voué, ée

VOUÉ, ÉE

(vou-é, ée) part. passé de vouer
Consacré par un vœu.
Il était à Dieu ; sa vie était vouée à Dieu.... il a donc fait ce qu'il avait voué ; il a achevé l'œuvre que Dieu lui avait donnée à faire [PASC., Lett. sur la mort de son père]
Enfants voués, enfants voués à porter des vêtements bleus, blancs. Fig.
Et dont la main vouée au crime Ne connaît rien de légitime Que le meurtre et l'iniquité [J. B. ROUSS., Odes, I, 8]
Simple organe de ses confrères en cette circonstance, et réduit à exprimer leurs sentiments, lors même qu'ils ne sont pas les siens, il [l'académicien qui en reçoit un autre] est, au moins pour ce moment, voué, ou, si l'on veut, condamné à l'éloge, comme le récipiendaire l'est à la timidité et à la modestie [D'ALEMB., Apol. de Clerm. Tonn.]