volupté

volupté

n.f. [ lat. voluptas ]
1. Plaisir des sens ; plaisir sexuel : Il mangeait avec volupté délectation
2. Plaisir, satisfaction intense d'ordre moral ou intellectuel : La volupté du devoir accompli bonheur

VOLUPTÉ

(vo-lu-pté) s. f.
Plaisir corporel, plaisir des sens. Il y a de la volupté à boire quand on a soif.
Ô douce volupté, sans qui dès notre enfance Le vivre et le mourir nous deviendraient égaux ; Aimant universel de tous les animaux, Que tu sais attirer avecque violence ! Par toi tout se meut ici-bas [LA FONT., Psyché, II, p. 215]
C'est un des malheurs de ces pays [la Turquie] que la plus grande partie de la nation n'y soit faite que pour servir à la volupté de l'autre [MONTESQ., Espr. XV, 12]
Par antiphrase, la volupté de souffrir, le plaisir que l'on goûte à de vertueuses souffrances.
Afin, dit Tertullien, qu'il [Jésus] mourût rassasié pleinement de la volupté de souffrir [BOSSUET, 2e sermon, Nécessité des souffr. 1]
L'affliction devient la volupté lugubre d'une âme infortunée [DIDER., Cl. et Nér. II, 44]
Absolument, au sing. ou au plur.
Source délicieuse, en misères féconde, Que voulez-vous de moi, flatteuses voluptés ? [CORN., Poly. IV, 2]
Volupté, volupté qui fut jadis maîtresse Du plus bel esprit de la Grèce [Épicure] [LA FONT., Psyché, II, p. 216]
Si Bourdaloue, un peu sévère, Nous dit : craignez la volupté ; Escobar, lui dit-on, mon père, Nous la permet pour la santé [BOILEAU, Poésies div. IV]
La volupté lâche et infâme, qui est le plus horrible des maux sortis de la boîte de Pandore, amollit les cœurs, et ne souffre ici aucune vertu [FÉN., Tél. IV]
D'autres vinrent annoncer aux hommes que la volupté était le souverain bien [MASS., Carême, Vérité de la religion]
Il paraît que le mot volupté mal entendu rendit Epicure odieux [DIDER., Cl. et Nér II, 69]
Particulièrement. Les plaisirs de l'amour.
La vertu de ce prince [Philippe le Bon, duc de Bourgogne] n'excluait pas en lui la volupté et l'amour des femmes, qui ne peut jamais être un vice que quand il conduit aux méchantes actions [VOLT., Mœurs, 80]
Les premières voluptés sont toujours mystérieuses ; la pudeur les assaisonne et les cache [J. J. ROUSS., Ém. IV]
Il se dit aussi des jouissances de l'âme.
Quelle pure volupté on trouve dans la vertu ! Toute volupté naît, ou de la sensation d'un objet présent, et elle est sensuelle ; ou de l'attente d'une chose, de la prévoyance des fins, de l'importance des suites, et elle est intellectuelle [DIDER., Opin. des anc. phil. (hobbisme).]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Les superflues voluptés qui empeschent la liberté des sens [CHRIST. DE PISAN, I, 13]
  • XVIe s.
    Passion violente et volupté, qui attire à soy l'entendement mesme [CHARRON, Sagesse, I, 15]
    Pour ne souiller le mariage qui estoit nom de dignité, et non pas de volupté [PASQUIER, Ménophile, p. 71, dans LACURNE]
    Il n'est en somme aulcune si juste volupté en laquelle l'excez et l'intemperance ne nous soit reprochable [MONT., I, 227]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. voluptat ; ital. voluttà ; du lat. voluptatem, de volop, volup, agréable, rattaché au grec espérer. La commune racine est le sanscrit var, choisir, désirer, qui a fait velle.

volupté

VOLUPTÉ. n. f. Plaisir des sens. Il y a de la volupté à boire quand on a soif. Les épicuriens font consister le souverain bien dans la volupté. Se plonger dans la volupté. Languir dans les voluptés, dans le sein des voluptés. Les raffinements de la volupté.

Il se dit, par extension, des Plaisirs de l'âme. L'âme a ses voluptés comme le corps. Les savants trouvent de la volupté dans la découverte des vérités.

volupté

Volupté, Voluptas.

