Diex loés sera [, ib. CXXII]
  • XVe s.
    Armez vous tost et appareillez, car vez-ci gens d'armes qui approchent ceste forteresse [FROISS., I, I, 131]
  • XVIe s.
    Je luy cede ceste mestyrie : voyez ci le contract de la transaction [RAB., Garg. I, 32]
    Voicy ce que il me falloyt [ID., ib. I, 34]
    Voyez cy de nos ennemyz qui accourent ; mais je vous les tueray ici comme bestes [ID., Pant. II, 25]
    Voicy de la vertu la penible montée, Voilà de l'autre part le grand chemin battu, Où au séjour du vice on monte sans échelle [DU BELLAY, VI, 45, recto]
    Voici venir un homme assez agé [, Nuits de Straparole, t. I, p. 221]
    Voici marcher de rang par la porte dorée L'enseigne d'Israël dans le ciel arborée [D'AUB., Tragiques, édit. LALANNE, p. 163]

ÉTYMOLOGIE

  • Vois à l'impératif, et ci ; wallon, vocial, voci ; Berry, voi le ci, le voici, voi les ci, les voici ; bourg. veci ; nivernais, voiqui ; prov. vec, ve.

voici

VOICI. Préposition qui sert à montrer, à désigner une personne ou une chose qui est proche, par opposition à Voilà qui sert à désigner une personne ou une chose plus éloignée. Voici votre place et voilà la mienne. Voici le livre dont on a parlé. Voici la maison en question. Nous voici quatre. L'homme que voici. Voulez-vous de l'argent? en voici. Me voici; que voulez-vous? Le voici qui arrive.

Fam., En voici d'une autre, en voici bien d'une autre se dit en parlant d'une Chose qui paraît singulière.

VOICI s'emploie également pour exprimer un État actuel ou une action qui a lieu dans le moment même. Nous voici donc arrivés. Nous voici à la fin de l'hiver. Voici qu'il vient.

Fam., Nous y voici se dit en parlant d'une Chose qui arrive comme on l'avait prévu. Il se dit aussi pour exprimer qu'on arrive à la question.

VOICI s'emploie aussi lorsqu'on va immédiatement énoncer, dire, expliquer ou détailler quelque chose, par opposition à Voilà qui désigne ce qu'on vient de dire. Voici la preuve de ce que je viens de vous dire. Voici la cause de cet événement. S'il me parlait de la sorte, voici ce que je lui répondrais.

Il s'employait encore devant un infinitif, surtout devant Venir; cette forme s'est conservée dans quelques phrases. Comme il parlait à la femme, voici venir le mari, Le mari survint. Voici venir le printemps, Le printemps approche.

voici

Voici, Voila, cerchez Voi.

voici


VOICI, VOILâ, prép. Le premier sert à montrer, à désigner un objet plus proche; et le second un objet plus éloigné "Voici mon livre, voilà le vôtre. — Ils se disent aussi des chôses qui ne s'aperçoivent pas par les sens; et alors voici se dit de ce qu'on va dire; et voilà de ce qu'on vient de dire. "Voilà ce qu'on objecte: voici ce qu'on peut répondre. Ils régissent ordinairement l'acusatif, et quelquefois le génitif: "Voilà de mes gens: en voici bien d'une aûtre. On sous-entend aventûre. st. famil. = 1°. Les [C827b} pronoms personels doivent précéder ces prépositions et non pas les suivre. On ne dit point, voici moi, voici lui; mais on dit: me voici, le voilà. = 2°. Précédés de l'article le, la, les, ils doivent être suivis de qui, pronom relatif, indéclinable, et non pas de la conjonction que. On n'emploie cette conjonction que quand voici et voilà sont employés sans article. Ainsi l'on dira: le voici qui vient; et voici qu'il vient: le voilà qui arrive, et voilà qu'il arrive. "Le voilà qui se jette, ou voilà qu'il se jette. "Le voilà qui se jette aux pieds d'Hégésipe. Télém. = 3°. Aûtrefois on faisait régir à voici et à voilà l'infinitif sans préposition. "Voici venir ma soeur Corn. "Voilà savoir faire un digne usage de ses richesses. Roll. On dirait aujourd'hui: voici ma soeur, qui vient: c'est là savoir faire, etc. M. l'Ab. Monnier a encôre dit, tout récemment: voici venir Fuscus Aristius, mon ami. Traduct. d'Horace. = 4°. On met aussi le que entre des noms, et voici ou voilà. "Monsieur que voici; Madame que voilà. = Celui-ci régit quelquefois la prép. de: "Déesse curieuse et inquiéte, voilà toujours de vos soupçons. Mde Dacier, Iliade. = 5°. Voilà ne modifie point les verbes, sans être suivi de que: "Allez, enseignez, baptisez; et voilà je suis avec vous, jusqu'à la fin du monde. Bossuet. On en trouve mille exemples dans les anciènes traductions de la Bible; et l'éloquent Saurin le dit toujours ainsi. L'on dit aujourd'hui: voilà que je suis, etc. = 6°. Voilà est quelquefois précédé d'un ou de plusieurs infinitifs: "Abaisser l'orgueuil, soulager les malheureux, protéger l'inoncence et punir le crime, voilà leurs destins. Jér. Dél. Les infinitifs tiènent lieu de nominatif, et voilà de verbe. C'est comme si l'on disait: ce sont là leurs destins. Voy. NOMINATIF, IV. n°. 2°. = 7°. Nous y voici, c. à. d. voici ce que j'avais prévu que vous diriez.
   Comme te voilà fait! je t' ai vu si joli.
   Ah! vraiment nous y voici,
   Repris l'ours à sa manière.
   Comme me voilà fait! comme doit être un ours.
       La Font.
= 8°. Voici et voilà sont quelquefois redoublés.
  Voici, voici le tems, où, libres de contrainte,
  Nos voix peuvent pour lui signaler leurs accens.
       Rouss.
  Voilà, voilà le sort que je craignais pour vous.
      Anon.
= 9°. * Scudéry a dit aûtrefois si ne voilà pas, pour dire, si ce n'est pas là "Je vous laisse à juger, si ne voilà pas un jour bien employé. Observat. sur le Cid. = 10°. En plusieurs Provinces, le peuple dit, vela, pour, voilà. "V'la votre rouet, maman. Th. d' Éduc. = 11°. Avec voilà, dans la phrâse négative et interrogative, on retranche souvent ne, mais seulement dans le st. famil. On dit, voilà-t-il pas? pour ne voilà-t-il pas? "Voilà-t-il pas une bone raison, pour changer d'avis? De la Lindelle, à M. de Voltaire.

Traductions

voici

hier, hier ist, siehe, da, da baldbehold, here are, here is, look, there, here you are, nowhier, hierzo, kijk, ziedaar, ziezo, alsjeblieft, ziehier, (zie)hier, alstublieftהנה (מ קריאה), הִנֵּהdisheus ací, vet acíιδού, ναjenhetässätessékeccootoeis, eis aí, eis ali, eis aquiiatăвот여기에 (vwasi)
préposition
1. pour présenter ce qui est proche Voici mon frère.
2. pour indiquer ce qui se produit Voici l'orage !
3. pour indiquer ce qui va suivre dans un texte, undiscours Voici les raisons de notre décision.

voici

[vwasi] prép
(pour introduire, désigner, singulier) → here is; (pluriel) → here are
Voici mon frère et voilà ma sœur → This is my brother and that's my sister.
me voici → here I am
le voici! → here he is!
Tu as perdu ton stylo? Tiens, en voici un autre → Have you lost your pen? Here's another one.
Tu veux tes clés? Tiens, les voici! → You want your keys? Here you are!
(= il y a) il est parti voici 3 ans → he left 3 years ago
voici une semaine que je l'ai vue → it's a week since I've seen her
voir aussi voilà