Volupté accreue, Locupletata voluptas perfectione vitae.

Une espece de volupté mise au devant, et monstrée, Obiecta species voluptatis.

Un jour addonné à volupté et plaisir, Genialis dies.

Volupté entiere et nette, parmi laquelle il n'y a nulle tristesse meslée, Li quida voluptas et libera.

Volupté se passe et s'en va, Auolat voluptas.

S'addonner à toutes voluptez, Dedere se delectationi toto animo, Dare se voluptatibus.

N'avoir esgard sinon à volupté, Faire tout pour vivre en voluptez et de lices, Omnia ad voluptatem referre.

Il ne faut pas compter volupté au nombre des bonnes choses, Voluptas in rebus bonis habenda non est.

N'estimer toutes choses que volupté, Omnia in voluptate ponere.

N'estimer rien volupté, Voluptatem nullo loco numerare, Nihili facere voluptates, Voluptates pro nihilo ducere.

Fondre en delices et voluptez, Fluere mollitia et luxu.

Se laisser aller et consumer en voluptez, Liquescere voluptate et flue re mollitia.

Qui se garde de toutes voluptez, Temperans.

volupté


VOLUPTÉ, s. f. VOLUPTUEUX, EûSE, adj. VOLUPTUEûSEMENT, adv. [3e é fer. au 1er, 4e lon. aux 3 dern. tu-eû, eû-ze, ze-man.] Volupté; plaisir du corps et des sens. "Il y a de la volupté à boire quand on a soif. = Quelquefois, plaisirs de l'esprit: "Les savans troûvent de la volupté dans la rencontre des vérités. = Quand il est seul et sans adjectif ou aûtre circonstance du Discours, qui le modifie, il se prend en mauvaise part, pour les plaisirs défendus. "La volupté afaiblit l'esprit et corrompt le coeur. "Se plonger, languir dans les voluptés.
   L'ardente soif de l'or, l'amour des voluptés,
   Le desir des honeurs, ses penchans, ses caprices,
   Sont ses divinités.
       Le Franc.
"La Volupté est le plus terrible fléau du genre humain, puisque c'est la soif de la volupté, qui alume les plus violentes passions. D'OLIV. Pens. de Cic. * Aûtrefois on le disait indiféremment pour ce qui plait. "Les uns, trop amis, ce semble, de la volupté, veulent que le délectable soit le vrai but de la poésie. Sentim. sur le Cid. = Volupté, débaûche, crapule (Synon.) Le 1er supôse du choix dans les objets, et même de la modération dans la jouïssance, le 2d supôse le même choix, mais nulle modération; le 3e exclut l'un et l'aûtre. Encycl. BEAUZ. Synon. = Voluptueux, en parlant des persones: Qui aime, et qui cherche la volupté. "Homme éféminé et voluptueux. "Il est voluptueux dans ses repâs.
   Monstres voluptueux, dont la soif et la faim
   Dévorent sans pitié la veuve et l'orphelin.
       Le Franc.
= S. m. "C'est un voluptueux. "Le voluptueux ne pense guère à son salut.
   Tandis qu'en ces jardins, Épicure someille,
   Que de voluptueux répètent ses leçons!
       L. Rac.
"Pénibles voluptueux, nous faisons du bonheur une grande machine; et le bonheur n'est qu'un sentiment, Servan, Disc. sur les moeurs. = En parlant des chôses: qui caûse de la volupté, du plaisir. "Repâs voluptueux; mener une vie voluptueûse. = Voluptueûsement, avec volupté. "Boire, manger, vivre voluptueûsement.

Synonymes et Contraires

volupté

nom féminin volupté
2.  Caractère sensuel.
lubricité, sensualité -littéraire: lasciveté, lascivité.
Traductions

volupté

Lust, Wollust, Wonnelust, sexual pleasurewellust, geilheid, lustנהנתנות (נ), עגבים (ז״ר), תאוות מין (נ), נֶהֶנְתָנוּת, עֲגָבִיםvoluptovoluptuosidad, libidolibidosensualidade, volúpiavoluttà (vɔlypte)
nom féminin
plaisir intense

volupté

[vɔlypte] nfsensual pleasure